Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



The Agony and the Ecstasy


Film | Date: 1965 | Sortie du film: 1965 | Type: Vinyle
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track   Duration
1.The Mountains Of Carrara2:59
2.The Pope2:38
3.The Medini2:32
4.Michelangelo's Sketch Of The Apostles3:13
5.The Tavern1:20
6.Genesis3:34
7.The Sistine Chapel3:00
8.Contessina2:50
9.The Agony3:52
10.Michelangelo's Recovery2:11
11.The War2:09
12.Festivity In St Peter's Square2:04
13.Michelangelo's Magnificent Achievement2:37
 34:58
Introduisez votre critique

 

The Agony and the Ecstasy - 08/10 - Critique de FilmClassic , ajouté le (Français)
C’est en lisant le roman à succès d’Irving Stone’ (1) intitulé ‘The Agony and the Ecstasy’ (fr : L’extase et l’agonie) que ‘Peter Levathes’, alors directeur des studios de la 20th Century Fox, a perçu l’opportunité d’en faire un film. Il a acheté les droits de celui-ci pour la somme rondelette de 125 000 $, mais n’a pas pu poursuivre le projet car le studio a subi d’importants revers financiers en 1962, en raison des dépassements de coûts sur plusieurs films, notamment pour ‘Cleopatra’. C’est ‘Daryl F. Zanuck’ qui fut chargé de sauver le studio et en 12 mois, on peux réellement affirmer qu’il a atteint ses objectifs puisque les finances étaient redevenu normales. Cela lui a permit de mettre en production ‘The Agony and the Ecstasy’. ‘Carol Reed’ a été embauchée pour produire et réaliser le film avec un budget de 7,2 millions $. Une solide distribution a été embauchée, comme ‘Charlton Heston’ dans le rôle de ‘Michel-Ange’, ‘Rex Harrison’ dans celui du pape Jules II, ‘Diane Cilento’ dans le rôle de ‘Contessina Antonia Romola de Medici’, ‘Harry Andrews’ pour ‘Donata Bramente’ et ‘Albert Lupo’ dans le rôle du duc d’Urbino’.

Le film explore la relation conflictuelle entre ‘Jules II’, alias le Pape guerrier et l’artisan ‘Michelangelo Buonarroti’. Pour ceux qui n’ont pas vu le film, voici un petit résumé : Le Pape conçoit de peindre les voûtes de la chapelle Sixtine avec des images bibliques. Il charge ‘Michel-Ange’ de réaliser sa vision, mais ce dernier résiste car il est connu pour la sculpture et non la peinture. Pourtant, le Pape est résolu sur le choix qu’il porte à ‘Michel-Ange’. Avec le temps, le Pape, dont la santé décline, s’impatiente et menace de le remplacer par un autre artiste qu’on prénomme ‘Raphaël’. Ce dernier, impressionné par ce qu’il voit, conseille à ‘Michel-Ange’ de demander une audience chez le Pape et de lui demander de faire preuve de patience. ‘Michel-Ange’ le fait, et le Pape accepte ! Finalement, le projet abouti et dans un acte d’amour, ‘Michel-Ange’ propose de reprendre le travail de sculpture de son tombeau, ce qu’il accepte avec gratitude.

Bien qu’il remporta cinq nominations aux Oscars, dont celle de la meilleure musique de film (2), ce film a été un véritable flop commercial, causant une perte financière au studio de 5,28 millions $. De plus, la performance antipathique de ‘Heston’ n’est pas passé inaperçu aux yeux des critiques et le scénario a été jugé « trop verbeux ».

Après la production, l’équipe créative a décidé que pour bien comprendre le film, elle devait « éduquer » le public sur l’identité de ‘Michel-Ange’. Qui était-il vraiment ? Était ce vraiment un sculpteur qui n’a jamais voulu peindre ? À cette fin, ils ont conçu un documentaire intitulé « L’artiste qui ne voulait pas peindre ». Avec la recommandation d’Alex North’, c’est ‘Jerry Goldsmith’, un talent émergent, qui fut embauché pour le projet. Le documentaire de douze minutes et demie serait composé de cinq mouvements : ‘Rome’, ‘Florence’, ‘Le Crucifix’, ‘Les Géants de Pierre’ et ‘L’Agonie de la Création’. ‘Goldsmith’ a relevé cette mission avec brillance et a fourni une très belle partition dont je posterai certainement un jour ou l’autre la critique musicale.

Mais qu’en était-il de la partition officielle ? La carrière d’Alex North’ a été ascendante au début des années 1960 avec des éloges récoltés pour ses partitions épiques de ‘Spartacus’ (1960) en passant par ‘Cleopatra’ (1963). ‘Zanuck’ et ‘Reed’ voulaient une partition épique pour leur film et ils ont été impressionné par les réalisations de ‘North’ et l’ont donc embauché pour le projet.
Compte tenu du cadre de la Rome du début du 16ème siècle, ‘North’ a compris la nécessité d’insufflé à son paysage sonore des sensibilités de la Renaissance. Il a donc étudié la musique de l’influent compositeur ‘Giovanni Gabrielli’. La religiosité était primordiale et il a donc choisi de composer une partition modale en utilisant les modes ‘doriens’ et ‘lydiens’, qui étaient fréquemment utilisés dans la musique liturgique médiévale. Enfin, son écriture pour les cors est tout simplement remarquable, employant fréquemment des déclarations qui traduisent parfaitement bien les tensions entre les États pontificaux et la France, ainsi que celles entre le Pape ‘Jules II’ et ‘Michel-Ange’. Il a également ajouté un certain nombre d’instruments non traditionnels à son orchestre, notamment une flûte alto, une clarinette contrebasse, deux barytons et un hautbois basse. Pour seconder ‘North’, ‘Alexander Courage’ s’est chargé de composer des pièces d’époque pour établir le temps et le lieu. Quant aux œuvres chorales liturgiques, c’est ‘Franco Potenza’, qui s’en est occupé. En termes de thèmes, la majeure partie du film est composée de pièces de décor individuelles avec un thème principal sous-tendant la partition. Le thème de « l’agonie » et de « l’extase » sert de thème principal à la partition et se manifeste par la dualité. Il parle à la fois de la souffrance endurée par ‘Michel-Ange’, un sculpteur qui entreprend le défi redoutable de peindre la fresque la plus immense et la plus monumentale imaginable, ainsi que du noyau d’espoir qui le soutient. Sincèrement, je considère cette partition comme l’une des plus belles du « canon » ‘North. C’est un véritable chef-d’œuvre de conception et d’exécution, ainsi qu’un joyau de l’âge d’argent.
Qu’elle soit la première édition LP sortie chez Capitol Record (4) ou une édition sur CD, je vous recommande fortement cette partition comme étant une Master Piece pour votre collection.

(1) Ce roman s’est vendu à près de 51 millions d’exemplaires.
(2) C’est ‘Maurice Jarre’ qui remporta cette année-là l’Oscar de la plus belle musique.
(3) Je rappelle que mes critiques musicales sont toujours basées sur les disques LP sorti à l’époque.
(4) Par rapport à l’édition UK, le pressage US sorti à l’époque est une édition plus sophistiquée puisqu’elle contient un album de 8 pages consacré aux œuvres de ‘Michel-Ange’

FilmClassic

Autres sorties de musique de The Agony and the Ecstasy (1965):

Agony and the Ecstasy, The (2004)
Agony and the Ecstasy, The (1998)
Rio Conchos / The Agony and the Ecstacy (2021)


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Connexion