Harry Potter and the Goblet of Fire
(Harry Potter et la Coupe de Feu)


Warner Music (093624963127)
Film | Date: 2005 | Type: CD, Téléchargement
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track Artiste/Compositeur Duration
1.The Story Continues1:31
2.Frank Dies2:12
3.The Quidditch World Cup1:52
4.The Dark Mark3:27
5.Foreign Visitors Arrive1:30
6.The Goblet of Fire3:23
7.Rita Skeeter1:42
8.Sirius Fire2:00
9.Harry Sees Dragons1:54
10.Golden Egg6:11
11.Neville's Waltz2:11
12.Harry in Winter2:56
13.Potter Waltz2:19
14.Underwater Secrets2:28
15.The Black Lake4:37
16.Hogwarts' March2:46
17.The Maze4:44
18.Voldemort9:39
19.Death of Cedric1:59
20.Another Year Ends2:21
21.Hogwarts' Hymn2:59
22.Do the HippogriffJarvis Cocker, Steve Mackey, Jonny Greenwood, Phil Selway, Steve Claydon, and Jason Buckle3:39
23.This is the NightJarvis Cocker, Steve Mackey, Jonny Greenwood, Phil Selway, Steve Claydon, and Jason Buckle3:24
24.Magic WorksJarvis Cocker, Steve Mackey, Jonny Greenwood, Phil Selway, Steve Claydon, and Jason Buckle4:01
 75:45
Introduisez votre critique

 

Harry Potter and the Goblet of Fire - 07/10 - Critique de Citizen Cancre, ajouté le
Alors même que la réalisation du quatrième épisode de la franchise Harry Potter a été confiée à un nouveau réalisateur, le british Mike Newell (à qui l'on doit notamment le très bon Donnie Brasco et le culte Quatre mariages et un enterrement), la question s'est posée un temps sur l'éventuel retour de John Williams, compositeur des B.O. des trois épisodes précédents. Et pour cause, on ne peut que fantasmer ce qu'il en aurait résulté d'un point de vue musical tant le quatrième opus est sûrement le plus riche et le plus haletant de toute la saga.

Finalement, Mike Newell débarque avec son compositeur attitré, l’Écossais Patrick Doyle qui a, au passage, collaboré plusieurs fois avec l'acteur-réalisateur Kenneth Branagh, ce dernier ayant lui-même tenu un rôle secondaire dans Harry Potter et la Chambre des Secrets pour le personnage du prétentieux Gilderoy Lockhart. Décidément, le monde est petit et il faut avouer que le casting de la saga Harry Potter est particulièrement bien fourni en terme d'acteurs britanniques tous aussi bons les uns que les autres (Maggie Smith et Alan Rickman en tête).

Aussi, bien que le saga soit initialement british pur jus, c'est la première fois qu'un réalisateur et un compositeur ont tous deux cette nationalité après le passage d'un réalisateur mexicain, d'un Américain et d'un compositeur lui aussi originaire du pays de l'Oncle Sam. Et il faut avouer que cet épisode 4 sonne peut-être le plus anglais : sa musique, son ambiance cosy, les relations entre élèves dignes (enfin!) d'un vrai pensionnat (moqueries, boutades et bagarres), etc.

Cela n'enlève pas à l'ensemble son caractère de grand spectacle. Si la réalisation est relativement sage, elle demeure plus qu'honnête et les effets spéciaux sont de toute beauté (mention spéciale pour les décors, le dragon et la scène du lac). Niveau histoire, on pourra toujours regretter que l'adaptation soit faite un peu à la truelle (il faut dire que le roman est particulièrement foisonnant) mais le fil rouge de l'intrigue demeure conservé. Et quand bien même, les adaptations cinématographiques s'adressant prioritairement à ceux ayant lu les bouquins, ils ne seront pas perdus en terme de compréhension globale.

D'un point de vue musical, ce nous intéresse le plus ici, force est de constater que Patrick Doyle impose d'emblée son style. Plutôt que de faire du sous-Williams (comme Don Davis pour Jurassic Park 3), il compose une B.O. dans la thématique dominante de ce quatrième épisode à savoir un tournoi inter-écoles. La musique se veut donc volontairement plus cuivrée et glorieuse.

Le film et l'album s'ouvrent tous deux au son de 'The Story Continues', un surprenant morceau tour à tour puissant et guerrier puis trouble et mystérieux pour s'acheter sur une étonnante reprise du 'Hedwig's Theme', interprété de manière assez inédite (l'utilisation des cordes). Pas de doute : John Williams est parti.

En témoigne la quasi-absence du 'Hedwig's Theme' sur tout le CD à l'exception de deux apparitions furtives ('The Story Continues' et 'Foreign Visitors Arrive'). Le film en aura quant à lui droit à quatre (on regrettera la cruelle absence du célèbre thème au début de 'Hogwarts' Hymn' qui fait office de générique de fin). L'occasion de pousser un coup de gueule contre un album qui aurait pu être mieux élaboré. Non pas qu'il soit mauvais, loin de là, mais compte tenu de toute la musique entendue durant le film, il est évident qu'un seul CD n'était pas à lui-même suffisant. Le pire revient en fait à certains choix qui ont été faits comme la piste 'The Dark Mark', plutôt intéressante en soi mais totalement absente du métrage, les trois chansons du groupe rock aperçu pendant le Bal de Noël ou encore 'Hogwarts' March' qui est plus que dispensable.

En effet, la musique de Patrick Doyle est omniprésente durant tout le film, du début à la fin. Elle joue même un véritable rôle en ce qu'elle donne un indice fondamental pour aider à percer le mystère de l'intrigue. En gros, Monsieur Doyle a composé pour plus de deux heures de musique, et le CD contient à peine une heure de B.O. Il y a de quoi être grandement frustré quand on apprécie la musique de film.

Cependant, il ne faut pas bouder son plaisir. L'essentiel est bel et bien présent avec, surtout, la musique des trois tâches. 'Golden Egg' est un morceau de bravoure pure, tonitruant et haletant (pour la meilleure scène du film : l'affrontement sur les tours du château). 'The Black Lake' et 'The Maze' sont quant à elles des compositions plus subtiles mais demeurent d'une efficacité redoutable couplées avec les images.

Enfin, impossible de passer à côté du morceau 'Voldemort', une piste de presque dix minutes qui accompagne la scène finale du cimetière. Patrick Doyle, qui a développé durant tout le long de sa partition, et 'sous le manteau', son thème menaçant ('Frank Dies', 'Sirius Fire') le laisse ici éclater au grand jour. Le résultat ? Une musique d'une noirceur prononcée et pleine de malveillance, qui s'achève cependant sur une note d'espoir quand, lors du duel qui oppose le grand méchant au héros, ce dernier parvient à s'échapper.

La piste d'après change radicalement d'ambiance (merci au titre du morceau qui gâche un peu la surprise... spoiler comme on dit !). Après une confrontation plutôt musclée et éprouvante, c'est au deuil de s'instaurer. A cette occasion, Patrick Doyle revient à ses premiers amours : des violons larmoyants qui sont une de ses marques de fabrique, et qui ne sont pas sans rappeler les génériques d'ouverture des polars Carlito's Way (1993) et Donnie Brasco (1997).

Le CD se conclut de manière plus optimiste toutefois avec 'Another Year Ends' et le générique de fin, 'Hogwarts' Hymn' (bien sûr amputé sur l'album de la reprise du 'Hedwig's Theme' que l'on entend dans le film, ce qui est fort dommage...), une composition solennelle et chaleureuse.

Notons à ce titre que Patrick Doyle est de formation très classique. Il suffit pour s'en convaincre de se reporter aux deux compositions que sont 'Neville's Waltz' et 'Potter Waltz', ou encore le sautillant 'Rita Skeeter' qui ont pour point commun d'apporter un peu d'humour et de bonne humeur sur un album assez dominé par les ténèbres et la mélancolie, voire par l'action guerrière comme celle notamment de la deuxième partie de 'Quidditch World Cup' où l'on retiendra surtout les chœurs virils et martiaux symbolisant l'école bulgare (la première partie est une gigue irlandaise festive accompagnant l'équipe de quidditch irlandaise).

Pour conclure, si John Williams n'est pas revenu pour ce quatrième épisode, Patrick Doyle parvient à assurer une relève musicale plus qu'honorable à défaut d'une véritable continuité. A l'exception de quelques morceaux très agréables, l'album est peut-être difficile d'accès en écoute isolée, la faute à des choix de conception discutables sur un CD qui reste très lacunaire.
Harry Potter and the Goblet of Fire - 10/10 - Critique de Matys Mith, ajouté le
Depuis que j'ai vu le film, c'est bien sûr la musique qui m'a le plus marqué. Je reconnaissais le Hedwig Theme mais la musique était largement différente de celle des deux premiers. Je n'avais jamais compris ces changements mais dans le cas du score d'HP4, jamais une musique n'avait autant collé à l'image.
Patrick Doyle nous livre une musique magistrale, rocambolesque, certes je vous l'accorde, mais cette exentricité est nécessaire pour le film, pour l'histoire qui sombre de plus en plus dans la noirceur, le doute, la peur...Sur ce plan Patrick Doyle mérite 20/20.

'The Story Continues' commence par des percussions, des cordes et des cuivres aggressives annonçant déjà (avant même le premier plan du film) une sombre affaire omniprésente dans tout le film: Voldemort va frapper. On retrouve avec soulagement le Hedwig Theme de notre cher John Williams et ensuite un des motifs de Patrick Doyle pour les Forces du Mal.
'Frank Dies' est dans la lignée du morceau d'ouverture. On entend par les cordes frottées le thème de Voldemort omniprésent dans toute l'oeuvre. Un mystérieux cor anglais joue encore un motif additionnel pour le côté obscur. On acueille un célesta puis ensuite un tremolo de cordes en crescendo au fur et à mesure que Frank Bryce la victime s'approche du Danger. Des grupetti de violon puis on sombre dans le grave pour revenir dans l'aigu et l'oeuvre se conclut par un déchirant tremolo de violons annonçant l'assassinat de Frank.
'Quidditch World Cup' est un énorme contraste avec les 2 premiers. Enfin une pièce joyeuse pour l'équipe d'Irlande de Quidditch puis un thème plus aggressif et plus sauvage pour l'équipe Bulgare.
'The Dark Mark' est une pièce subtile mêlant catastrophe, fuite, danger, peur. On ressent Tchaïkovsky pour 'Hamlet' (Ne pas confondre avec la B.O de Doyle!) avec les cuivres menançants. Le début du morceau n'apparaît pas dans le film malheureusement. Cette scène des Mangemorts mettant le désordre au campement avait besoin de musique!! (Encore une magouille des mixeurs)

De beaux morçeaux 'Foreign Visitors Arrive', 'Rita Skeeter', les valses d'Harry et de Neville', 'Harry in Winter', amusants comme la 'Hogwart's March', inquiétants comme'The Goblet of Fire' et l'apothéose horifique 'Voldemort'.

Patrick Doyle a réussi cette B.O, on ne peut le nier. Ne lui repprochons pas son côté expressif, classique, burlesque parfois car sans ce critères ce ne serait pas une B.O de Patrick Doyle qui nous transmet ses inspirations antérieures et on entend de l'ancien classique comme Vivaldi, le grand Mozart, Bach, Beethoven naturelement, au plus contemporain comme la bande à Tchaïkovsky, Prokofieff ou encore Stravinsky. Un grand bravo!
World Soundtrack Awards: Best Original Song Written for a Film: "Magic Works" (Nominé)
La musique de cette B.O. est utilisée dans:

Harry Potter and the Goblet of Fire (Bande annonce)

Bande annonce:



La bande annonce de cette B.O. contient de la musique de:

Harry Potter and the Goblet of Fire (2005), Patrick Doyle (Track 3. The Quidditch World Cup) (Film)
Harry Potter and the Prisoner of Azkaban (2004), John Williams (Track 6. Buckbeat's Flight) (Film)
Slay The Dragon, Brand X Music (Bande annonce)


Bandes Originales de la collection: Harry Potter

Harry Potter and the Deathly Hallows: Part 1 (2010)
Harry Potter and the Half-Blood Prince (2009)
Harry Potter (2002)
Music from the Harry Potter Films (2006)
Harry Potter and the Order of the Phoenix (2007)
Harry Potter and the Sorcerer's Stone (2001)
Harry Potter and the Order of the Phoenix (2007)
Harry Potter and the Deathly Hallows: Part 2 (2011)
Harry Potter and the Prisoner of Azkaban (2004)
Harry Potter and the Sorcerer's Stone (2001)

Bandes Originales de la collection: Kids

Pink Panther, The (1963)
Cars (2006)
Pagemaster, The (1994)
Planes (2013)
Corpse Bride (2005)
Nightmare Before Christmas, The (1993)
魔女の宅急便 (2004)
Dinosaur (2000)
Pooh's Heffalump Movie (2005)
Secret of NIMH 2: Timmy to the Rescue, The (1998)


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Login

 



Plus