Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



The Blue Max


Mainstream US 1966 Vinyl
Film Film release: 1966
 

Schrijf je nu in!

Blijft beter op de hoogte en krijg toegang tot verzamelaars info!





 

# Track   Lengte
Vinyl 1
1.The Blue Max2:16
2.Love Theme From The Blue Max1:45
3.Retreat1:23
4.First Blood3:00
5.Waltz1:09
6.Confirmed Kill4:16
7.The Lonely Victor3:30
8.Intermission Title0:40
 17:58
# Track   Lengte
Vinyl 2
1.Bridge Duel3:11
2.Battle7:25
3.Food Riot2:24
4.End Title2:33
5.Watch On The Rhine1:41
6.Pour Le Merite March2:13
7.Deutschland (German National Anthem)0:47
 20:13
Schrijf zelf je recensie Verberg reviews in andere talen

 

The Blue Max - 09/10 - Recensie van FilmClassic , ingevoerd op (Frans)
C'est en 1966 que réalisateur ‘John Guillermin’ s’est inspiré du roman de ‘Jack Hunter’, ‘The Blue Max’ pour l’adapté au cinéma. Pour ce faire, il a rassemblé un superbe casting, qui comprenait ‘George Peppard’ dans le rôle de ‘Bruno Stachel’, ‘James Mason’ dans celui du général ‘von Klugermann’, ainsi qu’Ursula Andress’ comme comtesse ‘Kaeti von Klugermann’. L’histoire se déroule durant la Première Guerre mondiale sur le front occidental et décrit l’ascension d’un jeune homme, qui poussé par l’ambition, quitte la Wehrmacht pour rejoindre la Luftwaffe à la recherche d’une gloire personnelle : La médaille la plus prestigieuse d’Allemagne, Pour ‘le Mérite’, ou le ‘Blue Max’.
Étant à la base un projet anglais, les producteurs ont tout d’abord contacté ‘Ron Goodwin’ puis ‘Malcolm Arnold’ pour s’occuper de la musique. Mais tous deux n’étaient pas disponibles. En revanche et grâce au scores de ‘In Harm’s Way’ (fr : Première victoire) et ‘A Patch Of Blue’ (fr : Un coin de ciel bleu), en 1965 ont valu à ‘Jerry Goldsmith’ de recevoir une invitation à se joindre au projet. Bien qu’initialement il a d’abord été tenté d’inclure majoritairement des œuvres de ‘Wagner’ et ‘Strauss’, les producteurs lui ont conseillé de fournir plutôt une partition germanique très solide. Il a d’abord été rebuté par ce conseil mais au final, il a trouvé une approche qui a fonctionné. Lui-même témoignera plus tard en disant : « En créant l’ambiance générale, j’ai pu utiliser les moyens plus classiques de développement et de forme, comme la 'passacaglia' utilisée dans la musique de combat ». Ainsi, il a décidé de créer une partition qui s’envolerait en altitude au milieu des merveilleux paysages nuageux aériens du film. Pour soutenir sa partition, ‘Goldsmith’ l’a conçut en trois thèmes bien distinct. Tout d’abord, il y a le thème ‘Blue Max’, qui est très glorieux, omniprésent et qui sous-tend son paysage sonore. Annoncée par un prélude de flûtes et de cordes, sa ligne principale s’élève au sommet des trompettes héraldiques et des cordes montantes, qui nous portent de plus en plus haut, toujours vers le haut, dans une ascension céleste inspirante qui remue l’âme et nous remplit d’émerveillement. Il conserve l’honneur de l’un des plus beaux titres principaux de l’histoire de la musique de film. L’antithèse du thème ‘Blue Max’ est le thème modal mineur du protagoniste, qui parle de l’arrogance, de la détermination sombre et de la cruauté qui pousse ‘Stachel’ à atteindre son but. Avec ses rythmes percussifs, ce thème se déroule comme une marche funèbre, nous informant ainsi que sa quête mènera à sa perte. Enfin, le thème de l’amour est gentil, mais sensuel et porté par tendrement par le piano. Il se laisse écouter subtilement sous une forme de danse, qui culmine sur des cordes.
Et puis pour décortiquer quelques passages, histoire de vous mettre l’eau à la bouche, il y a le ‘Main Title’ (A1). Un superbe thème qui, selon moi est l’un des plus grands du répertoire du compositeur. Cette musique débute lorsque ‘Stachel’, alors fantassin assailli dans les tranchées, entend et voit avec admiration les avions combattre devant ses yeux, ce qui le pousse à quitter cet enfer et de trouver la gloire dans les cieux. Le thème Blue Max est présenté dans toute sa splendeur et sa montée en flèche qui traduit parfaitement bien l’orgueil de Stachel.
A l’époque de la sortie du LP, les pistes ne suivaient pas l’ordre chronologique du film. Voilà pourquoi nous retrouvons ‘Love Theme’ (A2) sur la face A/2ème morceau. Bien qu’il soit d’une courte durée (1:45), celui-ci est vraiment élégant et coule tendrement sur un piano solo, gagnant progressivement la force et la passion sur les cordes pour une présentation merveilleuse.
Dans ‘First Blood’ (A4), nous voyons ‘Stachel’ dans sa première mission, qui est de détruire un dirigeable d’observation britannique. C’est avec des cordes que ‘Goldsmith’ commence cette séquence en nous accompagnant dans une ascension en flèche du thème ‘Blue Max’. Nous passons ensuite à une partition plus soutenue d’action traduite par des cordes plus agressives et une caisse plus claire au fur et à mesure que la bataille fait rage.
‘Bridge Duel’ (B1) est un point culminant de la partition et qui décrit parfaitement bien la rivalité entre ‘Stachel’ et un autre pilote. Au travers ce défi, nous assistons à des cascades volantes de plus en plus dangereuses et qui se termine tragiquement par un accident. Le sens de l’écriture que nous donne ‘Golsmith’ pour cette séquence ne s’améliore pas car il propulse nos combattants en imposant son style propre à lui, c’est-à-dire des cordes, des cors héraldiques, une basse musclée et des timbales tonitruantes qui nous amène au sommet du thème propulsif de ‘Blue Max’. C’est tout simplement magnifique !
Je conclu cette critique avec le morceau ‘End Title’, qui s'ouvre plaintivement sur une interprétation funèbre du thème de ‘Blue Max’. De cette sombre pâleur s'élève, avec des carillons, une expression révulsive du thème principal, qui s'élève toujours vers les cieux et nous amène à une conclusion des plus satisfaisantes.
Sorti en 1966 chez ‘Mainstream Records’, tant en édition mono que stéréo, il est d’une évidence que ce disque est toujours très convoité par les fans du compositeur. Il fera l’objet d’une seconde édition, dix ans plus tard chez ‘Citadel Records’. Viendront d’autres éditions sur support CD contenant de nombreux bonus à ne pas négliger et qui fera l’objet d’une autre critique plus détaillé, dans le courant de la semaine prochaine.
En attendant, si vous ne connaissez pas encore cette partition de ‘Jerry Goldsmith’, je vous encourage à l’acquérir vivement et à la mettre en avant-plan de votre collection.

FilmClassic

Andere soundtrack releases van The Blue Max (1966):

Blue Max, The (2010)
Blue Max, The (1995)
Blue Max, The (2011)
Blue Max, The (1995)
Blue Max, The (1985)
Blue Max, The (1966)
Blue Max, The (2014)


Fout gezien of heb je info om aan te vullen?: Inloggen