Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



Notti di Terrore / Repulsione


Film | Date: 1966 | Type: Vinyle
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track   Duration
A study in terror composed by John Scott
1.Attimi Di Terrore2:22
2.Sarabanda Macabra0:55
3.Distese Brumose2:43
4.Ombre In Dissolvenza5:21
5.Il Trabocchetto Della Morte2:20
6.Lotta Degli Elementi2:15
7.Perversitá In Giallo4:56
8.Tremolio Nell' Ombra2:51
9.Incertezze Assillanti1:48
10.Nel Tetro Sotterraneo1:15
11.Atroce Attesa1:10
12.Nero Con Brio0:58
13.Vortice Tenebroso3:54
 
Repulsion composed by Chico Hamilton
14.Sophisticated Thrilling2:37
15........ Seduzione Al Buio2:04
16.Languida Morbosità2:19
17.Repulsione Notturna1:17
 41:04
Introduisez votre critique

 

Notti di Terrore / Repulsione - 08/10 - Critique de FilmClassic , ajouté le (Français)
Après ‘Le Couteau dans l'eau’, son premier long-métrage, nominé à l'Oscar du meilleur film étranger, ‘Roman Polanski’ réalisa ‘Répulsion’, pierre angulaire de sa filmographie à venir et récompensé par l'Ours d'argent au festival de Berlin.

Compton Group désirait qu'il réalise un film d'horreur et s’intituler ‘Angel Face’. Mais pour sa première production Britannique, ‘Polanski’ se tourna plutôt vers un drame psychologique centré sur une schizophrène que la répugnance envers la sexualité entraîne au meurtre.

Pour le rôle principal (Carole), ‘Polanski’ désirait engager ‘Catherine Deneuve’. Mais tout ne se passait pas comme prévu. En effet, quelques temps auparavant, elle avait refusé son offre qui consistait à jouer dans ‘Naïves hirondelles’, une adaptation en projet d'une pièce de ‘Roland Dubillard’. Bien que cette prise de position jeta un froid entre le réalisateur et l’actrice, ‘Polanski‘ était bien déterminé à ce qu’elle joue dans son film et s’est en insistant lourdement, qu’elle finit par céder. Une autre difficulté qu’il rencontra sur le plateau du tournage, était qu’elle refusait de tourner nue sous sa chemise de nuit, Finalement et bien qu’il y a une scène où l'on peut voir sa poitrine sous la chemise, ‘Polański’ accepta de lui faire mettre un justaucorps de danse.

Le film raconte l’histoire d’une belle jeune manucure belge (Carole), qui partage un appartement à Londres avec sa sœur ‘Helen’ (Yvonne Furneaux). Outre qu’elle est introvertie, ‘Carole’ présente des comportements bizarres. Elle n'aime pas ‘Michael’ (Ian Hendry), l'amant de sa sœur, et sa présence dans la chambre voisine l'empêche de dormir la nuit. De plus, le jeune ‘Colin’ (John Fraser) tente de la séduire mais elle repousse toutes ses avances. Quand sa sœur part avec ‘Michael’, elle sombre progressivement dans la névrose. Recluse, elle bascule dans la schizophrénie, et devient hantée par des bruits…

C'était prévu au départ d'éditer cette musique avec celle d'un autre film, intitulé 'La guerra di Troia' (musique de Giovanni Fusco). Mais ce disque ne fut jamais commercialisé en raison du bide lié à ce péplum. Je possède la photo (généreusement donné par le légataire légal de la famille Campi) de cette magnifique pochette concernant ce projet et je vous affirme que c'est à tomber raide par terre ! C'est selon moi une des plus belle cover que j'ai jamais admiré tout au long de ma carrière de collectionneur !

Finalement et précipitamment, c'est avec la bande originale inquiétante de ‘John Scott pour ‘A Study in Terror’ (A1 à A7 + B1 à B6) et repris sous le titre Italien ‘Notti Di Terrore’, que la musique, ou du moins quatre pistes (B7 à B10) inspirées de ‘Repulsion’, ont été publiée par le label Italien CAM Records lors de la sortie du film, soit en 1965. Il est évident qu’il s’agit là d’une pièce rare à trouver ! A la même époque, un single Japonais est paru mais hormis la pochette, cette édition (Chez Seven Seas) ne présente guère d’intérêt. En 2008, le label Anglais Harkit (1), spécialisé dans les bandes originales de films et de séries télévisées cultes ainsi qu'une collection éclectique de disques vocaux et de jazz inhabituels, réédita ce score avec, non plus ‘A Study in Terror’ mais ‘Sweet Smell Of Success’ (2) (3). Sans grande conviction, Il s’agit d’un repiquage du 33t CAM cité plus haut. Les fissures et les pops ont peut-être été numérisés, mais le son est assez étouffé, même un peu hors de la touche, comme si le disque jouait un peu trop lentement et dans une autre pièce. C’est clairement en contradiction avec la musique de ‘Sweet Smell of Success’ qui sonne beaucoup mieux et, malheureusement, relègue la partition de ‘Repulsion’ à un niveau légèrement supérieur qu’un bootleg. En 2021, une version vinyle non officielle de la partition complète et limitée à 20 exemplaires, (conditionnée en version « faux CAM – 1965 ») a été édité et réservé aux membres du label Blow Out Recordings.

Pourtant, il mérite de s’interroger sur cette présentation particulière de ce score. Deux pistes, deux blues simples (... Seduzione Al Bulo - B8 et Repulsione Notturna - B10), ne sont même pas entendues dans le film, pas plus que les 29 premières secondes de l’étrange séquence intitulé ‘Languida Morbosità’ (essentiellement plus de la moitié de la musique du film ici). La seule explication probable que j’ai trouvé est qu’une partie de la musique posée par ‘Hamilton’ n’ait tout simplement pas été utilisée dans le montage final du film ???

‘Hamilton’ n’a fourni guère plus que de la musique de scène au film, ou comme la preuve ci-dessous peut le suggérer, était, à juste titre, limité à la quantité de « mélodie » ou de swing jazzy qu’il pouvait faire dans le film. C’est le cas pour les deux meilleurs et les plus jazzy moments du film : ‘Sophisticated Thrilling’ (B7) et ‘Languida Morbosità’ (B9), qui sont deux partitions qui accompagne certaines scènes, notamment lorsque ‘Carole’ apparaît, marchant dans la rue. Ces thèmes semble simplement être récurent dans plusieurs scènes du film.

Dans un tels cas, c’est une tâche ardue pour moi de poser une critique sur une musique qui apparaît partiellement (65%) dans un film. Initialement cette musique jazzy inquiétante, à réussi à dégager une atmosphère tendue, dérangeante, et à instaurer un malaise chez le spectateur.

Aimant l’introduction du jazz dans la musique de film, il est évident que je conseille vivement cette BO dans votre collection. En revanche, si vous êtes plutôt genre symphonique, passez votre chemin sur ce score et concentrez-vous sur un classique.

(1) Suite au décès en 2020 de ‘Michael Fishberg’, propriétaire du label, Harkit n'existe plus.
(2) Pour cette partition, deux LP’s sont sorti à l’époque chez Decca Records. La version d’Elmer Bernstein’ (DL 8610) et celle de Chico Hamilton (DL 8614).

FilmClassic

Bande annonce:





Bande annonce:







Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Connexion