Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



The Russians are Coming! The Russians are Coming!
Original Motion Picture Score


Film Sortie du film: 1966
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track   Duration
Side One
1.The Russians Are Coming...The Russians Are Coming1:37
2.The Shining Sea2:42
3.Hop Along2:25
4.Volga Boat Song1:22
5.Escorts Away(The Russians Are Coming)3:45
 11:51
# Track   Duration
Side Two
1.The Shining Sea3:14
2.Sailor's Chorus2:45
3.Tipperary0:32
4.The Airport2:14
5.The Russians Are Coming...The Russians Are Coming2:09
 10:54
Introduisez votre critique

 

The Russians are Coming! The Russians are Coming! - 06/10 - Critique de FilmClassic , ajouté le (Français)
Malheureusement d’actualité, ‘The Russians are Coming! The Russians are Coming!’ (fr Les russes arrivent, Les russes arrivent) fut réalisé en 1966 par Norman Jewison. Ce film narre une farce très drôle sur une situation potentiellement apocalyptique, au plus fort de la guerre froide. Le film commence lorsque le capitaine (Theodore Bikel) d'un sous-marin soviétique pilote son navire trop près des côtes de la Nouvelle-Angleterre et s'échoue sur une île au large de Cape Cod. Lorsque le lieutenant ‘Rozanov’ (Alan Arkin), commandant en second, dirige une équipe de débarquement à la recherche d'un bateau pour remorquer le sous-marin, les russes tombent sur la maison de vacances du dramaturge new-yorkais ‘Walt Whittaker’ (Carl Reiner) et de sa femme (Eva Marie Saint). Après avoir appris la présence des russes, la panique s'installe sur l'île : le chef de la police locale ‘Link Mattocks’ (Brian Keith) et son adjoint cinglé (Jonathan Winters) se retrouvent en désaccord avec le chef très patriotique de l'avant-poste local de l'American Legion (Paul Ford). Entretemps, ‘Kolchin’ (John Phillip Law), un jeune marin soviétique, tombe amoureux de la baby-sitter américaine des ‘Whittaker’, ‘Alison Palmer’ (Andrea Dromm). Les deux camps se dirigent vers une dangereuse impasse mais finissent par unir leurs forces pour sauver la vie d'un jeune enfant.

Lors de sa sortie, ce film a été un succès, tant au box-office, qu'auprès des critiques, qui ont salué l'équilibre entre humour et commentaire géopolitique. « La partition musicale de Johnny Mandel est également très amusante sur le plan satirique », ajouta Robert Alden dans sa critique pour le ‘New York Times’.
Lorsque la musique pour l'ouverture du film commence, Jewison désirait que les spectateurs aient le sentiment... qu'il s'agissait d'une comédie basée sur une idée politique sérieuse. Plusieurs idées ont été lancé, mais ce n'est que lorsque Mandel a fait jouer le Chœur de l'Armée rouge et ‘Yankee Doodle Dandy’ de manière contrapuntique que tous ont convenu que la séquence d’ouverture (A1) devait être une bataille de drapeaux soviétique et américain. Ce dernier l'emporte, temporairement alors que ‘Meadowlands’ prend le relais, puis les deux premières mélodies reviennent ; le reste de la séquence se déroule sans musique.

En plus du célèbre ‘Yankee Doodle’, Mandel a utilisé la mélodie folklorique russe traditionnelle «’Song of the Volga Boatmen’ et un autre air familier, ‘Polyushko Pole’ (connu en anglais sous différents titres, dont Meadowlands) (1). Ces mélodies préexistantes se mêlent à des compositions originales de Mandel, notamment un hymne choral russe, un thème de marche humoristique pour la réponse quasi-militaire des habitants de l'île à l'incursion soviétique, et un thème d'amour tendre pour ‘Kolchin’ et ‘Alison’(2).

Alors que ce dernier n'est entendu qu'instrumentalement dans le film, il était prévu que sur l'album de la bande originale sorti chez United Artists Records comprenait une version vocale de Mlle Peggy Lee. Quelques temps auparavant, Mandel avait envoyé à la célèbre chanteuse une feuille de route de sa chanson ‘The Shadow of Your Smile’ (tirée du film The Sandpiper) mais avant même qu’elle puisse donner une réponse, tout le monde l'avait enregistrée. Lorsqu'elle a exprimé sa déception par l'intermédiaire d'un ami commun, Mandel l'a appelée et lui a dit qu'il avait une nouvelle chanson à laquelle il fallait trouver un texte. Cependant sous contrat avec une maison de disques concurrente, elle ne pu enregistrer la chanson pour l'album de la bande originale, tâche dont s'acquitta avec brio la chanteuse de jazz Irene Kral (2).

A présent, passons brièvement quelques séquences :

‘Hop Along’ (A3) dévoile la scène où ‘Whittaker’ et Mme ‘Foss’, une matrone insulaire aux proportions plutôt généreuses, ont été ligotés, bâillonnés et attachés l'un à l'autre par les Russes ; ils sautillent dans l'espoir de se libérer. La musique de Mandel commence par des accents comiques et suggestifs alors que le couple improbable est forcé de s'affronter de près, puis passe à une musique de danse pour leur gymnastique humoristique. Une interprétation discrète de l'air des ‘bateliers de la Volga’ intervient lorsque le film montre une scène à bord du sous-marin. Le thème de la danse alterne ensuite avec des épisodes dramatiques simulés, tandis que le film fait des allers-retours entre le duo captif, les Russes qui se cachent et les habitants de l'île lancés à leurs trousses.

‘Escorts Away’ (A5) soutient la scène où le commandant du sous-marin et les habitants de la ville sont dans une impasse et sont sur le point d'ouvrir le feu l'un sur l'autre lorsqu'un jeune garçon glisse de son poste d'observation sur le clocher d'une église. ‘Kolchin’ et ses camarades marins aident à sauver le garçon à la grande joie des Américains et des Russes. Malheureusement, l'armée de l'air a été alertée et des chasseurs sont envoyés pour intercepter le sous-marin. Comme seul solution, Mme ‘Whittaker’ suggère d'utiliser tous les petits bateaux de la marina pour escorter le sous-marin jusqu’au large. Le thème de la marche de Mandel est présenté dans son intégralité pendant qu'ils le font. Une fois de plus, la mélodie de ‘Meadlowands’ retentit lorsque les Russes s'approchent sur un bateau qu'ils ont emprunté et rejoignent le sous-marin.

‘Sailors Chorus’ (B2) nous fait découvrir l'arrivée du sous-marin soviétique au large des côtes américaines, alors que les sous-mariniers soviétiques rament vers le rivage et défilent le long de la plage. Pour cette scène, Mandel a introduit une brève citation de ‘America the Beautiful qui cède la place à un chœur d'hommes chantant une composition originale du compositeur, élaborée à la manière d'une chanson folklorique russe.

Avec ‘Tipperary’ (B3), Le lieutenant ‘Rozanov’ et son équipe réquisitionnent le break des ‘Whittaker’, mais celui-ci tombe en panne d'essence. Cette chanson datant de l'époque de la Première Guerre mondiale, « it's a Long Way to Tipperary » et écrite par Harry J. Williams et Jack Judge, est jouée alors qu'ils sont obligés de continuer à pied, les paroles passant de l'anglais au russe.

Dans la première partie de ‘The Airport’ (B4) nous voyons ‘Kolchin’ qui retourne à la résidence des ‘Whittaker’ et surprend ‘Allison’ en lui offrant une arme pour montrer qu'il n'a pas peur et soigne ensuite sa blessure à la tête. Mandel fournit une musique calme et pleine de suspense avec une orchestration à saveur russe. Dans la seconde partie, cette musique passe en fondu, suivie par un bref passage d’une marche militaire dans le style du Colonel ‘Bogey’.

Enfin, ‘End Title’ (B5) nous entendons le thème de la marche, pour soutenir le retour des pilotes de chasse à leur base. L'hymne russe de Mandel est chanté de façon festive alors que ‘Rozanov’ fait ses adieux aux ‘Whittaker’ et que leur sous-marin s'immerge. ‘Yankee Doodle’ et la chanson ‘Volga Boatmen’ reviennent sur la distribution de fin.

Johnny Mandel a signé la musique de plus de 30 films, dont celles de ‘I Want to Live !’ (fr : Je veux vivre), et surtout l’excellent ‘The Sandpiper’ (fr : Le chevalier des sables) ce qui lui a valu un Oscar et un Grammy. Mais soyons honnête aussi, ‘The Russians Are Coming... The Russians Are Coming’ n’est pas le meilleur de son répertoire. Si éventuellement vous la trouvez pour un petit prix, histoire de meubler votre collection de BO ….

(1) Bien que cette dernière mélodie soit souvent considérée comme un air folklorique, elle a en fait été composée en 1934 par le compositeur soviétique Lev Knipper dans le cadre de sa Symphonie n° 4.
(2) Peggy Lee a cependant enregistré la chanson sur son LP ‘Extra Special !’ sorti chez Capitol record en 1967 avec un arrangement dirigé par Quincy Jones.

FilmClassic

Autres sorties de musique de The Russians Are Coming the Russians Are Coming (1966):

Russians are Coming! The Russians are Coming!, The (2011)
Russians are Coming! The Russians are Coming!, The (1980)
Russians are Coming! The Russians are Coming!, The (1966)
Russians are Coming! The Russians are Coming!, The (1966)


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Connexion