Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



Dragonslayer


Film | Date: 1983 | Sortie du film: 1981 | Type: Vinyle
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track   Duration
1.Urlander's Mission (Main Titles)2:43
2.No Sorcerers, No Dragons!1:44
3.Ulrich's Death / Mourning2:12
4.Maiden's Sacrifice4:22
5.Forest Romp1:29
6.Hodge's Death3:34
7.Galen's Search For The Amulet2:09
8.Vermithrax's Lair / Landslide4:07
9.Valerian And Galen's Romance1:54
10.Tyrian And Galen Fight2:10
11.Jacopus Blasted2:20
12.Elspeth's Destiny / Dragon's Scales2:14
13.Galen Jailed; Galen's Escape2:11
 33:09
# Track   Duration
1.Dragon's Flight / Burning Villages2:14
2.The Lottery3:14
3.Elspeth At The Stake; Vermithrax Triumph / Galen's Encounter5:46
4.Galen's Desperation And Spirit Revitalized1:50
5.Eclipse / Love And Hope2:38
6.Resurrection Of Ulrich2:29
7.Destroy That Amulet! / Ulrich Explodes / Vermithrax's Plunge6:38
8.The White Horse / Into The Sunset (End Credits)4:30
 29:19
Introduisez votre critique

 

Dragonslayer - 05/10 - Critique de FilmClassic , ajouté le (Français)
Dragonslayer’ est sorti en 1981, à une époque où les épopées d'épée et de sorcellerie étaient de nouveau à la mode à Hollywood ; il est sorti en salles à peu près au même moment que des films tels que ‘Conan The Barbarian’, ‘Krull’ et ‘Excalibur’. La particularité de tous ces films étaient qu’ils bénéficiaient des effets spéciaux que George Lucas avait lancée avec ‘Star Wars’ quatre ans auparavant. Réalisé par Matthew Robbins, un ancien camarade d'université de Lucas, le film mettait en vedette Peter MacNicol dans le rôle de ‘Galen’, un jeune homme impotent qui, sous l'effet conjugué de sa vantardise malavisée, est chargé de débarrasser ‘Urland’, son pays aride et pluvieux, du ‘Vermithrax’, un dragon gargantuesque qui terrorise la campagne depuis des décennies. Le film mettait également en vedette la regrettée Caitlin Clarke dans le rôle de ‘Valérian’, Ralph Richardson dans le rôle du magicien ‘Ulrich’, Peter Eyre dans le rôle du roi ‘Casiodorus Rex’ et John Hallam dans le rôle de ‘Tyrian’, l'homme de main brutal du roi.

Même au début des années 1980, Alex North était un choix étrange pour la musique d'un film comme celui-ci. Extrêmement respecté par ses pairs et déjà nommé 13 fois aux Oscars, North était surtout connu comme l'homme qui a introduit le jazz progressif à Hollywood grâce à sa partition pour le film ‘A Streetcar Named Desire (fr : Un tramway nommé Désire), et pour son travail ultérieur, tels que ‘Spartacus’, ‘Cleopatra’ et ‘Who’s Afraid of Virginia Woolf’ (fr : Qui a peur de Virginia Woolf). North a en fait été recommandé au réalisateur Robbins par Steven Spielberg, un autre ancien camarade d'université, qui admirait North depuis des années, et s'est donc retrouvé à Londres au printemps 1980, dirigeant le National Philharmonic Orchestra dans ce qui serait finalement son seul et unique effort dans le genre fantastique.

Dire que ‘Dragonslayer’ est une partition inhabituelle est un euphémisme aux proportions stupéfiantes. C'est une musique qui grogne avec des accords de cuivres brutaux, une écriture de bois stridente, des fragments thématiques curieusement déformés et torturés, des explosions de bruit atonales, puis qui s'amuse avec une « plaisanterie » brillante, enjoué qui pourrait sembler ridiculement déplacé. C'est une partition sombre forcément, pour refléter le monde impitoyable et désolé dans lequel se déroule le film et elle est presque entièrement dépourvue de chaleur ou de compassion, ce qui illustre encore mieux la nature inhospitalière des relations de ‘Galen’ avec les autres personnages. La musique, dure et violente, dissonante et chaotique, est imprégnée d'une curieuse combinaison de musique d'église ancienne et de chant médiéval avec des techniques de composition modernes et impressionnistes presque provocantes qui rappellent les œuvres classiques de Prokofiev et Stravinsky. Elle est également remplie de thèmes et de motifs, mais North les dissimule intentionnellement, en jouant parfois deux ou trois d'entre eux simultanément dans la même mesure ce qui accroît le sentiment de chaos et de désharmonie auditifs.
North a aussi créé des combinaisons instrumentales étonnantes, mêlant tambours en bois, clavecins et carillons scintillants à des clarinettes, piccolos, trombones et tubas joués au plus bas de leurs registres respectifs. Les idées rythmiques sont piquantes et étrangement mesurées, ce qui donne à l'ensemble de la partition un sentiment de décalage et de déséquilibre, tandis que les techniques d'exécution exigent souvent que les instruments jouent radicalement en dehors de leur zone de confort habituelle, soit trop haut, soit trop bas, ce qui donne l'impression que la partition est pleine d'erreurs, jouée par des musiciens qui ne peuvent pas atteindre les bonnes notes.

Les critiques de cette partition accusent souvent North d'avoir écrit de la musique au hasard, en mélangeant des styles musicaux et des fragments thématiques, ce qui donne l'impression d'un fouillis incohérent. Eh bien, oui, cela ressemble à un fouillis désordonné et incohérent, jusqu'à ce que vous vous asseyiez et l'écoutiez et que vous essayiez de comprendre ce que North faisait, auquel cas vous réalisez que cette musique est aussi loin d'être « aléatoire » qu'il est possible de l'être.

N’étant pas musicologue, ‘Dragonslayer’ est un score difficile à évaluer pour quelqu'un comme moi. Bien qu'il s'agisse d'un film fantastique se déroulant dans un monde ancien de dragons, de sorciers, de rois et de Princesses en détresse, la musique est aussi éloignée des conventions du genre qu'on puisse l'imaginer. Je n'ai pas le vocabulaire musical, ni une connaissance assez approfondie des techniques de composition employées par Alex North dans cette partition, pour pouvoir lui rendre justice, et toute tentative de ma part de la décrire dans les termes émotionnels habituels serait risible et futile.
La partition a été publiée à l'origine en nombre extrêmement limité par le label ‘Southern Cross en 1983’, et est rapidement devenue un objet de collection. Il fera l’objet d’une première réédition, début 1990 en CD par le même propriétaire mais sous la dénomination d’un autre label - ‘Soundtrack Collector's Special Edition’ (1) Il ressurgira plus tard chez ‘La-La Land’, unr première fois en 2010 (LLLCD 1128) et une seconde, en 2021 (LLLCD 1564) pour le 40ème l’anniversaire de la sortie du film. Cette dernière est une édition limitée 3 000 exemplaires (2) et présente un son remarquablement remastérisé numériquement, des notes approfondies et éclairantes, ainsi que de belles valeurs de production.

Néanmoins, je met en garde les auditeurs qui ont une aversion pour les dissonances et les dysharmonies importantes. Ces derniers ne pourront pas supporter certains des passages les plus difficiles de cette partition et auront du mal à digérer certaines des collisions sonores les plus expérimentales. Cependant, quiconque a l'oreille pour une musique de film qui s'étire, intellectuellement, conceptuellement et techniquement, trouvera beaucoup à admirer et à apprécier ce score.

(1) Southern Cross était un label indépendant créé par John S. Lasher. Il est associé à un certain nombre de ses autres labels tels que Label X, Preamble, Entr'acte Recording Society, Soundtrack Collector's Special Edition et Fifth Continent Music Corporation.
(2) Je m’insurge toujours contre cette pratique racoleuse d’édition limitée à XXX exemplaires, faisant croire que l’acheteur possède une rareté. En réalité pour qu’un disque soit rare, il faut qu’il descende sous le nombre de 100 tirages, ce qui n’est jamais le cas pour ces éditeurs.

FilmClassic

Autres sorties de musique de Dragonslayer (1981):

Dragonslayer (2010)
Alex North at the Movies (1996)
Dragonslayer (1990)
Dragonslayer (2021)


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Connexion