Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



In Harm's Way
Original Soundtrack


RCA Records 1979 Vinyle
RCA Victor 1965 Vinyle
Film Sortie du film: 1965
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track   Duration
Side One
1.Love Theme from In Harm's Way2:30
2.Liz in Harm's Way2:03
3.The Rock1:35
4.Native Quarter2:01
5.Goodbye2:45
6.Positive Identification1:35
7.Battle Theme from In Harm's Way2:28
 14:57
# Track   Duration
Side Two
1.Night on the Beach2:08
2.Attack2:05
3.The Rock and His Lady2:50
4.Hawaiian Mood2:00
5.Change of Command3:28
6.Medley from In Harm's Way:Try again, Moonburn2:47
7.One-Way Ticket1:49
8.First Victory2:44
 19:51
Introduisez votre critique

 

In Harm's Way - 08/10 - Critique de FilmClassic Soundtrack , ajouté le (Français)
Adapté du roman écrit en 1962 par James Bassett, ‘In Harm's Way’ (fr : Première Victoire) a été adapté au cinéma trois ans plus tard par Otto Preminger. Mettant en vedette John Wayne (1) (2), Kirk Douglas, Henry Fonda, Tom Tryon et Patricia Neal. Ce film présente une image relativement peu romantique et réaliste de la marine américaine et de ses officiers. Tourné en noir et blanc, l'histoire se déroule au moment où débute l'engagement des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale et raconte la vie de plusieurs officiers de la marine américaine basés à Hawaï, de leurs épouses et de leurs amants. Ce récit tentaculaire est typique des œuvres de Preminger dans lesquelles il examine les institutions et les personnes qui les dirigent, comme le Congrès américain et la présidence dans ‘Advise & Consent’ (fr : Tempête à Washington) l'Église catholique dans ‘The Cardinal’ et les services secrets britanniques dans ‘The Human Factor’.

Bien que nommé pour l'Oscar du meilleur directeur de la photographie pour son travail, ‘In Harm's Way’ a reçu des avis mitigés de la part des critiques. D’une part c'est un film « lisse et superficiel » et d’autre part « une œuvre qui a extraordinairement bien survécu, grâce à une multitude de vertus. (...) au rythme étonnamment vif, avec des effets spéciaux époustouflants ».

Ayant une expérience acquise, notamment pour la partition de ‘Lilies of the Field’ (fr : Le lys des champs), c’est Ernest Gold qui conseilla à Otto Preminger d’engager Jerry Goldsmith pour composer la musique de son film. Bien que Goldsmith a eu la chance de collaborer avec certains des plus grands noms du cinéma au cours de son incroyable carrière, l'un des plus controversés d'entre eux était Preminger. Le compositeur a parfois laissé échapper dans une interview la relation difficile qu'il a eue avec lui sur ‘In Harms Way’ et s'est rappelé avoir dit à Gold qu'il ne savait pas s'il devait le remercier de l'avoir recommandé à Preminger ou non. Mais Gold lui a répondu « qu'au moins Goldsmith aurait des histoires à raconter sur cette expérience »...

Pour sa partition, Goldsmith disposa de deux éléments clés : Un thème d'amour et une marche militaire puissante pour les Marines. Celle-ci s'ouvre sur une interprétation typiquement magnifique de son thème d'amour pour deux des protagonistes du film (A1).

On passe ensuite à un thème majeur pour le personnage de John Wayne avec ‘The Rock’ (A3). Sans surprise, Goldsmith livre un thème de procession entraînant, avec une mélodie martiale et cuivrée pleine de force rythmique.

‘Goodbye’ (A5) est une séquence qui prouve bien que ‘In Harms Way’ est bien plus qu'un film de guerre. Celle-ci se concentre sur les sentiments de ceux qui partent à la guerre et laissent derrière eux des êtres chers.

A l’opposé, ‘ Positive Identification’ (A6) introduit une certaine tension avant ‘Battle Theme’ (A7), un morceau pour soutenir la première attaque des forces américaines sur une île tenue par les Japonais. C'est ici que Goldsmith composa une interprétation percutante de son thème pour ‘The Rock’, suivie 'Attack’ (B2), un morceau d'action chargé avec des éclats périodiques de cuivres et de percussions.

Mais ‘In Harms Way’ est aussi un contraste inhabituel de styles musicaux. Elle combine à la fois une musique orchestrale dramatique et une abondance de musiques agréables. Celle-ci est elle-même contrastée. Par exemple, ‘Liz In Harm's Way’ (A2) est un numéro de big band, tandis que ‘Native Quarter’ (A4) est une séance d'entraînement chatoyante, avec des bois et un tempo giratoire digne des shakers ! (3)

‘Night on The Beach’ (B1) ainsi que ‘The Rock And His Lady’ (B3) présentent des thèmes de jazz sensuel et sexy pour un rendez-vous de fin de soirée sur la plage, tandis que ‘Hawaiian Mood’ (B4) capture les souches mélodieuses de la musique traditionnelle hawaïenne.

'Change Of Command’ (B5) est le point culminant de l'album, avec un moment tragique et héroïque où « The Rock » est dépossédé de son commandement. Goldsmith l'a souligne avec tristesse et disgrâce avec des bois et des cordes denses, soutenus par des tambours militaires et une trompette obsédante... Un précurseur de ‘MacArthur ‘et peut-être même de ‘The Last Castle’ ?

Nous avons des séquences comme ‘Medley From In Harm's Way’ (B6) avec des morceaux comme ‘Try Again’ et ‘Moonburn‘ qui sont du pur Glen Miller, mais avec l'empreinte musicale distincte de Goldsmith.

‘One Way Ticket’ (B7) n'a malheureusement pas été utilisé. Cette séquence était destiné au final saisissant et plein de suspense, lorsque le personnage de Kirk Douglas, rongé par la culpabilité, vole un avion pour une mission suicide visant à repérer la flotte japonaise.

Enfin, ‘First Victory’ (B8) clôture l'album de manière spectaculaire. Cet incroyable morceau atteint son apogée avec un puissant crescendo émotionnel et une coda sinistre sur des scènes de l'utilisation de la bombe atomique par l'Amérique sur le Japon.

Edité par RCA Victor, lors de la sortie du film, cet album a fait l’objet d’une réédition japonaise en 1979. Paru ensuite en CD, il a fait l’objet d’une attention particulière en 2015 lorsque le label Intrada l’a édité avec des bonus supplémentaires.

Au final, nous pouvons affirmer que Jerry Goldsmith a fourni un travail impressionnant en composant la musique de ‘In Harm's Way’. Soulignons qu’il a également obtenu sa première apparition à l'écran en tant que musicien lors d'une scène dans une boîte de nuit.

C’est donc avec empressement que je conseille à tous d’avoir, que ce soit en LP ou en CD, cette formidable musique de film dans sa collection.

(1) C’est le dernier film en noir et blanc de John Wayne.
(2) On a émis l'hypothèse que la performance discrète de John Wayne était due au fait qu'il était gravement malade d'un cancer du poumon au moment de la réalisation du film. Peu après la fin du tournage, en septembre 1964, on lui a diagnostiqué la maladie et, un mois plus tard, il a subi une intervention chirurgicale pour lui retirer tout le poumon gauche et deux côtes.
(3) Les Shakers sont les membres d'une branche du protestantisme connu notamment pour leur danse.

FilmClassic

Autres sorties de musique de In Harm's Way (1965):

In Harm's Way (2009)
In Harm's Way (2015)


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Connexion