Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



The Glory Guys


United Artists Records (5021456161478)
Film | Releasejaar: 1965 | Film release: 1965 | Medium: Vinyl
 

Schrijf je nu in!

Blijft beter op de hoogte en krijg toegang tot verzamelaars info!





 

# Track   Lengte
1.Main Title (The Glory Guys - vocal) 
2.Young Lovers' (Full Orchestra) 
3.The Kiss Mazurka 
4.Love And Understanding (Full Orchestra) 
5.Warpaint And Feathers 
6.Solitary Waltz 
7.The Battle (The Glory Guys) 
8.Young Lovers' Theme (Guitar Solo) 
9.The Regimental Polka 
10.Love And Understanding (Harmonica Solo) 
11.Finale (The Glory Guys) 
Schrijf zelf je recensie Verberg reviews in andere talen

 

The Glory Guys - 08/10 - Recensie van FilmClassic , ingevoerd op (Frans)
En 1956, une équipe de production composé d’un producteur de télévision (Jules Levy), d’un acteur (Arthur Gardner) et d’un réalisateur (Arnold Laven) ont cherché un écrivain inconnu pour adapter à bas prix le roman d’Hoffman Birney’ intitulé ‘The Dice of God’. Cet écrivain s’est avéré être ‘Sam Peckinpah’, qui avait fait une forte impression sur ‘Laven’ avec son écriture pour la série radiophonique appelé ‘Gunsmoke’. Bien que quatre mois et demi plus tard, ‘Peckinpah’ termina son scénario, les producteurs n’étaient plus en mesure de monter cette production et le projet a été abandonné. Au moment où le film est finalement entré en production en 1965, ‘Peckinpah’ était un cinéaste respecté à part entière, mais d’autre part, il a également été mis sur une liste noire, en faillite dû à son deuxième divorce. Qu’importe, ’The Glory Guys’ a finalement été réalisé par ‘Arnold Laven’ qui a réussi à mener à bien son projet au grand dam de ‘Peckinpah’, puisqu’il s’écarta largement de sa vision et plaça pour les deux premiers tiers du film l’accent sur les relations amoureuses entre ‘Demas’, ‘Sol’ et ‘Lou’

Pour ceux qui voudraient mettre une image à la musique, je vous résume brièvement l’histoire de ce récit largement inspiré de la bataille de ‘Little Big Horn’, comprenant un bataillon de cavalerie mis en danger en raison de la soif de sang indien par leur commandant, obsédé d’en découdre avec eux. Explorant des notions similaires de camaraderie en temps de guerre et partageant même certains membres du casting, comme ‘Michael Anderson Jr’, ‘Senta Berger’ et ‘Slim Pickens’, ‘The Glory Guys’ a été en quelque sorte un précurseur de ‘Major Dundee’ (Peckinpah), qui est également entré en production la même année.
Bien que disposant d’un gros budget ainsi que de nombreux figurants pour donner vie à la bataille entre la cavalerie et les sioux, cette production ambitieuse a essuyé de nombreuses critiques, notamment pour l’histoire d’amour éclipsant les Indiens qui apparaissent qu’à la bataille finale. Malgré que plusieurs semaines avant sa sortie, ‘United Artists’ avait fait la promotion en publiant un single instrumental de cette BO, interprété par le guitariste ‘Al Caiola’ ainsi qu’une version vocale interprétée par ‘Frankie Laine’, ce film a largement été boudé par le grand public.

Néanmoins, on retiendra la bonne partition de ‘Riz Ortolani’. Ce compositeur, d’origine Italienne s’était déjà taillé à Hollywood une belle réputation, trois ans auparavant pour la chanson phare ‘More’ du film ‘Mondo Cane’ et ‘The 7th Dawn’ (fr : La 7ème aube) en 1964. ‘The Glory Guys’ marque sa première tentative avec le western (1) et les résultats spectaculaires démontrent de façon éclatante son art imaginatif et sa musicalité impeccable. J’ai à l’esprit ‘The Main Title’ (A1), la chanson thème « patriotique » qui sert de pièce maîtresse et qui commence par des percussions militaristes avant de se traduire comme un hymne propulsif du style ‘Elmer Bernstein’. Cette partition chanté est également tout aussi efficace et même triste dans certaines séquences plus tranquilles (A5 – B1 - B5), impliquant l’issue tragique de l’histoire. La mélodie principale d’Ortolani est complétée par une paire de thèmes identifiant les personnages. Parmi ceux-ci, il y a un air chaleureux à base principalement de cordes montantes, intitulé ‘Love And Understanding’ (A4), qui représente ce triangle amoureux que compose ‘Demas’, ‘Sol’ et ‘Lou’. Il sera rejoué en harmonica solo rejoint par des violons dans la séquence portant le même titre ‘Love And Understanding’ (B4).

Un deuxième thème de désir apparaît avec ‘Young Lovers Theme’ (A2). Moins omniprésent dans le film, cette composition aborde la romance entre le soldat ‘Hale’ (Anderson Jr.) et ‘Beth’ (Laurel Goodwin). Tout comme pour ‘Love And Understanding’, il sera rejoué en guitare solo dans la séquence portant le même titre ‘Young Lovers Theme’ (B2).

‘Warpain and Feathers’ (A5) reprend le thème du générique, non chanté mais avec l’insertion d’une trompette, de tambours ainsi que d’une guitare acoustique rappelant tout aussi bien le style de film ainsi que l’aspect militaire du 3ème de cavalerie.
Les séquences saloon du film et un bal des officiers ont appelé ‘Ortolani’ effectuer des recherches sur des compositions d’époque. C’est le cas pour les séquences suivantes : ‘The Kiss Mazurka’ (A3), ‘Solitary Walz’ (A6) et ‘ The Regiment Polka’ (B3). Cette dernière est une interprétation d’une valse inspirée de ‘Love and Understanding’. Elle apparaît à travers une danse émotionnelle que partage ‘Demas’ et ‘Lou’.

Enfin, la composition ‘Finale‘ (B5) se termine par le magnifique thème principale nettement moins prononcé qu’au départ. Ici, ‘Ortolani’ nous accompagne vers l’aboutissement du film avec une composition imprégnée de douceur grâce à des cordes montantes, rejointes par des trompettes qui clôturent cette finale. C’est tout simplement somptueux, digne des grands classiques Hollywoodiens !
Sorti en LP en 1965 par ‘United Artist’, tant en édition Stéréo (UAS 5126) qu’en Mono (UAL 5126) aux States au Canada ainsi qu’en Grande Bretagne (ULPS 1120 ou/et ULP 1120). Enfin, c’est sous le label ‘Film Score Monthly’ (FSM) qu’il sera réédité comprenant quelques pistes bonus.

Alors que cette production a essuyé de nombreuses critiques négatives, regrettant même que ce ne soit pas ‘Sam Peckinpah’ qui l’ait réalisé, la revue ‘The Hollywood Reporter’ a souligné le travail d’Ortolani’ comme « grand et dynamique ». La critique de ‘Variety’ était moins enthousiaste, qualifiant la partition de « corsée » mais « dominateur ». Malgré tout ces jugements, je trouve que les thèmes principaux soutiennent les notions de « gloire » de la Troisième Cavalerie, englobant l’amour, la fraternité et le courage. C’est donc une pièce qui doit figurer dans votre répertoire.

(1) Après ‘The Glory Guys, ‘Riz Ortolani’ composera encore d’autres musiques pour le western, comme ‘Day of Anger’ (Ital : I Giorni Dell'Ira) en 1968 ou ‘Madron’ en 1970. Pour ce dernier, ce film fut nommé pour l'Oscar de la meilleure chanson originale ainsi que le Golden Globe de la meilleure chanson originale.

FilmClassic


Fout gezien of heb je info om aan te vullen?: Inloggen