Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



The Wizard Of Oz
Judy Garland With Victor Young's Orchestra


Decca Records 1951 Vinyl
 

Schrijf je nu in!

Blijft beter op de hoogte en krijg toegang tot verzamelaars info!





 

# Track   Lengte
1.Somewhere Over The Rainbow 
2.The Jitterbug 
3.Munchkinland 
# Track   Lengte
1.If I Only Had A Brain 
2.If I Only Had A Heart 
3.The Merry Old Land Of Oz 
4.We're Off To See The Wizard 
Schrijf zelf je recensie Verberg reviews in andere talen

 

The Wizard Of Oz - 09/10 - Recensie van FilmClassic , ingevoerd op (Frans)
Classé au registre internationale « Mémoire du monde » de l’UNESCO et fortement ancré dans la culture populaire américaine des années 1940, ‘The Wizard Of Oz’ (fr : Le magicien d’Oz) est catalogué au même titre que ‘Gone With the Wind’ (fr : Autant en emporte le vent) ou encore ‘A Star is Born’ (fr : Une étoile est née). La genèse de cette production débute en 1924, lorsque la MGM envisage d'adapter le roman de ‘L. Frank Baum’ au cinéma. N’étant pas directement d’accord sur l’adaptation, il aura fallu attendre 10 ans pour que ‘Samuel Goldwyn’ obtient les droits du roman pour la modique somme de 40 000 $.

Ayant à présent les droits, la MGM se demande comment l'adapter sans perdre la « magie » originelle. En janvier 1938, ‘William H. Cannon’, l'assistant de ‘Mervin LeRoy’, est le premier à réfléchir à la manière de rendre l'histoire plus dramatique. Un mois plus tard, ce dernier sera officiellement nommé producteur du film et quelques jours après ‘Samuel Goldwyn’ cédera les droits du livre à Loew's Incorporated, une filiale de la MGM. S’ensuivra une succession de scénaristes (14 au total), mais seulement trois seront crédités au générique : ‘Noel Langley’, ‘Florence Ryerson’ et ‘Edgar Allan Woolf’.

La première tâche pour ces derniers est d'engager les acteurs. Le premier choix envisagé pour jouer ‘Dorothy’ est la vedette du moment, ‘Shirley Temple’. Mais après une audition privée les producteurs estiment que la jeune actrice n'est pas assez talentueuse pour le rôle. Ils jettent alors leur dévolu sur une actrice de 16 ans déjà sous contrat avec la MGM depuis trois ans, ‘Judy Garland’. Bien qu'elle ait un peu de poids à perdre, ils sont persuadé que ce film lancera pour de bon sa carrière et qu'elle deviendra une star.

De même que pour les scénaristes, c’est une succession de réalisateurs qui vont se succéder sur le tournage du film. C’est tout d’abord ‘Richard Thorpe’ qui est engagé comme réalisateur. Au bout de dix jours de tournage, ‘Mervyn LeRoy’ estime que le travail de ‘Thorpe’ n'est pas adapté à la vision enfantine que le film devrait avoir. Le producteur décide donc de se séparer du réalisateur et de repartir à zéro. Peu de temps avant de se lancer dans son nouveau projet, ‘Gone With the Wind’ (fr : Autant en emporte le vent), ‘George Cukor’ accepte d'aider le film à se monter. Il est si stupéfait par le maquillage et les costumes des acteurs qu'il fait modifier aussitôt sa prise de poste. Ce qui le gêne le plus est l'apparence donné à ‘Judy Garland’. Il retire alors la perruque blonde de l'actrice et diminue considérablement son maquillage, lui rappelant ainsi qu'elle interprète une petite fille du Kansas. ‘George Cukor’ abandonne comme convenu son poste pour s'occuper de son film et ne se doute pas que les modifications qu'il a opérées sont une des clés de la réussite du film. Pour reprendre la suite de ‘Cukor’, ‘Mervyn LeRoy’ choisi ‘Victor Fleming’ qui est un réalisateur direct et au franc-parler. Ce dernier accepte de faire le film pour que ses deux petites filles voient ce film, dédié à la recherche de la beauté, de l'honnêteté, de la gentillesse et de l'amour dans le monde. Il s'investit complètement dans sa tâche mais quelques semaines avant la fin du tournage, il est sollicité par les ‘studio Selznick’. Le tournage de ‘Gone With the Wind’ tourne au fiasco à cause de la relation très tendue entre ‘George Cukor’ et ‘Clark Gable’. Le réalisateur accepte et quitte le tournage. Finalement c’est ‘King Vidor’ qui est choisi pour être celui qui mettra la dernière touche au film. Sur les deux à trois semaines de tournage restantes, il doit notamment terminer de filmer où ‘Dorothy’ chante ‘Over the Rainbow'. Une fois le film terminé ‘Vidor’ refuse de voir apparaître son nom au générique estimant que tout le mérite revient à ‘Fleming’. Jusqu'à la mort de ce dernier, il ne révélera jamais lui-même qu'il avait participé au tournage de cette production.
Le lancement du film sera un véritable succès, provocant même une émeute lors de la première du film, à New-York. On le qualifiera même du plus grand événement depuis le retour de ‘Charles Lindbergh’ !

Ce sont ‘Yip Harburg’ et Harold Arlen’, deux jeunes compositeurs de Broadway, qui écrivent les chansons qui rythmeront le ‘Wizard Of Oz’. Au total ce ne sont pas moins de dix chansons qui sont présentes dans le film. Deux reprises interprétées plus tôt dans le film seront supprimées dont celle de la séquence où ‘Judy Garland’ chante le deuxième couplet d'Over the Rainbow’ dans le château de la Méchante Sorcière de l'Ouest qui a été jugée trop mélancolique. A noter également une version arrangée d'une nuit sur le mont Chauve du compositeur ‘Moussorgski’ est jouée lorsque l'Épouvantail, L'Homme de fer-blanc et le Lion sauvent Dorothy du château de la Sorcière de l'Ouest.

'Over the Rainbow’ est l'une des dernières chansons écrites pour le film. C'est en se rendant au Grauman's Chinese Theatre avec sa femme qu’Arlen’ compose la mélodie de cette chanson. Sur le chemin il demande à sa femme qui conduit de s'arrêter et se met à écrire sur un petit bloc-notes ce qui deviendra la chanson phare du film.
‘Harburg’ écrit ensuite un texte en rapport avec l'état d'esprit de la jeune ‘Dorothy’ qui n'a qu'une chose de colorée dans sa vie, l'arc-en-ciel. C'est à partir de cette idée qu'il décide d'inclure cet élément naturel dans la chanson et ainsi matérialiser le souhait de la jeune fille d'avoir un peu plus de gaîté dans sa vie. Après la seconde projection du film, la chanson est coupée au montage car certains décisionnaires estiment que ça ralentit le film ou qu'une star de la MGM chantant dans une basse-cour manque de dignité. Mais finalement la chanson sera réintégrée.

Au départ, le film perdra de l'argent. Mais un espoir apparaît pour les producteurs lorsque le film est nommé pour cinq Oscars, dont celui du meilleur film. Ces derniers ne se font pas d'illusion face aux treize nominations pour ‘Gone With the Wind’, le grand favori, mais espèrent quand même une surprise. Au final, c’est ‘Victor Fleming’, non nommé pour la réalisation du film, qui remporte l'Oscar du meilleur réalisateur. ‘The Wizard of Oz’ n'est finalement pas en reste en remportant deux autres statuettes, une pour la musique de ‘Herbert Stothart’ et une autre pour la chanson ‘Over the Rainbow’.

Dirigé par l’orchestration de ‘Victor Young’ et datant de la sortie du film, Decca Records éditera un coffret (n°74) composé de quatre disques en format 78t. Extrêmement rare à trouver de nos jours, surtout en bon état, cet album contient à l’intérieur des photos en noir et blanc du film. Un régal pour tous les vrais collectionneurs !

Avec la fin de la seconde guerre mondiale, il fera l’objet d’une seconde édition. Toujours édité par le même label mais avec une autre pochette. C’est deux ans plus tard qu’il sortira pour la première fois en 33t. Vu le succès sans cesse croissant il sera à nouveau réédité en 1952. Enfin, avec l'avènement de la télévision, ‘The Wizard of Oz’ sera régulièrement diffusé, surtout pendant la période de Noël. C’est ainsi que la M-G-M éditera pour la première fois un LP contenant à la fois les chansons et une partie des dialogues du film. Ce disque à fait l’objet d’une autre critique que j’ai posté il y a deux ans et que je vous conseille de lire si vous désirez parfaire votre connaissance cinématographique et surtout musicale.

Depuis lors, je ne compte plus le nombre de réédition qui ont vu le jour, mais je voudrai conclure cette critique sur la carrière de ‘Judy Garland’. Celle-ci continuera à interpréter cette chanson dans ses spectacles. Elle écrira dans une lettre adressée à ‘Harold Arlen’ que ‘Over the Rainbow’ fait partie de sa vie et qu’il symbolise les rêves et les espoirs des gens au point que certains ont les larmes aux yeux en l'entendant. Chanté des milliers de fois, ‘Over The Rainbow’ restera toujours la chanson la plus chère à son cœur.

FilmClassic


Fout gezien of heb je info om aan te vullen?: Inloggen