Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



Nicholas and Alexandra


Film | Releasejaar: 1972 | Film release: 1971 | Medium: Vinyl
 

Schrijf je nu in!

Blijft beter op de hoogte en krijg toegang tot verzamelaars info!





 

# Track   Lengte
Side 1
1.Overture2:19
2.Nicholas And Alexandra1:26
3.The Royal Children1:23
4.The Royal Palace1:00
5.The Sunshine Days3:21
6.Alexandra1:18
7.The Romanov Tercentenary0:52
8.Lenin In Exile1:21
9.The Princesses2:20
10.The Breakthrough2:35
11.The Declaration Of War2:55
 20:49
# Track   Lengte
Side 2
1.Entracte2:40
2.The Journey To The Front1:02
3.Military March2:40
4.Rasputin'S Death1:28
5.The People'S Revolt1:19
6.Alexandra Alone1:11
7.Farewells2:30
8.Dancing In The Snow1:11
9.Departure From Tobolsk1:30
10.Elegy1:38
11.Epilogue1:50
 18:58
Schrijf zelf je recensie Verberg reviews in andere talen

 

Nicholas and Alexandra - 09/10 - Recensie van FilmClassic , ingevoerd op (Frans)
Le producteur ‘Sam Spiegel’ aspirait depuis longtemps à tourner un film sur la Révolution Russe et c’est après le succès du ‘Docteur Zhivago’, en 1967, qu’il se lança dans l’aventure. Son intention initiale était de tirer son scénario d’événements historiques, mais il a changé d’idée en lisant le roman de ‘Robert H. Massie’ intitulé : ‘Nicholas and Alexandra’. Sa vision était de créer un film épique dans la tradition du ‘Docteur Jivago et ‘Lawrence d'Arabie’, mais il était tenu par les dirigeants du studio Columbia qui hésitaient à offrir un budget généreux après de terribles revers financiers, notamment pour les films ‘The Chase’ et ‘The Night of the Generals’. En tant que tel, il ne pouvait pas se permettre des acteurs au cachet élevé comme ‘Peter O'Toole’, ‘Vanessa Redgrave’ ou encore ‘Rex Harrison’. Il réussit cependant à s'assurer les services de ‘Laurence Olivier’, au côté du quelle se sont joints ‘Michael Jayston’ (Nicolas II), ‘Janet Suzman’ (Alexandra) et ‘Tom Baker’ (Raspoutine).
Pour ceux qui sont férus d'histoire, le film débute en 1904 avec la naissance d'Alexei Romanov’ et se termine en1918 avec le meurtre horrible de la famille impériale, le tout sur fond de la révolution d'octobre.
Malgré sa production somptueuse, sa narration fascinante et les excellentes performances des acteurs, le film n'a pas trouvé de résonance auprès du public et a été un échec commercial. Il a quand même remporté six nominations aux Oscars, notamment celle pour la meilleure musique de film.
C’est le compositeur britannique ‘Richard Rodney Bennett’ qui a été choisi pour la BO. Il a beaucoup apprécié cette tâche, vu le caractère épique de l'histoire. Pour cette composition, il a fourni une immense toile de thèmes variés. Il a compris qu'il s'agissait à la base d'une histoire d'amour, celle de ‘Nicolas et d’Alexandra’ qui, avec leurs enfants sont pris dans les courants destructeurs de la guerre. Il a saisi l'importance d'infuser des auras et des sensibilités russes dans son paysage sonore. Pour lui, c'était une évidence ! Mais il devait également parler de la magnificence royale et du pouvoir suprême du Tsar, ainsi que de l'amour éternel que lui et Alexandra partageaient. Enfin, Il a discerné que leurs meurtres atroces témoignent de la fin d'un grand âge romantique, faisant place à la brutalité cruelle d'un nouvel ordre violent.
Son paysage sonore est soutenu par quatre thèmes principaux : Le thème impérial qui parle du pouvoir, de la droite divine et de l'autorité royale de ‘Nicolas II’, le Tsar de tous les Russes. Celui-ci est austère née par des cors d'harmonie réservés, des cordes solenne et des timbales, puis est rejoint par un chœur mélancolique.
Le thème de l'amour pénètre le placage impérial et offre une tendre intimité, qui parle de l'amour éternel entre ‘Nicolas et Alexandra’. ‘Bennett’ en parle avec une phrase répétitive et descendante de huit notes née par des cordes chaudes et sensibles. Au travers du bonheur spirituel bouillonne avec des bois animato et propose une phrase répétitive regorgeante de bonheur et d'une joie de vie étincelante. Il soutient les moments avec les enfants du Tsar ainsi que les moments où Nicolas et Alexandra ont abandonné le lourd manteau de leurs fonctions pour vivre les joies simples de la vie.
Le thème du peuple est largement appliqué et juxtapose le thème impérial. Il sert d’identité aux gens du commun. Par exemple, il rappelle que ‘Lénine’ en tant que chef des bolcheviks désire renverser la monarchie et instaurer un nouvel ordre et ‘Raspoutine’ dont la débauche ne connaît pas de limites.
Enfin, alors que la guerre fait des ravages horribles et que les événements commencent à devenir incontrôlables, la consonance mélodique des partitions commence à se défaire. La dissonance devient de plus en plus importante lorsque ‘Nicholas’ abdique et est placé en détention, ce qui conduit finalement à une fin horrible à sa vie et à sa famille. Il s'agit-là du quatrième thème.
Véritable perle, cette BO a été éditée que sur vinyle LP, par Bell Records en 1971, et à été largement diffusé dans différents pays. Malheureusement, à ma modeste connaissance, elle n'a, jusqu'à présent, jamais été légitimement publiée sur CD.
La musique de ‘Richard Rodney Bennett’ a certainement contribué à sauver le film avec l'une de ses partitions les plus éloquentes et les plus sincères. Dans un coup de maître, il a exposé de nombreux thèmes que j’ai cité plus haut et qui ont contribué à l’élévation de nombreuses scènes au sublime, les rendant efficace pour transmettre les émotions puissantes du film.
Foi de FilmClassic, je recommande vivement cette partition tout en espérant un jour qu'elle sera entièrement restaurée dans sa forme complète et actualisé dans une technologie moderne et de pointe.

FilmClassic
Trailer:







Fout gezien of heb je info om aan te vullen?: Inloggen