A Streetcar Named Desire
Capitol Records ‎– DDN-289 78 RPM, Mono, 4 X Shellac


Capitol Records 1951 Vinyle
Film Sortie du film: 1951
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track   Duration
Side One
1.Streetcar 
 
Side Two
2.Four Deuces 
# Track   Duration
Side Three
1.Belle Reeve 
 
Side Four
2.Blanche 
# Track   Duration
Side Five
1.Flores Para Los Muertos (Flowers For The Dead) 
 
Side Six
2.Flores Para Los Muertos (Concluded) & Mania 
# Track   Duration
Side Seven
1.Lust & Soliloquy 
 
Side Eight
2.Redemption 
Introduisez votre critique

 

A Streetcar Named Desire - 05/10 - Critique de FilmClassic , ajouté le
Dans un appartement minable de La ‘Nouvelle Orléans’, ‘Stella Du Bois’, descendante d'une vieille famille aristocratique, vit avec son mari ‘Stanley Kowalsky’, lorsqu’ils voient débarqué ‘Blanche’, la sœur de ‘Stella’ descendre d’un tramway nommé « Désire ». Ce diabolique ménage à trois a fait le triomphe des planches de Broadway à tels point que son réalisateur ‘Elia Kazan’ a été contacté pour adapter cette pièce, signé ‘Tennessee Williams’ sur grand écran.
Étant donné qu’Elia Kazan’ était à l'aise avec le casting de Broadway, la plupart d'entre eux ont été amenés à reprendre leurs rôles, notamment ‘Marlon Brando’ dans le rôle de ‘Stanley Kowalski’, ‘Kim Hunter’ dans le rôle de ‘Stella Kowalski’ et ‘Karl Malden’ dans le rôle de ‘Harold « Mitch» Mitchell’. Seul ‘Vivian Leigh’ a remplacé 'Jessica Tandy' dans le rôle de ‘Blanche Du Bois’.

Rapidement, des problèmes sont survenus, car les films hollywoodiens des années 50 étaient plus strictement réglementés pour le contenu que les pièces de Broadway. Le récit sordide du scénario allait à l’encontre de la censure, qui n’exigeait pas moins d’une soixantaine de modifications, liés principalement au viol et à l’homosexualité. Un véritable bras de fer s’en est suivit, vu que ‘Kazan’ pensait que ces éléments faisaient partie intégrante du film, sans lequel son récit et son résultat final perdraient tout leur sens. Il a filmé les scènes pour une version de réalisateur, mais la censure ne voulant pas céder, le film fut saucissonné. Des années plus tard, en 1993, les scènes coupées seront découvertes dans les coffres du studio, ce qui conduira à le restaurer dans sa version initiale.

Malgré tout ces problèmes, 'A Streetcar Named Desire' a été un énorme succès, remportant douze nominations aux Oscars dont celle de la meilleure musique de film.
C’est en 1949 que ‘Kazan’ collabore pour la première fois avec ‘Alex North’ pour ‘Death of a Salesman’ (mort d’un commis voyageur). Impressionné par le talent du compositeur, il pensait que sa sensibilité plus moderniste s'harmoniserait bien avec le récit dur et sordide du film. Pour ce dernier, ‘North’ a écrit une partition majeure dans l'histoire du cinéma en ce sens que c'était la première fois qu'un idiome de jazz était utilisé pour accentuer le côté dramatique de l’histoire. Avant cela, le jazz avait toujours été utilisé dans le contexte de la musique source. En termes d'approche de notation, il a compris qu'il s'agissait d'un drame axé sur les personnages avec des moteurs émotionnels à la fois manifestes et secrets. En tant que tel, il a décidé d'écrire des identités basées sur des personnages intimes. Exemple pour ‘Stanley’, en créant un motif descendant à deux notes, une appoggiature portée par des trompettes et un saxophone sensuel, rappelant sa masculinité. Il y a également le thème de ‘Blanche’, qui offre l'écriture la plus romantique de la partition. De mon côté, j’aime particulièrement le thème en A1 avec une trompette solo obsédante et des cordes luxuriantes. Enfin ! Il y a le thème ‘Belle Reve’ faisant allusion à la maison d’enfance des deux sœurs. Les violons portent la ligne mélodique, mais’ North’ évite une expression idyllique car les accents discordants et inquiétants de la trompette, des clarinettes, des trombones ainsi que du piano grave nous informent de la dépression de ‘Blanche’, qui s’accentue au cours du film.
Avec cette musique teintée de jazz et de blues, ‘Alex North’ a véritablement capturé le décor et le cœur émotionnel du film. De plus il a posé un modèle de score qui servira de référence à d’autres comme ‘Elmer Bernstein’ pour ‘The Man with a Golden Arm’ (voir ma critique concernant cette musique). J’avoue néanmoins qu’il faudra une écoute répétée pour s'habituer ainsi découvrir toute la beauté et l'intelligence de cette partition, mais croyez-moi, elle en vaut le détour !
Cette édition faisant référence ici, est un coffret composé de 4 disques en format 78 tours, édité chez Capitol Records US et peu courante par rapport à l'édition 33 tours en format 25 cm (10') sortie simultanément aux States et en France.

FilmClassic
Bande annonce:





Bande annonce:





Bande annonce:





Autres sorties de musique de A Streetcar Named Desire (1951):

Streetcar Named Desire, A (1995)
Streetcar Named Desire, A (1992)
Streetcar Named Desire, A (2004)
Streetcar Named Desire, A (2015)
North of Hollywood (1958)
Film Music by Alex North (1970)
Streetcar Named Desire, A (2016)


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Connexion

 



Plus