Battleship


Colosseum (4005939714628)
Varèse Sarabande (0030206714623)
Film | Date de sortie: 08/05/2012 | Type: CD, Téléchargement
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track Artiste/Compositeur Duration
1.First Transmission3:17
2.The Art Of War4:31
3.Full Attack3:53
4.You’re Going To The Navy1:01
5.The Beacon Project5:07
6.Objects Make Impact4:38
7.First Contact Part 11:51
8.First Contact Part 22:08
9.It’s Your Ship Now4:04
10.Shredders4:05
11.Regents Are On The Mainland2:43
12.Trying To Communicate3:15
13.Water Displacement2:18
14.Buoy Grid Battle3:02
15.USS John Paul Jones2:29
16.We Have A Battleship2:49
17.Somebody’s Gonna Kiss The Donkey4:33
18.Super BattleWritten and Performed by Tom Morello • Produced by Rick Rubin1:32
19.Thug Fight (feat. Tom Morello)3:29
20.Battle On Land And Sea2:48
21.Silver Star1:54
22.The Aliens4:17
23.Planet G3:59
24.Hopper3:15
 76:58
Introduisez votre critique

 

Battleship - 06/10 - Critique de Damien , ajouté le
'Battleship', nouvelle production Hasbro après les trois très lucratifs 'Transformers' (et en attendant le 4ème), avait tout pour faire un gigantesque carton dans les années 90: clichés à gogo, patriotisme exacerbé, vision élogieuse de l'armée US, fun assuré de bout en bout par un réalisateur décomplexé ayant pour seule et unique ambition d'offrir un 'pop-corn movie' sans prise de tête... et un spectacle technique sans précédent (mission accomplie). Si un échec commercial n'est pas à redouter, le carton ne sera peut-être pas tel que prévu, à cause notamment d'un calendrier estival incroyablement chargé en blockbusters, et d'une presse impitoyable. Sans compter qu'entre 'Avengers' et 'Men in Black III', 'Battleship' fait figure de petit nouveau qui ne peut pas encore compter sur des hordes de fans.

Mais bref. Après les robots géants de Michael Bay, le compositeur Steve Jablonsky entreprend de donner vie aux navires de guerre de Peter Berg. Si on pouvait au départ redouter de fortes similitudes, on est surpris de constater que Jablonsky a opté pour une approche très différente. Misant ici beaucoup plus sur le design sonore que sur de véritables thèmes, le compositeur donne vie aux divers éléments du film d'une manière très atypique.

Comme c'est le cas pour la plupart de ses bandes originales, Steve Jablonsky place quelques 'theme-suites' en début d'album. 'First Transmission' débute les hostilités avec un premier motif lié à la base et aux scientifiques du film. 'The Art Of War' offre lui un thème assez simpliste mais très puissant, avec ses cuivres et son rythme soutenu, à l'image de ces imposants vaisseaux de guerre dont on découvre tous les angles et toutes les possibilités de destruction durant le film. Troisième et dernière suite, 'Full Attack' relève plus de l'électronique qui se développe sur un fond sonore haché par des accords de guitare électrique répétés inlassablement. Ce motif, qui occupera plusieurs séquences du long métrage, fera s'arracher les cheveux aux mordus de la musique symphonique 'à l'ancienne' de John Williams, mais parvient à maintenir une tension incroyable durant des scènes pourtant sans action, notamment la fameuse scène où soldats et aliens se livrent à un véritable jeu de combat naval.

Ce qui frappe avant tout, c'est l'omniprésence d'électronique. Les éléments orchestraux traditionnels se comptent sur les doigts d'une main. Jablonsky, s'écartant des thèmes glorieux et héroïques qui avaient fait son succès dans 'Transformers', livre un travail d'arrière-plan. Ce qui ne l'empêche pas de développer un son dense et lourd, qui alterne sans complexe bruitages et sonorités massives, mélanges détonants de synthétiseurs et de cuivres à la 'Inception'.

A cette recherche technique, le compositeur a forcément ajouté quelques thèmes plus traditionnels, mais qui n'apparaissent qu'en de très rares occasions. 'Silver Star' nous offre le thème des frères Hopper (qui réapparaît dans la dernière piste, 'Hopper'), mélange élégant de cornemuse, violons et piano. 'We Have A Battleship' et 'Water Displacement' en présentent un autre, somme toute très classique mais du plus bel effet.

Totale surprise dans ce décor, le thème des aliens ('Planet G'). Qui n'a rien d'un thème, puisqu'il provient de l'enregistrement d'un signal de MRI, instrument médical au bruit irritant. On obtient donc une sonorité industrielle, totalement déshumanisée et presque dérangeante, qui sied parfaitement à ces mystérieux envahisseurs dont on ignore tout.

Accompagnant toute cette électronique, une musique rock qui correspond bien à l'ambiance générale du film pointe son nez de temps à autres. Si plusieurs titres d'ACDC (non repris sur ce disque) font leur apparition durant la séance, ce n'est pas tout puisque Tom Morello, guitariste du groupe metal Rage Against The Machine, a collaboré avec Steve Jablonsky sur 'Super Battle' et 'Thug Fight', reprise rock de plusieurs thèmes de cette bande originale qui fait des étincelles dans le climax du film.

Si la recherche de nouvelles expériences et de sonorités inédites est remarquable et de très bon augure pour la suite de la carrière de Steve Jablonsky, cela engendre évidemment une série de pistes qui relèvent de la musique d'ambiance (certains parleront même de bruit de fond, pas vraiment à tort). Toutefois, vu la générosité de cette bande originale, qui offre 79 minutes de musique, soit la quasi totalité de la musique entendue dans le film et des theme-suites inédites, chaque auditeur trouvera de quoi repartir satisfait.

En bref, une bande originale qui explore davantage le côté technologique de l'art, délaissant presque totalement les traditions. Une musique au design très travaillé (l'auditeur attentif remarquera une foule d'idées novatrices glissées ça et là), lourde et légère à la fois, qui hante, stresse et puis explose, à l'image de la fantastique piste 'USS John Paul Jones'. A déconseiller seulement à ceux pour qui John Williams incarne encore un idéal de modernité dans la musique de film.


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Connexion

 



Plus