L'Armée Des Ombres


Disc AZ 1969 Vinyle
Film Sortie du film: 1969
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track   Duration
1.L'Armée Des Ombres3:11
2.La Lettre Anonyme2:25
 5:36
# Track   Duration
1.20 Octobre 19421:36
2.La Planque4:15
 5:51
Introduisez votre critique

 

L'Armée Des Ombres - 05/10 - Critique de FilmClassic , ajouté le
Considéré comme le plus grand film français sur la Résistance, ce drame signé ‘Jean-Pierre Melville’ relate le parcours d’un ingénieur arrêté en 1942 pour « pensées gaullistes » avant d’échapper aux griffes de la Gestapo pour rejoindre à Marseille le réseau de résistance qu’il dirige.
Sorti un an après Mai 68, les Français donnèrent à L’Armée Des Ombres un accueil très mitigé. Venant de quitter la Présidence de la République, le général de Gaulle était pour beaucoup de ses concitoyens tombé en disgrâce. Le film passa pour un tract Gaulliste, notamment à cause de la scène décriée « d’apparition à Londres » de ce dernier.
Pourtant le casting de ce film est exceptionnel : ‘Simone Signoret’, ‘Paul Meurisse’, ‘Jean-Pierre Cassel’. Et ‘Lino Ventura’, à qui ‘Melville’ n’adressa pas la parole durant tout le tournage, profitant ainsi de cette situation pour renforcer le côté de l’homme traquée qu’incarne le héros. La tardive carrière américaine du film est également à souligner. À cause de tout ces polémiques, il n’y eut pas de sortie aux States avant 2006. Ce fut un triomphe outre-Atlantique et L’Armée Des Ombres a été élu film de l’année par plusieurs critiques américains. Il aurait même pu gagner l’Oscar du meilleur film étranger en 2007 si la France n’avait pas proposé cette année-là ‘Fauteuils d’orchestre’. Cette situation aurait été paradoxale et fait mauvais genre : Le meilleur film français de 2006 datait en fait de 1969 !
Si le film est sublime, sa BO l’est tout autant. Repéré par ‘Melville’ pour sa collaboration avec ‘François de Roubaix’ dans ‘Le Samouraï’ et ami de ‘Michel Magne’, à qui il doit les ficelles de la composition musicale adaptée au cinéma, c’est ‘Eric Demarsan’ qui l’a signa.
D’emblée, ‘Melville’, un homme au caractère bien trempé, avait informé le compositeur sur ses choix musicaux en ces termes « Voilà, je ne vous montre pas le scénario, mais c’est un film sur la résistance, sur les hommes, pas sur la guerre (…) Il y a quelques hommes et quelques femmes qui ont changé le cours de l’histoire de France (…) Donc il ne faut pas une musique emphatique, il faut une musique rigoureuse ».
Le film était pratiquement fini, que ‘Demarsan’ n’avait encore rien lu. Le compositeur a dû travailler thème par thème. Chaque semaine il en créait un qu’il faisait valider par ‘Melville’. Et puis ce dernier les écoutait et, au gré de son inspiration et de ses humeurs les changeait de séquence. Ainsi la musique 1 pouvait très bien passer à la musique 23 et la musique 19 à la musique 2… Un exemple parmi tant d’autres avec la marche militaire qui ouvre le film. ‘Melville’ la déplacé à trois fois reprise ! Une fois au début, puis comme générique de fin, et lors de l’avant première, il est revenu sur sa première impression, c’est-à-dire au début du film.
Alors que certains compositeurs l’auraient fustigé, voire carrément quitté le plateau ‘Demarsan’ s’exécutait en raisonnant que finalement il est au service du film, au service de l’image et aussi au service du metteur en scène.
Et avec cette patience et cette modestie propre à lui-même, le compositeur a parfaitement réussi son défi, nous offrant une partition magistrale qui, selon moi figure toujours parmi les plus belles musiques de films Français.
J’évoque ici le « thème de Gerbier », un thème majeur et symphonique, mélangeant une fois le piano et l'accordéon et l’autre fois celle d’un orgue. Il y a aussi celui de « Mathilde », plus évocateur, plus rêveur. Attardons-nous également sur un moment fort du film : Celle où l’on vient chercher les prisonniers pour les conduire sur leur lieu d’exécution. Intitulé « Spirituals », cette séquence se base sur une œuvre de ‘Morton Gould’ (1). Elle nous plonge dans la triste réalité, amplifiant la longue angoisse de tous ces inconnus sacrifiés sur l’autel de la folie Nazie.
Et puis il y a le reste, tout aussi bon a écouté comme « la ligne de démarcation », « Manouche à Drancy » ou encore « la planque », une séquence commençant à la guitare, qui se poursuit avec le refrain de 'Gerbier’.
En 1969, c’est le label AZ qui édite cette BO. Malheureusement un disque unique en format 45 tours … C’était tout bonnement chiche ! Il faudra attendre 2000 pour que le label Universal France nous édite une version complète en format CD et un LP en 2019, pondu par le même producteur.
Un classique, une Master pièce à acquérir si vous ne l’avez pas encore.

(1) Plus tard, lors d’une interview ‘Eric Demarsan’ citait : « Un jour, ‘Melville’ m’a dit qu’il avait tourné la séquence sur cette musique et qu’il voulait la même. J’ai répondu que ça ne serait pas possible, que ça ne marcherait pas, mais j’ai quand même fait ce qu’il demandait. J’ai pris toutes les entrées d’instruments aux mêmes endroits, j’ai mis les mêmes timbales tout en lui disant que ça ne marcherait pas. On l’a lu une fois et il m’a dit : « Non, c’est vrai, vous avez raison, on garde l’autre ! » On ne l’a donc lu qu’une fois… Il y avait des fautes dedans… et on l’a mis sur le disque. Donc dans le disque, il y a des fautes ! »...

FilmClassic


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Connexion

 



Plus