Il Était une fois dans l'Ouest


RCA Victor France 1969 Vinyle
Film Sortie du film: 1968
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track   Duration
1.Il Était Une Fois Dans L'Ouest ''C'Era Una Volta Il West''3:41
2.Come Una Sentenza3:05
3.Addio A Cheyenne2:36
4.L'Attentato4:39
5.La Posada Nº11:38
6.La Posada Nº21:30
 17:09
# Track   Duration
1.L'Homme À L'Harmonica ''L'Uomo Dell'Armonica''3:25
2.In Una Stanza Con Poca Luce5:05
3.L'Orchestraccia2:20
4.L'Uomo1:00
5.L'America Di Jill2:45
6.L'Ultimo Rantolo1:42
7.Finale4:09
 20:25
Introduisez votre critique

 

Il Était une fois dans l'Ouest - 09/10 - Critique de FilmClassic Soundtrack , ajouté le (Français)
On peut réellement affirmer qu'après-avoir terminé le dernier film de sa célèbre trilogie des Dollars, The Good, The Bad And The Ugly (fr : Le bon, la brute et le truand), le réalisateur italien Sergio Leone avait atteint ce que beaucoup considèrent comme le sommet de sa carrière. Bien qu'il ait été acclamé par tous, il a décidé qu'il avait dit tout ce qu'il voulait dire et qu'il ne reviendrait pas au genre western. Les studios hollywoodiens, cependant, avaient d'autres idées que lui et voulaient capitaliser sur son talent et son palmarès. United Artists lui proposa de réaliser Il Était une fois dans l'Ouest. Leone déclina l'offre, mais lorsque la Paramount fit une proposition financière très généreuse, qui incluait également la possibilité de travailler avec Henry Fonda, il accepta et l'engagea ainsi que Claudia Cardinale, Jason Robards et Charles Bronson.

Sergio Leone et Ennio Morricone constituaient l'une des plus belles collaborations de l'histoire du cinéma et il n'y a jamais eu de doute sur le fait qu'on lui demanderait de composer la musique du film. Il accepta sans hésiter l'offre de Leone et, sur ses instructions spécifiques, composa la musique en se basant uniquement sur le scénario avant le début du tournage.

Pour son paysage sonore, Morricone a composé trois thèmes principaux. Les personnage Harmonica et Frank partagent un thème commun en ce sens que leurs destins sont intrinsèquement liés. Le thème est interprété sous différentes formes, notamment à l'harmonica, à la guitare électrique et aux cordes. Les interprétations d'Harmonica sont exclusivement portées par son harmonica caractéristique, tandis que les interprétations de Frank sont plus menaçantes et portées par la guitare électrique ou les cordes. Le thème de Jill est la seule construction féminine du film, une juxtaposition bien nécessaire aux identités masculines. Composée selon un schéma ABAA, la phrase A initiale, pleine de nostalgie, est portée par le clavecin, le vibraphone et le violoncelle, qui atteint le sublime lorsqu'elle est rejointe par la voix sans paroles de la soprano Edda dell'Orso. La phrase B offre un pont de cor inspiré, qui lance les phrases A finales de l'orchestre complet, du chœur et de la soprano. Enfin, il y a le thème de Cheyenne joué au banjo, au wood block, à la harpe et parfois au sifflet. La mélodie est folklorique, lente, avec une nonchalance joyeuse. Et puis, il y a un thème secondaire, le thème du Pacifique, qui est lié à M. Morton, le magnat des chemins de fer. La musique est ambitieuse et émouvante avec une construction étincelante et éthérée née des bois pastoraux, du vibraphone et du son des vagues qui s'écrasent sur le rivage. Ne disposant pas de la version complète de la partition, mais seulement de l'album RCA, qui contient treize morceaux, je vous propose d'analyser ceux-ci.

'L'Orchestraccia' (B3) accompagne l'arrivée du train de Jill à Flagstaff. Morricone soutient la scène avec un air carnavalesque joué au sifflet, au tuba, au banjo et au violon. Elle est pleine de bonheur, qui se transforme lentement en déception lorsqu'elle se rend compte que personne n'est là pour l'accueillir.

'L'America Di Jill' (B5) est un point culminant de la partition. Alors que Jill part en calèche pour le ranch des McBain, nous sommes gratifiés d'une interprétation étendue de son thème, qui se déploie dans un somptueux moment choral cinématique. Au milieu des rues sales et poussiéreuses de Flagstaff, le thème de Jill offre une beauté sublime, pleinement réalisée dans la composition de Morricone.

Dans 'La Posada N°1 ' (A5), les occupants de la calèche s'arrêtent pour prendre des rafraîchissements dans une taverne, où les hommes s'extasient devant la beauté de la jeune femme. Morricone fait monter la tension alors que tous les regards se tournent vers la porte d'entrée. Cheyenne fait son entrée, porté de façon menaçante par son thème pincé au banjo. Chaque nouvel énoncé de son thème s'élève dans un registre de plus en plus menaçant.
Nous entrons dans la séquence 'L'Homme À L'Harmonica' (B1), alors que le thème de l'harmonica retentit diégétiquement. Nous le voyons en jouer dans une partie isolée de la taverne, accompagné d'une guitare électrique dure, qui amplifie la menace de son thème pendant que Cheyenne s'approche de lui.

Nous passons à 'La Posada Nº2' (A6), où Cheyenne essaie de le narguer, mais Harmonica ne se laisse pas faire. Leurs deux thèmes s'entrecroisent, celui d'Harmonica passant aux bois et celui de Cheyenne étant amplifié par des notes menaçantes au son métallique.

'In Una Stanza Con Poca Luce' (B2) est un moment fort de la partition, qui offre un soliloque du thème de Jill. On y voit Jill fouiller les tiroirs de l'armoire de la chambre principale, sans trouver ce qu'elle cherchait. Morricone soutient le pathos du désespoir alors qu'elle regarde autour de la pièce avec un rendu plaintif de son thème, qui regorge de chagrin d'amour et de regrets.

Dans 'L'Uomo' (B4), Harmonica et Jill boivent un dernier verre ensemble pour fêter l'acquisition de son ranch et de ses 5 000 dollars, plus que suffisants pour la ramener à la Nouvelle-Orléans et commencer une nouvelle vie. Le moment est brisé par l'entrée de Frank dans le saloon, accompagné d'une interprétation menaçante de son thème. Jill part prendre un bain et Frank s'assoit, exigeant de connaître l'identité d'Harmonica. Il répond Jim Cooper, dont Frank affirme qu'il est mort. Frank lui offre alors 6 000 dollars pour le terrain, accompagné d'une interprétation tordue de son thème à l'harmonica. Voyant que Frank a posté des hommes pour bloquer toute sortie, il décline l'offre et monte les escaliers, laissant derrière lui un Frank en proie à la colère.

Dans 'L'Attentato' (A4), Morricone offre un brillant exemple de tension palpable en utilisant des textures percussives amorphes, ambiantes et changeantes, imprégnées d'auras sinistres de menaces occultes. Frank sort du saloon et arpente les rues tandis qu'Harmonica s'introduit dans la chambre de Jill. Un ostinato de vibraphone et des accents métalliques ajoutent un sentiment d'urgence.

Dans 'Come Una Sentenza' (A2), Frank et Harmonica marchent prudemment l'un contre l'autre, à une cinquantaine de mètres l'un de l'autre. La tension croissante est renforcée par l'interprétation de leur thème à la guitare électrique. Lorsque Frank enlève sa veste, la mélodie passe aux cordes, qui s'intensifient au fur et à mesure que Frank tourne en rond. Le thème monte en crescendo, sans jamais atteindre son paroxysme, mais en diminuant au fur et à mesure qu'Harmonica sourit et s'approche de Frank. Il s'arrête à trois mètres de lui ; la musique s'éteint et les deux hommes se regardent dans un face-à-face où seul le vent se fait entendre.

Dans 'L'ultimo Rantolo' (B6), alors qu'Harmonica et Frank s'affrontent, et que ce dernier est mortellement blessé, il demande à Harmonica qui il est, ce qui amène ce dernier à sortir son harmonica. Le thème de l'harmonica résonne lorsqu'il l'enfonce dans la bouche de Frank, dont les yeux révèlent la dévastation avant qu'il ne tombe raide mort. Pour cette ultime séquence, Morricone donne une interprétation enjouée du thème de l'homme à l'harmonica.

'Il Était une fois dans l'Ouest' (A1) est une réplique immortelle, une partition intemporelle et probablement l'une des meilleures compositions du Maestro. Elle couvre la scène où Harmonica revient et rejoint Jill et Cheyenne dans la cabane. Elle sourit lorsqu'il entre et son bonheur est porté par une interprétation au clavecin de son thème. À 0:51, la voix sans paroles de la soprano Edda dell'Orso fait son entrée et nous sommes témoins d'une magnifique et somptueuse exposition complète du thème de Jill, où la partition atteint son apogée émotionnelle. Alors qu'Harmonica s'en va, Jill exprime l'espoir qu'il reviendra un jour.

Dans 'Addio A Cheyenne' (A3), la musique s'apaise alors que Cheyenne s'en va lui aussi et rejoint Harmonica, porté par son thème de banjo rythmé et sautillant, qui dément sa mort prochaine suite à la blessure mortelle qu'il a subie en combattant les hommes de Frank. Il descend de sa monture, s'assoit sur le sol et informe Harmonica qu'il ne peut pas continuer car il est en train de mourir d'une blessure intestinale qui s'envenime. Les hommes se rendent compte qu'il s'agit d'une séparation, ce que Morricone appuie par une longue exposition du thème de Cheyenne. L'arrêt forcé à 2:24 appuie sa mort sous le regard d'Harmonica.

Nous concluons avec 'Finale' (B7), alors qu'Harmonica se retourne et assiste à l'arrivée du premier train à la gare de Sweetwater. Morricone soutient l'imagerie avec une interprétation romantique et sincère du thème de Jill, qui culmine avec les voix sans paroles d'Edda dell'Orso, alors que nous voyons Jill apporter de l'eau aux hommes assoiffés à la bouche sèche.

Au travers de sa partition, Morricone a compris intrinsèquement les sensibilités de Leone en tant que réalisateur et a joué sur ses forces pour créer une confluence cinématographique stupéfiante. La tension est grande tout au long du film et, scène après scène, Morricone a renforcé et amélioré le récit de Leone. Il Était une fois dans l'Ouest, a valu au Maestro d'être immortel et de prendre fièrement sa place dans les couloirs sacrés du Panthéon des grands compositeurs de musique de film.

Je vous recommande vivement d'ajouter cette remarquable musique de film à votre collection.

FilmClassic Soundtrack
Bande annonce:





Bande annonce:





Autres sorties de musique de C'era una volta il West (1968):

C'era una Volta il West (1970)
Il Etait une Fois dans l'Ouest (1976)
Il Etait Une Fois Dans L'Ouest... (1971)
Il Etait une Fois dans l'Ouest (1969)
Hasta que Llegó su Hora (1969)
Spiel mir das Lied vom Tod (1984)
Once Upon A Time In The West (1972)
Once Upon A Time In The West (2014)
Era una volta il West, C' (1969)
C'era una volta il West (2018)
C'era Una Volta Il West (0)
C'era una Volta il West (1999)


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Connexion

 



Plus