The 25th Hour


Film | Date: 1967 | Type: Vinyle
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track   Duration
1.Opening2:29
2.In The Church1:52
3.Johann And Suzanna2:47
4.Deportation Of The Jews2:42
5.Suzanna At The Minister's House1:35
6.Johann In The Wheat Field2:20
7.Arrival Of The Germans1:05
8.Johann in Budapest1:42
9.The Train Stops0:52
10.Gathering Of The Flowers1:58
11.Arrival Of The Russians2:55
12.Death Of Traian2:15
13.Johann On The Platform0:58
14.Johann And Suzanna Reunited1:17
 26:46
Introduisez votre critique

 

The 25th Hour - 08/10 - Critique de FilmClassic , ajouté le
C’est en 1959, après le succès mondial du film ‘La Vache et le Prisonnier’ avec Fernandel, que la MGM passe une commande de trois films avec le trio ‘Henri Verneuil’ pour la réalisation, ‘Jean Gabin’ comme acteur principal et ‘Michel Audiard’ au scénario (1). Cette opportunité va offrir au cinéaste sa réputation à l'échelon international. C’est sur cette lancée qu’il adaptera au cinéma le roman de ‘Virgil Gheorghiu’, intitulé ‘the 25th hours (La 25e heure). Cette production franco-italo-yougoslave relate l’histoire d’une famille roumaine dont le père, ‘Iohann Moritz’ (Anthony Quinn), est dénoncé comme étant juif alors qu'il ne l'est pas, par le chef de la police locale qui convoite sa femme (Virna Lisi). ‘Moritz’ est alors envoyé en camp de travail. Puis, s'évadant avec d'autres détenus juifs vers la Hongrie, il est pris pour un espion et envoyé en Allemagne. Sorti du rang par un médecin, comme spécimen aryen, Il finit la guerre dans les SS. Considéré comme ennemi, les alliées l'internent avec d’autres prisonniers de guerre. Finalement, à l'issue d'un procès, ‘Iohann Moritz’ est libéré et retrouve sa famille.
Pleinement satisfait pour la composition musicale de ‘100 000 $ au soleil’, tourné trois ans auparavant, ‘Verneuil’ confiera la BO à ‘Georges Delerue’. Alors que ce film anti-guerre a de curieuses tentatives d'être une comédie, ce dernier va le jouer directement dans sa partition, obtenant ainsi d’excellents résultats. Je retiens tout d’abord le motif principal, qui est et reste un thème délicat et fragile joué au cymbalum. Il représente l'innocence malheureuse de ‘Johann’, et est entendu tout au long de la partition. Sur cette base, s’ajoute d’autres séquences comme le thème d'ouverture joué contre les visuels du fil de fer barbelé (A1). Véritable lamentation accompagné d’un chœur masculin, de cuivres, de cordes, de la harpe et de cymbalum. Il y aussi ‘Deportation Of The Jews’ (A4), ce thème obsédant composé de cordes et du chœur d'hommes profonds nous rappelle étrangement la musique de ‘John Williams’ pour la séquence de la mort de l'empereur dans ‘Return of the Jedi’. Composé de cuivres et de caisses claires brutales, il y a ensuite l'émouvante et martiale ‘Arrival Of The Germans’ (A7) qui est une partition parfaitement adapté au contexte. Il y a aussi cette valse radicale qui apparaît parfois, notamment dans ‘Johann in Budapest’ (B1) et qui tourne au vinaigre dans ‘Gathering Of The Flowersa’ (B3). Changeant de conquérant, de nation et de domination, la séquence de ‘Arrival Of The Russians’ (B4) est une musique martiale solide et l’insertion appropriée du chœur masculin est parfaitement appropriée puisqu’elle traduit parfaitement bien le nationalisme de l’armée rouge. Enfin, la partition de cette dénonciation amère et ironique de la guerre se termine pathétiquement avec la mélodie folklorique exubérante devenant exaspérante alors que la famille est enfin réunie sur le quai d’une gare, en 1949 et s’achève lorsque ‘Johann’ est contraint d’afficher un sourire artificiel et douloureux arraché par un photographe.
Paru en 1967, tant aux States, qu’en Espagne et en France, par le label M-G-M, cette musique sera réédité en CD par FSM (Film Score Monthly) en 2003 où elle sera compilé avec une autre composition du Maestro Français : ‘Our Mother's House’.
Bien sûr, ce n'est pas le genre de musique exaltante que ‘Delerue’ avait l’habitude d’écrire, comme ‘le corniaud’, ou encore ‘l’homme de Rio’. Ici, il dresse plutôt un portrait qui se prête parfaitement bien au film, un bilan très bas, très direct et très sombre de l'humanité. Néanmoins, je conseille vivement de la connaitre. Elle est et demeure, selon moi une des meilleures partitions de ‘Georges Delerue’.
(1) Les trois films seront ‘Le Président’, ‘Un singe en hiver’ et ‘Mélodie en sous-sol’.

FilmClassic
Bande annonce:







Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Connexion

 



Plus