Moonraker


Capitol/EMI Records (0724354142529)
Film | Date de sortie: 25/02/2003 | Sortie du film: 1979 | Type: CD, Téléchargement
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track Artiste/Compositeur Duration
1.MoonrakerShirley Bassey3:12
2.Space Laser Battle2:50
3.Miss Goodhead Meets Bond2:49
4.Cable Car - Snake Fight3:10
5.Bond Lured to Pyramid2:06
6.Flight into Space6:33
7.Bond Arrives in Rio - Boat Chase2:39
8.Centrifuge and Corrinne Put Down2:38
9.Bond Smells a Rat2:26
10.End TitleShirley Bassey2:30
 30:52
Introduisez votre critique Masquer les avis dans d'autres langues

 

Moonraker - 07/10 - Critique de FilmClassic Soundtrack , ajouté le (Français)
Sorti de l’imagination de Ian Fleming, Moonraker fut publié en 1955, avant d’être acheté par l'acteur John Payne et d'être revendu quelques années plus tard à Harry Saltzman et Albert R. Broccoli producteurs légendaires de la saga James Bond. Ces derniers avaient à l'origine l'intention de réaliser For Your Eyes Only avant Moonraker. Mais le succès des films de science-fiction Close Encounters of the Third Kind (Rencontre du 3è type) de Spielberg et Star Wars (La Guerre des étoiles) de George Lucas ont changé la donne et ouvert la voie à Moonraker.

Onzième film de la série et quatrième avec Roger Moore, c’est Lewis Gilbert qui se chargea de la réalisation. Avec Lois Chiles dans le rôle d’une Bond girl, Richard Kiel dans celui du tueur Jaws (sa 2è et dernière apparition) et production anglo-française oblige, Michael Lonsdale dans le rôle de Drax, Moonraker narre les aventures du plus célèbre agent secret britannique, qui enquête sur la disparition d'une navette spatiale américaine. En se rendant aux Etats-Unis pour interroger le directeur du projet, Sir Hugo Drax. Il y fait la rencontre de la charmante Holly Goodhead et découvre que Drax est en fait le responsable de la disparition de la navette…

Moonraker marque le retour de John Barry dans la saga Bond. Comme pour les autres films, Barry a inséré une chanson phare dans le générique du film.

Kate Bush a été envisagée, avant que Johnny Mathis ne soit approché. Comme il ne pouvait pas mener à bien le projet, c’est Shirley Bassey qui fut engagée. N'ayant que quelques semaines avant la date de la première en Angleterre elle a effectué les enregistrements dans un délai très court. Troisième et dernière collaboration entre elle et Barry, Moonraker est probablement sa meilleure chanson. Selon moi, si Goldfinger et Diamonds Are Forever sont dynamiques et demeurent des classiques, Moonraker est la plus élégante des trois, même si les paroles semblent un peu bizarres, en raison de l’insertion du mot « Moonraker » par le parolier Hal David (#1).

Selon moi, John Barry a écrit avec cette partition sa meilleure bande originale de James Bond. Goldfinger est un classique, From Russia with Love et On Her Majesty's Secret Service contiennent d'excellents morceaux d'action et, avec sa dernière musique de Bond, The Living Daylights, Barry a démontré qu'il était également capable de combiner l'électronique et l'orchestre pour des morceaux d'action dans un contexte moderne de James Bond.

Avec cette partition, Barry opère un changement dans son style de composition : il s'éloigne du style jazzy des partitions précédentes, avec des cuivres lourds, pour passer à une musique plus lente, mettant l'accent sur la section des cordes. Cette façon plus épique de composer la musique a également été utilisée plus tard pour Out of Africa, et bien sûr, dans le grand succès de Kevin Costner avec Dance With Wolf (Danse avec les loups). Ce son épique peut-être considéré comme le « label » John Barry.

La partition de Moonraker est aussi très spécial dans la mesure où l'on n'y entend pas souvent le thème de James Bond. Bien qu’elles ne figurent pas sur le disque, beaucoup de musique classique ont également été utilisée. Par exemple, Drax joue le Prélude n° 15 en ré bémol majeur de Frédéric Chopin sur le clavier de l'ordinateur, sans oublier Tritsch-Tratsch-Polka de Johann Strauss, qui est utilisé lors de la scène de l'aéroglisseur sur la place Saint-Marc à Venise. Les amateurs de musique de film reconnaîtront facilement le célèbre thème d'Elmer Bernstein pour The Magnificent Seven (Les Sept mercenaires) et, pour les initiés, le thème de Close Encounters, utilisé comme code d'accès à une porte de sécurité.

La seconde séquence ‘Space Laser Battle’ (#2) est également un point fort de cette partition. J’apprécie particulièrement l'utilisation du chœur. Celui-ci donne à la scène spatiale une atmosphère majestueuse spécifique. Élégant, intemporel et avec des cordes majestueuses, il faut admettre que Barry n'avait jamais fait cela auparavant dans une musique de James Bond et ne le fera plus jamais.

Ensuite, vous pouvez entendre le magnifique thème d'amour dans Miss Goodhead meets Bond (#3), avant de passer à une partition plus musclée pour soutenir l'action avec ‘Cable Car and Snake Fight’ (#4).

Avec une durée de plus de six minutes, ‘Flight into Space’ (j#1) est le morceau le plus long de la partition. Similaire à ‘Space Laser Battle’ (#2), il se caractérise par un son plus élégant, notamment grâce à l'utilisation des cordes.

‘Bond Arrives in Rio and Boat Chase’ (#2) est une autre séquence d'action qui utilise le thème « Bond », si cher à la saga.

Enfin, End Title – Moonraker (#5) est repris par Shirley Bassey. C’est une version plus rapide de la chanson initiale, qui tend plus vers une version disco.

La musique a toujours joué un rôle important dans la série des James Bond, et les bandes originales de la saga devraient être un élément essentiel dans votre collection. Moonraker est certainement une réussite. Elle est d’une part élégante et d’autre part, ses morceaux d'action ont apporté une attitude nouvelle à la série. En somme, une composition moderne, mais dans le style « Bond », propre à John Barry.

FilmClassic Soundtrack
Moonraker - 08/10 - Critique de Tom Daish, ajouté le (Anglais)
One of the better Roger Moore Bonds, Moonraker made some rather obvious attempts to cash in on the success of Star Wars by taking Bond into space. It still contained its fair share of Earth bound adventures and a great villain/henchman in Richard Kiel's Jaws. The score is one of John Barry's more sedate Bond efforts and one of the earlier scores to echo his broad style of recent years. Even tracks that sound as though they should be exciting such as Space Lazer Battle are taken at a very leisurely pace.
The highlight of the album is undoubtedly the extended Flight Into Space which takes the well known chord progressions of the Bond theme and twists them around, adds a choir and turns into something of an imposing set piece. It more resembles The Lion in Winter than Bond, but Barry was obviously feeling the need for more drama and less of the Mickey Mousing he was undoubtedly a little bored of providing. The cue gets quite intense and faintly apocalyptic, but is turned a little more uplifting midway with a gorgeous melody performed on horns then brass. Perhaps the most typical cue is Bond Arrives in Rio, with its on location 'exotic' guitar riffs, but even this contains a background choir which ought not to work, but does admirably. Barry's 007 action motif is put to brief, but good use in Boat Chase which makes up the second half of the cue. The score is quite notable for not featuring the Bond theme at all, although I imagine it must crop up in the film at least once or twice.

The title song isn't one of the most memorable of Barry's, but is still a great effort and given a slightly more restrained than usual performance by the ever reliable Shirley Bassey. About the only misstep on the entire album is the pretty dire disco version End Title rendition. I can't imagine how it could have sounded good in 1979 and even if it did, it sounds awful and horrendously dated today, spoiling an otherwise perfectly acceptable song. Not a particularly typical Bond score, but if you're a fan of Barry's broader and more romantic style, it's likely to appeal much more than many of his other Bond efforts. I don't know how much other music the film contains, but an expanded release would be most welcome and improvement in the sound wouldn't go amiss either. Compared to other scores recorded around the same time, it is pretty disappointing aurally sounding about ten years older than it actually is. Still, one of Barry's best Bond scores and only loosing points for the disco version and the lousy production on the album.
Moonraker - 08/10 - Critique de Cedric Stalpers, ajouté le (Néerlandais)
Ondanks het kassucces van deze elfde Bondfilm (de onofficiële Casino Royale uit 1967 niet meegerekend), was de muziek ervan in het elpeetijdperk (tot omstreeks 1990) in België en Nederland niet zeer eenvoudig te vinden. En als men in 'die goede oude tijd' de elpee in handen kreeg, bleek dat lang niet alle muziek de overstap van celluloid naar vinyl had gemaakt. Zo ontbreekt de muziek van de pre-generiek, als ook die uit de Venetiaanse scènes.

Het gevolg is dat op de elpee (en de cd, die evenveel en dezelfde muziek bevat) nergens het James Bond theme te horen is. Wél keert het 007 thema (eerder te horen in From russia with love en Thunderball) terug (onder de titel Boat Chase) en is er een zeer fraaie instrumentale uitvoering van de titelsong (Miss goodhead meets Bond) te beluisteren. Alleen al omwille van dat nummer is de cd warm aanbevolen.

Autres sorties de musique de Moonraker (1979):

Moonraker (1979)
Moonraker (1988)
Moonraker (1999)
Moonraker (2012)

Bandes Originales de la collection: James Bond

Never Say Never Again (1995)
Panorama Para Matar (1985)
Im Geheimdienst Ihrer Majestät (1969)
Carl Davis Conducts James Bond themes (1999)
Best of Bond... James Bond, The (2002)
Never Say Never Again (1994)
Uomo dalla Pistola d'Oro, L' (1974)
Music to Read James Bond By (1968)
007 James Bond Classics (2012)
Moonraker (1988)


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Connexion

 



Plus