Mad Max: Fury Road
Deluxe Version


WaterTower Music (0794043172687)
Film | Date de sortie: 12/05/2015 | Sortie du film: 2015 | Type: CD, Téléchargement
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track   Duration
1.Survive (Extended Version)1:40
2.Escape (Extended Version)3:28
3.Immortan’s Citadel (Extended Version)8:58
4.Blood Bag (Extended Version)3:39
5.Buzzards Arrive (Bonus Track)1:26
6.Spikey Cars (Extended Version)4:08
7.Storm Is Coming (Extended Version)6:16
8.We Are Not Things (Extended Version)1:42
9.Water (Extended Version)6:25
10.The Rig (Extended Version)6:31
11.Into the Canyon (Bonus Track)2:49
12.Brothers In Arms (Extended Version)5:52
13.The Chase (Bonus Track)3:16
14.Moving On (Bonus Track)1:56
15.The Bog (Extended Version)12:32
16.Redemption1:45
17.Many Mothers (Extended Version)8:58
18.The Return To Nowhere (Bonus Track)5:17
19.Claw Trucks (Extended Version)5:43
20.Immortan (Bonus Track)11:10
21.Chapter Doof6:49
22.Walhalla Awaits (Bonus Track)2:40
23.My Name Is Max2:23
24.Let Them Up2:36
25.Mary Jo Bassa (Bonus Track)2:26
26.Coda (Bonus Track)4:43
 125:07
Introduisez votre critique

 

Mad Max: Fury Road - 08/10 - Critique de Christian Lavagne, ajouté le
Mad Max: Fury Road était un outsider qui a conquis le coeur des fans comme AUCUN des remakes/reboots/suites qui ont fait la spécificité de 2015. A la composition on y trouve un homme en pleine ascension, Junkie XL.

Je le dis tout net: je ne suis pas un amateur du travail habituel du compositeur. Le disciple de Hans Zimmer manque selon moi de diversité, de structure, de 'construction' pourrait-on dire.
Et c'est exactement ce qu'il fallait pour ce film: la folie.

Le travail de JXL est d'une intelligence étonnante pour un film qui, structurellement, est aussi simple: Une. Course. Poursuite. Point final.
Il s'avère que son style s'insère à merveille dans cet univers de bruit, de fureur, de folie mécanique. Pas étonnant que George Miller se soit montré enthousiaste au point de diffuser la composition durant les sessions de postproduction.

Mais ce qui, à mon sens, approche la BO du génie créatif, c'est sa capacité à brouiller la frontière diégétique. A plusieurs reprises on découvre à l'écran le Doof Warrior, personnage instantanément culte qui, juché sur un 'char-orchestre', rythme la marche du convoi avec sa guitare-lance-flamme. Or ses envolées (intradiégétiques) se retrouvent telles quelles dans la partition (extradiégétique) qui se déroule en parallèle ('Blood Bag', 'Storm Is Coming', 'Chapter Doof'). Cela donne l'impression positivement perturbante que toute la musique n'est pas composée pour le film, mais issue de celui-ci; soit qu'elle est produite par le char du Doof Warrior, soit qu'elle est l'émanation du chaos mental de Max, qui hallucine déjà visuellement et cherche 'les Plaines du Silence'.
Rarement un tel entremêlement diégétique a existé au cinéma.

La situation se retrouve, à un niveau moindre, avec le thème du film ('Survive', 'Water', 'The Rig' etc), où l'unique note de violoncelle(?) répétée et déformée numériquement imite un moteur de voiture rugissant.

Enfin, LE thème qui a le plus marqué les fans entoure une des thématiques du film: le Valhalla. Apparaissant à trois moments ('Storm Is Coming' -encore-, 'The Chase' et 'Walhalla Awaits'), il symbolise la mort par apothéose, condition obligatoire dans le film pour être sauvé. Les violons et les cuivres prennent évidemment le contrôle dans un moment d'envolée pure, comme si le mort glorieux quittait l'existence furieuse et chaotique vers la Paix (élément accentué dans 'Walhalla Awaits' pour d'évidentes raisons narratives).

Toutefois, à plusieurs reprises, et surtout vers le milieu de l'album, Junkie XL relâche la tension par des compositions bien plus douces, où le violon (habituellement violemment staccato) prend largement ses aises pour délayer le thème des femmes en fuite ('We Are Not Things', 'Many Mothers', 'My Name Is Max' etc). Elles sont bien plus classiques et ont vraisemblablement pour but d'appuyer le propos du film sur le salut ne venant pas de la violence (le Valhalla) mais de la Femme, génitrice et réfléchie.

Finalement, les trois titres les plus marquants restent 'Blood Bag' représentatif de la question diégétique, 'Storm Is Coming' pour sa violente grandiloquence et 'Brothers In Arms', musicalement symbolique de cette chevauchée mécanique quasi-ininterrompue.
La plus grande qualité de cet album reste sa capacité à se réinventer à travers les différentes phases de course-poursuite, sans éculer les thèmes ni faire du pur remplissage.
Mad Max: Fury Road, ou l'importance du bon compositeur pour le bon film.

Addendum: Un conseil (sincère): ne JAMAIS écouter cet album en conduisant. Il réveille des choses enfouies et dangereuses. Comme des envies d'écraser la pédale d'accélérateur en hurlant 'soyez témoins!'.
Mad Max: Fury Road - 07/10 - Critique de Damien , ajouté le
Attendu depuis très longtemps, et après de nombreux reports de production, le 4ème volet/reboot de la saga Mad Max a fait son retour fracassant en 2015. A 70 ans, le réalisateur George Miller n'a rien perdu de sa jeunesse et offre une véritable leçon de cinéma. A la pointe de la technologie, tout en réalisant un maximum de cascades à l'ancienne, Mad Max: Fury Road a été accueilli comme une petite révolution dans le cinéma d'action: histoire simple, linéaire, efficace, servie par une mise en scène hallucinante et une imagination débridée qui vous scotche à votre siège pour deux heures de folie.

La bande originale signée Junkie XL complémente solidement cette vision. Son côté brutal et minimaliste dépeint un monde primitif où la folie règne en maître, et où l'homme n'est plus qu'un animal. Face à cette fureur, il reste tout de même un dernier espoir pour l'humanité, représenté par un très joli thème, épuré, au violon ('Many Mothers').

Si les parties percussives sont en fin de compte assez classiques chez Junkie XL (après tout, il a apporté ce style en collaborant avec Hans Zimmer sur Man of Steel, puis l'a répété dans Divergent et 300: Rise of an Empire), elles n'en restent pas moins jouissives car le délire est poussé à fond. Les rythmes sont sauvages, rejoints par des solos de guitares endiablés ('Chapter Doof', 'Blood Bag').

On citera évidemment le morceau 'Brothers in Arms', fantastique piste d'action entraînante, rythmée, avec une mélodie imparable, d'une efficacité redoutable. Peut-être la meilleure piste d'action de l'année, elle confirme l'aisance de Junkie XL dans ce domaine.

Si on retrouve une série de motifs déjà entendus dans Divergent où 300: Rise of an Empire, il ne faut pas oublier que ces deux bandes originales ont été composées dans l'urgence, alors que Junkie XL travaillait déjà sur Mad Max: Fury Road, dont la composition a duré plus d'un an. Ce planning complexe fait de ce Mad Max une sorte de 'best of' des compositions de Junkie XL, une version plus polie, finie, mieux développée de Divergent ou 300: Rise of an Empire.

Ca n'en fait pas un travail parfait pour autant. L'album, extrêmement long, pâtit de plusieurs passages à vide, où un sound design très sobre fait office de musique. Le thème principal, qui se veut épique et grandiose, souffre de la comparaison avec les capacités épiques d'un Hans Zimmer (mentor de Junkie XL), souvent imité mais jamais égalé.

A noter qu'une version plus courte de cet album a été commercialisée, mais au détriment de très bonnes pistes qui ont été sacrifiées. L'idéal est donc de se constituer une petite playlist sur base de la version longue.

Mad Max: Fury Road, c'est un travail de longue haleine, une très belle symbiose entre film et musique. Amateurs de musique d'action sauvage, les pistes 'Blood Bag', 'Spikey Cars, 'Brothers in Arms', 'Claw Trucks' et 'Chapter Doof' sont absolument incontournables.
Bande annonce:





Autres sorties de musique de Mad Max: Fury Road (2015):

Mad Max: Fury Road (2015)
Mad Max: Fury Road (2015)


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Login

 



Plus