The Last Airbender


Film | Date: 2010 | Type: CD, Téléchargement
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track   Duration
1.Airbender Suite11:17
2.Earthbenders5:54
3.The Avatar Has Returned4:43
4.The Four Elements Test5:31
5.Journey to the Northern Water Tribe4:02
6.Hall of Avatars3:40
7.Prologue2:43
8.The Blue Spirit7:17
9.The Spirit World5:19
10.We Could Be Friends4:09
11.We Are Now the Gods5:47
12.Flow Like Water6:33
 66:55
Introduisez votre critique

 

The Last Airbender - 09/10 - Critique de Marc Chauvin, ajouté le
Il est désormais établie que la sorte d’un nouvel album de James Newton Howard et en l’occurrence pour un film de Shyamalan est un évènement en soi. En effet, de The Sixth Sense à The Happening, le compositeur a livré de véritables perles musicales dont Signs ou Unbreakable sont les plus illustres chefs d’œuvres (pour ne citer qu’eux)
La collaboration entre JNH et Shyamalan est devenue au fil des films, une des plus riches et des plus intenses jamais vues depuis lors ; chaque nouvel album étant la preuve formelle d’un dialogue sans cesse perpétuel entre le discours d’un réalisateur empreint de mysticisme et de fantastique et la sensibilité et la maîtrise d’un compositeur capable d’allier virtuosité et intensité dans l’émotion .
The Last Airbender, leur dernier projet, est une pierre de plus dans l’édifice- déjà majestueux - de l’univers musical du compositeur .
C’est une sacrée pierre en effet puisque la partition de James Newton Howard regroupe à la fois le sens de la virtuosité cher à ses collaborations avec le réalisateur indo- américain et celui de l’épique et du grandiose qui a fait ses heures de gloires avec Waterworld, The Postman, King Kong ou I Am Legend .

C’est 12 morceaux qui se présentent à nous ; 12 morceaux dont ressortent certains ponctués de fulgurances et c’est avec « The Last Airbender Suite » que JNH ouvre son ballet ; un ballet fleuve de plus de 11 minutes où le compositeur déploie par strates successives l’univers du film.
Quelques minutes après une introduction mystérieuse et sombre, les cordes et les cuivres apparaissent enfin en alternance dans une sorte de semi fanfare solennelle absolument majestueuse digne des grandes heures de John Williams .Une introduction donc, des plus mémorables (qui correspond en réalité au générique de fin) annonçant clairement la couleur. De l’épique, du majestueux et du mystère .

L’ensemble de l’album est parcouru par un thème ou plutôt un motif de 4 notes ascendantes et descendantes décliné dans des variations allant du mystérieux à l’épique, voire au lyrique. Cette « formule » se retrouvera donc dans la plupart des titres faisant le lien entre chacune exprimées dans des intentions diverses.

Une des parties d‘« Earthbenders » illustre la première bataille du film entre les maîtres du feu et de la terre. Le compositeur livre un rythme martial des plus entraînant avec moult percussions et cuivres rugissants. On pense bien évidemment à Waterworld dans les rythmiques matinées d’exotisme avec une certaine force dans la sophistication. « Journey to the northern water tribe » en est aussi un parfait exemple. Les morceaux d’actions sont donc bien présents avec renforts de cuivres bondissant, percussions atomiques, cordes tendues et virevoltants « The blue spirit », « The spirit world »,  « We Could Be Friends » ou la majeure partie de « Now We Are The Gods »

Mais que serait un album de James Newton Howard pour Shyamalan sans cette force émotionnel qui transforme la noirceur en lumière ; les plaines
En montagnes. L’intensité dramatique est donc de rigueur dans des morceaux comme
« Now We Are The Gods »,morceau d’action se concluant en une longue complainte pour cordes et cuivres vraiment poignante .

Le compositeur achève enfin sa partition dans la grâce la plus absolue avec ce qui semble être considéré par beaucoup comme LA pièce de tout le score. « Flow Like Water » est un déploiement de cordes étirées, ascendantes et descendantes créant ainsi une sorte d’adagio pour cordes vraiment déchirant qui conclut l’album dans l’émotion la plus radieuse .Le compositeur crée une progressive montée en puissance fabuleuse dont lui seul a le secret. C’est alors que le compositeur reprend son motif qui se transformera ici en thème en le faisant exploser, en l’étirant pour le magnifier dans toute sa puissance .C’est ensuite dans la déflagration que prendra fin la piste en convoquant une dernière fois un des thèmes musical du film.

Si l’on voulait synthétiser l’ensemble du score, la partition de James Newton Howard serait en réalité une combinaison des meilleures ingrédients de presque tout ses albums alliant le grandiose et la force d’un King Kong et le lyrisme d’un I Am Legend avec l’exotisme trépident d’un Waterworld et le mysticisme et l’intensité d’un Snow Falling On Cedars.
La partition du maestro fait preuve comme toujours d’une structure architecturale des plus solide et rigoureuse déclinant ses motifs et ses thèmes dans une combinaison orchestrale imposante et subtile à la fois .

The Last Airbender s’inscrit alors déjà comme une des pièces maîtresses du compositeur qui synthétise tout son talent. Ce nouvel exploit n’est cependant pas aussi miraculeux qui l’aurait dût être car si la réussite est incontestable, la partition du maestro n’est pas forcément des plus novatrice dans le sens où elle ne rejoint pas la perfection et l’intensité d’un Signs, The Village encore d’un The Lady In The Water, mais ce sont d’autres partitions pour d’autres univers et The Last Airbender a besoin d’une forme de « consensus », à besoin de fédérer pour aller au-delà des particularités afin d’éviter tout élitisme. James Newton Howard ne livre pas le chef d’œuvre absolu, mais que l’on ne s’y trompe pas, The Last Airbender est un score atomique et d’une très grande puissance s’inscrivant comme une de ses très grandes partitions et rejoint de surcroît le niveau d’un John Williams .
En l’état ,(et n'en déplaise à certains 'pisse-froid' ) la nouvelle œuvre de JNH est une énorme réussite et se place incontestablement comme une des meilleures B.O de l’année 2010 !
La musique de cette B.O. est utilisée dans:

The Last Airbender (Bande annonce)

Bande annonce:



La bande annonce de cette B.O. contient de la musique de:

The Last Airbender (2010) (Track 12. Flow Like Water) (Film)


Bandes Originales de la collection: M. Night Shyhamalan Movies

Unbreakable (2000)
Sixth Sense, The (2000)
Lady in the Water (2006)
Signs (2002)
Sixth Sense, The (1999)
Happening, The (2008)
Last Airbender, The (2010)
Village, The (2004)


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Connexion

 



Plus