Starship Troopers


Film | Date: 1997 | Sortie du film: 1997 | Type: CD, Téléchargement
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track Artiste/Compositeur Duration
1.Fed Net March0:49
2.Klendathu Drop4:29
3.Punishment/Asteroid Grazing4:50
4.Tango Urilla3:50
5.Hopper Canyon2:44
6.Bugs!!2:20
7.Dizzy's Funeral1:18
8.Desruction of Roger Young3:27
9.Brainbug3:59
10.They Will Win4:01
11.Into ItZoë Poledouris4:36
 36:22
Introduisez votre critique

 

Starship Troopers - 07/10 - Critique de Citizen Cancre, ajouté le
Lorsque l'on parle de Paul Verhoeven, on pense immédiatement à deux choses : Basic Instinct et Sharon Stone. En creusant plus loin, on peut aussi penser à Total Recall et Arnold Schwarzenegger. C'est moins glamour que la belle Sharon (qui y tient d'ailleurs un petit rôle) mais ça marche quand même.

La musique de ces deux films a été composée par feu le grand Jerry Goldsmith. Mais se limiter à ça est oublier que Paul Verhoeven a, pour les besoins d'autres métrages, collaboré avec un autre grand compositeur aujourd'hui décédé et moins connu, à savoir Basil Poledouris.

C'était dans le cadre de deux autres films qui n'en sont pas moins célèbres également et qui ont donné lieu à plusieurs suites (souvent de qualité médiocre) : Robocop et Starship Troopers. Deux films qui ont plus en commun que leur réalisateur et leur compositeur. Ils ont aussi cette manière de dénoncer la violence omniprésente dans une société futuriste qui tend à la banaliser, Robocop avec la criminalité croissante qui nécessite le recours aux machines, et Starship Troopers au moyen d'une parodie de film de propagande tellement cynique que le message a parfois pu être pris au sérieux.

Cela n'empêche toutefois pas ces deux blockbusters des années 80-90 d'être devenus des classiques innommés ainsi que des films cultes, souvent imités et jamais égalés dans le juste équilibre qu'ils ont réussi à trouver entre l'escalade de la violence gratuite décérébrée et la critique acerbe d'une société abonnée au sensationnalisme. Du grand spectacle dans lequel chacun trouvera à boire et à manger, en somme.

Passons maintenant au cœur du sujet à savoir la B.O. de Starship Troopers. Un classique du genre si l'on peut dire et qui fait à ce jour l'objet d'une édition assez pauvre au premier abord : pas plus de onze pistes pour une durée totale d'à peine trente six minutes ! On a plus affaire à un best of qu'autre chose en attendant une hypothétique réédition par le label Varèse Sarabande. Mais il serait injuste de se limiter à des considérations aussi objectives. Si cette édition est cruellement lacunaire, elle concentre l'essentiel de ce qu'il y a à retenir de la musique de ce gros film d'action plus subtil qu'il n'y paraît, mêlant teenage movie, science-fiction et film de guerre avec brio.

Au début, difficile d'y croire cependant tant l'ensemble musical est militarisant et patriotique à souhait, omettant volontiers la romance et l'aspect SF pour tout donner sur l'action cuivrée et victorieuse. La première piste, 'Fed Net March', est un exemple flagrant. Mais c'est oublier qu'on à affaire un gros pastiche de film de propagande. La musique se veut complètement dans cet esprit.

On enchaîne tout de suite avec la pièce de résistance de l'album, 'Klendathu Drop'. Une piste qu'il est assez surprenant de retrouver en deuxième place dans l'album alors qu'elle n'apparaît qu'au bout d'une heure de film à l'occasion du débarquement sur la planète des insectes géants (un débarquement qui n'est pas sans rappeler celui de Normandie en 1944). Basil Poledouris sort la grosse artillerie, au sens propre comme au figuré. Une pure musique de film de guerre bien américaine et dramatique et pour laquelle Kyan Khojandi a eu l'occasion de déclarer son amour non sans humour.
https://www.youtube.com/watch?v=yANf5UAYm3Y

Les aspects SF et romance font leur entrée avec la troisième piste 'Punishment/Asteroid Grazing'. Tandis que le héros subit un châtiment corporel pour ne pas avoir assuré la sécurité de son équipe lors d'un entraînement à balles réelles (pour rappel, on est censé être dans une société futuriste et civilisée!), la caméra nous emmène à bord d'un vaisseau dans l'espace où sa petite amie flirte avec un collègue de travail. Le thème à partir de 2:27 peut être qualifié de love theme, beaucoup plus présent dans la musique entendue dans le film que celle contenue sur l'album (à quand une édition complète ?). L'action reprend vite le dessus quand un astéroïde se dirige vers ledit vaisseau et nous rappelle la direction que Basil Poledouris a souhaitée adopter pour cette B.O. : de l'action, de l'action et encore de l'action.

Ce qui se confirme avec la piste suivante, 'Tango Urilla'. Alors là, inutile de chercher une quelconque chronologie entre l'ordre des musiques du film et dans l'album. Ce n'est pas l'anarchie mais vraisemblablement un choix de l'éditeur pour favoriser le confort d'écoute (et éviter d'avoir une première partie de l'album trop calme et une deuxième trop mouvementée). Quoiqu'il en soit, 'Tango Urilla' s'inscrit dans la lignée de 'Klendathu Drop' : de la bonne musique d'action haletante et américaine. On aime ou on n'aime pas. Mais si on aime le film, on aimera cette musique. Et on regrettera que l'intégralité ne fasse pas l'objet d'une édition plus complète encore une fois. On rappelle néanmoins que cette édition (la seule existante à ce jour) n'a pas à rougir mais les fans hardcore ne pourront ressentir qu'une certaine frustration.

Rien de particulier à noter pour la suite à part l'émouvant 'Dizzy's Funeral' (le titre parle de lui-même) et le fait que la deuxième partie de l'album respecte la chronologie du film à partir du quatrième morceau (en omettant de nombreux petits passages).

On regrettera une fois de plus l'absence de certaines pistes comme l'entraînant générique de fin qui reprend les principaux thèmes du film pendant plusieurs minutes. L'album se conclut sur une chanson interprétée par la fille du compositeur, Zoë Poledouris, aperçue et entendue au début du film durant le bal du lycée quand nos héros finissent leur scolarité. Une chanson assez plaisante.

Que retenir de cette B.O. au final ? Vous aimez l'action et les grosses musiques bourrines ? Cet album est fait pour vous. Le tout est entraînant, de qualité et vous replongera immanquablement dans l'ambiance si particulière de ce blockbuster pétaradant. On attend toujours une édition plus complète pour les puristes mais la sélection que l'on nous offre ici demeure malgré tout de grande qualité et rend hommage à l'excellent travail du regretté Basil Poledouris.
La bande annonce de cette B.O. contient de la musique de:

Judge Dredd (1995), Alan Silvestri (Film)
Phantom, The (1996), David Newman (Film)
Eraser (1996), Alan Silvestri (Film)
Code Red, Immediate Music (Bande annonce)


Autres sorties de musique de Starship Troopers (1997):

Starship Troopers (2012)
Starship Troopers (1997)
Starship Troopers (1997)
Starship Troopers (1998)
Starship Troopers (2003)
Starship Troopers (1997)
Starship Troopers: The Deluxe Edition (2016)


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Login

 



Plus