Unbreakable(Incassable)


Hollywood Records Germany (4029758228524)
Hollywood Records US (0720616229021)
Film | Date: 2000 | Sortie du film: 2000 | Type: CD, Téléchargement
 

Inscrivez-vous!

Restez informé et d'obtenir un meilleur accès aux informations des collectionneurs!





 

# Track   Duration
1.Visions5:57
2.Reflection of Elijah4:08
3.Weightlifting3:43
4.Heiroglyphics2:01
5.Falling Down2:27
6.Unbreakable3:23
7.Goodnight2:25
8.The Wreck3:46
9.Second Date1:31
10.School Nurse1:22
11.Blindsided1:55
12.The Orange Man2:29
13.Carrying Audrey2:36
14.Mr. Glass/End Titles7:40
 45:22
Introduisez votre critique

 

Unbreakable - 09/10 - Critique de Vivien Robin, ajouté le
La musique de Unbreakable est de loin celle qui a du demandé le plus de réflexion à James Newton Howard dans sa carrière. Car on sent pleinement la maturité dés la première écoute. La prise de risques est énorme quant à ses choix artistiques sur cette partition, du fait de l’emploi habile de ce qui reste la signature de la musique : une rythmique pop rap associée à l’orchestre.

L’album débute avec le très impressionnant ‘Visions’. Cette pièce de près de 6 minutes est composée de deux parties. La première, construite sous la forme d’un sublime crescendo, nous introduit le thème principal. Magnifique mélodie jouée par un piano discret et mélancolique. Le jeu de ce piano est tel que l’on a l’impression que chaque note interprétée est la dernière. Un élan qui s’interrompt et reprend en permanence le film musical. Howard fait une magnifique, mais risquée, association entre son orchestre et une rythmique d’un style pop rap. Cela donne alors naissance à une musique inédite et parfaitement réussie qui est un véritable coup de génie une fois de plus. La deuxième partie reprend ce thème avec plus de force sans les rythmiques avec l’unique apport de l’orchestre. Le ton est finalement plus grave et triste avec l’utilisation d’une trompette majestueuse.

‘Reflection of Elijah’ est quant à lui très enlevé et emprunt d’une sensibilité à fleur de peau qui donne des frissons indéfinissables. La musique en elle-même est assez pauvre. Vers 1 minute 35, le piano refait son apparition pour nous livrer une mélodie toute en douceur qui débouche sur une section de cordes graves. Arrive au milieu de cette noirceur, une illumination incroyable avec un motif aux cordes d’une superbe tristesse. Le piano revient accompagné ensuite par les cordes dans une fin mélancolique à souhait.

Le coté malicieux du score montre le bon de son nez dans l’extravaguant ‘Weightlifting’ avec l’utilisation ponctuelle de la trompette soliste et des cordes dans des sons très aigues par moments. Le piano est aussi de la partie avec un motif permanent et entêtant. Le thème, plus héroïque, annoncé ici, apporte un coté enfantin et innocent à la musique.

La musique est assez troublante dans ‘Falling Dawn’ avec l’utilisation de contrebasses jouant un motif lancinant. Mais là ou il se passe vraiment quelque chose, c’est sur la fin, lorsque le piano soliste revient avec un motif d’une rare intensité bien que la musique se fasse encore pauvre en quantité. Comme quoi, James Newton Howard a préféré sur ce score, la qualité à la quantité ; et tant mieux !

On arrive enfin à l’excellent morceau qu’est ‘Unbreakable’. Il débute avec ce fameux motif au piano déjà entendu dans ‘Reflections of Elijah’. Mais le thème refait rapidement surface avec une nouvelle utilisation de la rythmique si particulière. Cette partie est en réalité le « presque » générique de début. Comme dans ‘Visions’, il est construit sous la forme d’un long crescendo déchirant où l’on se demande bien où est-ce qu’il va s’arrêter…

‘The Wreck’ est la pièce la plus tourmentée du score avec l’utilisation toujours démesurée (pour moi) des cordes qui donne un caractère humain et une profondeur inégalée à la musique pour ce genre de scène. Les deux thèmes principaux y figurent et sont joués avec énormément de punch et de force.

L’une des autres pièces qui justifient encore la découverte de cette partition est le parfait ‘The Orange Man’. James Newton Howard recompose son thème principal dans une variation héroïque et pleine d’espoir. L’orchestre se fait ample et lumineux pour magnifier chaque élément de la musique. Le jeu des cordes est parfait ainsi que celui des cuivres d’une redoutable discrétion.

On revient à des moments plus émouvant dans le tendre ‘Carrying Audrey’. La musique est plus douce. Les cordes et le piano reprennent le thème héroïque dans d’infimes variations pleines de sensibilité et d’amour. Une conclusion parfaite pour cette partition ambitieuse et modeste à la foi.

L’album se termine avec ‘Mr. Glass & End Title’. Il débute avec un sombre motif pour contrebasses. La musique atteint alors un degré phénoménale de tristesse lorsqu’elle reprend au piano le motif de la fin de ‘Falling Dawn’ sur fonds de cordes graves et mélancoliques. Le reste de la pièce est constituée d’une dernière reprise du thème principal avec les rythmiques pop rap. A noter également l’utilisation d’un violoncelle soliste reprenant ce même thème de façon poignante. La musique de Unbreakable aura été un véritable voyage sur un océan d’une telle noirceur et d’une incroyable tristesse. C’est pour moi, la partition la plus réfléchie de Newton Howard. Mais je pense aussi qu’il faut savoir l’appréhender avec le plus de recul. Une merveille musicale.
Unbreakable - 10/10 - Critique de Marc Chauvin, ajouté le
Pour sa deuxième collaboration avec Shyamalan, James Newton Howard délivre avec Unbreakable une partition absolument formidable.

Beaucoup plus riche thématiquement et orchestralement par rapport à The Sixth Sense, la partition d'Umbreakable montre une étonnante cohésion avec les images de Shyamalan et avec la dramaturgie du film.
A la fois sombre et mystérieuse, lyrique et prophétique, la musique de James Newton Howard nous emmène de façon intense et subtile dans l'univers à la fois tournmenté et mystérieux qui entoure le personnage campé par Bruce Willis et Samuel L. Jackson.
Le compositeur instaure dès le début de la partition la surprise avec cet élément percussif une rythmique un peu Rap/Techno dans "Visions" avec un crescendo orchestral dont seul Howard a le secret.
A l'écran l'impact de la musique de James Newton Howard sur cette séquence est impressionnante. La séquence prend alors une ampleur inédite.
Il en va de même pour des séquences comme la confrontation entre David Dunn(Bruce Willis) et le meurtrier en vêtement orange. Alors que la musique devrait se faire trépidante et haletante, James Newton Howard prend à contre pied tout le monde et déploie une musique lyrique et prophétique illustrant l'action filmé en plan séquence.
C'est une façon inédite et remarquablement intelligente d'illustrer une scène d'action.
En effet, ce qui importe dans cette séquence, n'est pas tant la confrontation physique entre les deux personnages, ou la force que déploie Bruce Willis pour maintenir son adversaire, mais l'idée d'accomplissement dans l'acte héroïque. Le compositeur a compris que ce qui importe ici est la concrétisation de cette acte héroïque et du statut de super héros du personnage. L'effet à l'écran est unique et jouissif!
Tout au long de l'album James Newton Howard s'amuse avec un thème qui sera décliné de toute les façon possibles. Le thème, d'abord assez discret vers le début de l'album prendra sa forme totale vers le milieu du score dans "The Wreck" et "The Orange Man" dans une ambiance de résolution. le thème prend dans ces deux morceaux toute son ampleur. David Dunn réalise ce qu'il est et quel sera éventuellement sa destinée. Absolument magnifique !

Le travail qu'a fourni James Newton Howard est tout bonnement incroyable et formidable. C'est dans ce moment là que l'on comprend à quel point ce compositeur est exceptionnel et d'une intelligence unique et qui à parfaitement compris l'univers et le discours du réalisateur. Une symbiose parfaite !

Unbreakable reste à ce jour une des plus grandes musique de James Newton Howard et prouve si besoin était, qu'il forme avec Shyamalan, un des plus grand couples de Réalisateur/compositeur depuis Spielberg/Williams !!

Une très grande B.O !

La musique de cette B.O. est utilisée dans:

A Beautiful Mind (Bande annonce)

La bande annonce de cette B.O. contient de la musique de:

The Way Out Is Trough, Nine Inch Nails (Bande annonce)


Autres sorties de musique de Unbreakable (2000):

Unbreakable (2000)

Bandes Originales de la collection: M. Night Shyhamalan Movies

Sixth Sense, The (1999)
Unbreakable (2000)
Sixth Sense, The (2000)
Last Airbender, The (2010)
Happening, The (2008)
Village, The (2004)
Signs (2002)
Lady in the Water (2006)


Signaler une erreur ou envoyer des infos supplémentaires!: Connexion

 



Plus