Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



Venom


Sony Classical 10/05/2018 CD
Sony Classical 10/05/2018 Download
 

Subscribe now!

Stay better informed and get access to collectors info!





 

# Track   Duration
1.Space Exploration 
2.Symbiotes Arrive 
3.First Contact 
4.Eddie’s Blues 
5.Run, Eddie, Run 
6.What’s Wrong With Me 
7.Panic at the Bistro 
8.Humans… Such Poor Design 
9.Self Defense 
10.Pedal to the Metal 
11.Eyes, Lungs, Pancreas 
12.You Want Up? 
13.Venom Rampage 
14.Annie, I’m Scared 
15.Parasite 
16.Unexpected Ally 
17.Battle on the Launch Pad 
18.You Belong With Us 
Submit your review Hide reviews in other languages

 

Venom - 05/10 - Review of David-Emmanuel Thomas, submitted at (French)
MUSIQUE DE SYMBIOTE

Si le BLACK PANTHER de Ludwig Goransson suscitait une fascination excessive (mais justifiée !) de la part de la communauté des BOphiles, son VENOM se perdra sûrement dans les limbes de la musique mainstream… Néanmoins, il est impossible de confronter ses deux productions Marvel sur ce plan, tant l’univers respectif des personnages impose des conditions musicales relativement différentes ! Le paysage sonore dépeint par le compositeur suédois n’en demeure pas moins captivant et surtout très congruent.

Dans le film, Eddie Brock forme involontairement une symbiose avec une entité extra-terrestre dénommée Venom qui lui confère des facultés aussi époustouflantes qu’effrayantes (on est davantage dans le parasitisme que dans le mutualisme). Goransson symbolise musicalement cette coexistence effervescente par l’emploi de sonorités synthétiques dissonantes (‘What’s Wrong With Me’, ‘Parasite’, ‘Venom Rampage’) et de sons d’orchestre (‘Battle on the Launch Pad’). De manière générale, ces essaims de sons métalliques expérimentaux qui s’apparentent à du sound design sont assimilés à l’ensemble des manifestations extra-terrestres du film. Ils sont très souvent réhaussés par des chœurs masculins, une guitare électrique et des contrebasses comme dans ‘Self Defense’ ou ‘Pedal to the Metal’. Le tout confère à la BO un style comminatoire et viscéral ; parfois à la limite de l’horreur (‘Space Exploration’, ‘Battle on the Launch Pad’), la rendant digne des compositions de Johann Johannsson (PREMIER CONTACT) ou de John Carpenter (LA CHOSE). Et aussi, lorsque j’écoute les premières pistes (‘Space Exploration’, ‘Symbiotes Arrive’ et ‘First Contact’), je ne peux de m’empêcher de penser au travail de Jon Ekstrand sur LIFE, réalisé par Daniel Espinosa (2017). Au-delà de cet environnement sonore lugubre, Goransson y apporte un lot de sonorités plus « terrestres » avec notamment des cordes (‘Eyes, Lungs, Pancreas’), un piano solitaire (‘Battle on the Launch Pad’) ou encore des vents (‘Annie, I’m Scared’, ‘Parasite’).

Le score de VENOM est très limité en termes de mélodies, il n’y a que des motifs à part entière. On distingue « La Menace Extra-terrestre » (les 3 morceaux ouvrants le score) du thème d’Eddie Brock et de celui de Venom. En réalité, ces deux derniers sont très étroitement liés. On dirait qu’il s’agit du même thème mais joué dans des harmonies différentes… Comme si Goransson avait glissé discrètement le thème principal du film dès le début (‘Eddie’s Blues’) pour pouvoir y faire echo dans l’inconscient collectif du public lorsque notre anti-héros se métamorphose (‘Self Defense’, ‘Eyes, Lungs, Pancreas’). C’est un thème redondant du score qui éclot pour la toute première fois dans ‘Self Defense’ (à partir de 0 :40). Il intervient ensuite dans ‘Pedal to the Metal’ (2 min05 - lorsqu’Eddie « décolle de sa moto ») et ‘Eyes, Lungs, Pancreas, (25s - la première transformation physique complète) conférant ainsi au célèbre ennemi de Spider-Man une prestance imparable ! Mention spéciale à sa « version grandiloquente » avec le déploiement de l’orchestre dans ‘Battle on the Launch Pad’ (à 3min28 + à 6 min45) et à sa « version rock’n roll » dans ‘Pedal to the Metal’. En arrière-plan, on peut également mettre en évidence le « love theme » (‘Unexpected Ally’, l’une des rares touches délicates de la BO) ainsi que le motif associé au symbiote Riot (‘Battle on the Launch Pad’ à 1 min 58)). Pour ce qui est de l’action, Goransson nous régale avec sa guitare électrique frénétique, ses percussions audacieuses ainsi que ses déchaînements de cuivres/cordes qui provoquent une montée d’adrénaline instantanée : ‘Run Eddie, Run ‘ (l’évasion du labo et la course-poursuite en forêt), ‘Pedal to the Metal’ (la course-poursuite à moto) et aussi ‘Battle on the Launch Pad’ (la bataille finale). Malheureusement, VENOM n'est pas la symbiose musicale attendue...
Trailer:





Trailer:





Trailer:







Report a fault or send us additional info!: Log on