Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



The Diary of Anne Frank


Hallmark 08/21/2015 Download
Hallmark 08/28/2015 CD (5050457160128)
Movie Film release: 1959
 

Subscribe now!

Stay better informed and get access to collectors info!





 

# Track   Duration
1.The Diary Of Anne Frank (Overture)3:41
2.Families In Hidding (The Secret Annex)5:33
3.The First Day5:25
4.The Captives / Spring Is Coming4:21
5.Ericka1:31
6.Date With Peter4:58
7.The First Kiss3:43
8.The Dearness Of You, Peter7:45
9.Epilogue: I Believe People Are Really Good At Heart1:25
 38:22
Submit your review Hide reviews in other languages

 

The Diary of Anne Frank - 08/10 - Review of FilmClassic , submitted at (French)
C’est lorsque ‘Francis Goodrich’ et ‘Albert Kackett’ ont obtenu en 1956 un Tony Award ainsi que le prix Pulitzer de l'Œuvre théâtrale pour leur adaptation à Broadway du roman « Anne Frank » (1), que la Warner Bros a racheté les droits du film et a embauché ‘George Stevens’ pour produire et réaliser une adaptation cinématographique. Inconnu à l’époque, ‘Millie Perkins’ (2) a été embauché pour le rôle-titre. A ses côté figure ‘Otto Schilkraut’ (son père Otto), ‘Gusti Huber’ (sa mère Edith), ‘Richard Beymer’ (son petit ami Peter Van Daan) et ‘Shelly Winters’ (Petronella Van Daan). Pour ceux qui viennent de débarquer sur la Terre, l’histoire se déroule dans la Hollande occupée par les nazis où ‘Otto Frank’ et sa famille ont décidé d’aller se cacher, en raison des persécutions croissantes contre les Juifs. Un homme d’affaires local et son assistant ont aménagé une cachette dans le grenier. Ensemble, vivant isolés, ils essaient d’éviter d’être repérés tout en priant pour que la Hollande soit libérée par les Alliés. Cette histoire poignante explore la vie des personnes persécutées vivant dans la peur constante comme on le voit à travers les yeux d’Anne’. Le film a été un succès commercial obtenant de nombreuses éloges, au point d’être nominé à huit reprises aux Oscars, y compris la meilleure partition pour ‘Alfred Newman’, qui a perdu face à ‘Miklos Rosza’ pour sa magnifique partition de ‘Ben-Hur’, en 1960.
Le choix de ‘Stevens’ pour son film s’est porté vers ‘Alfred Newman’. Discernant chez lui que cette histoire le touchait profondément, il se rendit en Hollande, dans la pièce même où vivait ces gens. Il ressentait les mêmes sentiments qu’eux : Leurs privations, l’angoisse d’être dévoilé et leurs arrestations. ‘Newman’ aurait déclaré plus tard qu’il a été chargé par ‘Stevens’ de ne pas s’attarder sur la noirceur du récit, mais plutôt de créer un paysage sonore intime, qui se concentrait sur l’amour et l’humour.
Pour cette partition ‘Newman’ fournira quatre thèmes : ‘Le thème d’Anne’, qui parle de son innocence, de son désir de liberté ainsi que de son espièglerie en tant que jeune fille. ‘Le thème de la foi’ une déclaration solennelle mais passionnée, qui capture l’essence spirituelle de l’histoire. ‘Le thème de l’espoir’, qui évoque entre ‘Anne’ et ‘Pierre’ une aspirations à une vie normale dans un monde meilleur. Enfin, nous avons un ‘thème de valse’, qui parle des aspirations romantiques d’Anne’ avec ‘Peter’. Je précise bien que ‘Newman’ bien que Juif non pratiquant, s’est efforcé de s’impliquer dans des films qui traitaient de la foi et la spiritualité comme ‘The Song of Bernadette’ (fr :Le Chant de Bernadette) en 1943, ‘The Robe’ (fr : La tunique) en 1953 et ‘The Greatest Story Ever Told’ (fr :La plus grande histoire jamais contée) en 1965. C’est comme s’il était capable de puiser dans un réservoir profondément enraciné de foi qu’il possédait mais qu’il n’a jamais manifesté dans sa vie quotidienne.
Utilisant un canevas, comme c’était l’habitude parmi les compositeurs dans les années 1950, ‘Newman’ a écrit une Ouverture pour jouer comme une pièce de théâtre avant le début du film pour établir l’ambiance. Malheureusement, bien qu’elle y soit inscrite, celle-ci fait cruellement défaut. Il faudra attendre l’édition Tsunami en 1995 pour en avoir un aperçu. S’y trouve à la place le ‘Main Title’ (A1).qui est loin d’être négligeable et qui nous prouve une fois de plus la maîtrise parfaite de ‘Newman’. s’ouvrant de façon spectaculaire avec une fanfare étincelante, ornée de bois scintillants et de percussions, nous nous dirigeons vers une écoute complète du thème d’Anne’ au sommet de violons luxuriants, qui inaugurent sa longue ligne mélodique fluide gentil porté uniquement par des cordes, des bois et d’autres instruments ... et se termine au sommet pour une grande finale émouvante. Au lieu de ressentir le poids du drame imminent, ‘Newman’ a préféré miser sur l’innocence de l’enfance, des désirs et des rêves d’une vie insouciante intacte par les dures réalités environnantes.
Suivi par la séquence ‘Families in Hiding’ (A2), elle révèle les sentiments qu’éprouvent les deux familles pour l’aménagement dans leurs nouveaux quartiers et une vie dans la clandestinité. Dominé ici par des bois qui agrémentent de multiples déclarations solo et qui présentent une belle interaction de trois thèmes : Celui de la foi, celui d’Anne et le thème de la valse.
‘The First Day’ (A3) révèle à tous ceux qui endurent leur première journée complète de captivité où ils doivent s’asseoir ou rester immobiles pour éviter d’alerter les gens ci-dessous de leur présence. Il est intéressant de voir comment ‘Newman’ conduit cette scène. Il évite tout développement thématique au lieu de choisir de marquer la tension de leur cachette avec des couleurs orchestrales ambiantes composées de différentes cloches, qui marquent le passage du temps, un rythme pulsant à registre bas, des déclarations tonales plaintives de divers bois solistes et violon, et un ostinato engourdissant et implacable. Cette approche est brillamment conçue et parfaitement atténuée à l’imagerie du film.
Dans ‘The Captives’ (A4), nous voyons la terrible épreuve d’autres Juifs emmenés par la Gestapo. Pour accentuer ce moment, ‘Newman’ utilise des cordes plaintives pour inaugurer un rendu modal mineur sur le thème de la foi, qui s’entremêle avec une variante tragique du thème d’Anne’. Cette séquence suit immédiatement ‘Spring Is Coming ‘ un autre point culminant score où nous voyons ‘Anne’ contemplant le retour du printemps. Ici, ce sont les violons qui marquent l’aspiration du moment en introduisant le thème lyrique de l’espérance, qui scintille avec sa parure de harpe.
La face B commence avec ‘Ericka’(B1). Cette séquence révèle le regard que pose ces deux familles face à une marche des troupes allemandes devant l’usine. Il s’agit là s’agit d’une marche de célébration pompeuse, qui dépeint la cruauté sombre de l’occupation.
Dans ‘Date with Peter’ (B2), nous voyons Anne se préparer avec impatience pour son premier rendez-vous avec ‘Peter’. ‘Newman’ marque cette scène avec une déclaration fluide de son thème sous la forme d’une valse.
Qu’on ne s’y trompe pas avec la séquence ‘The First Kiss’ (B3). Celle-ci est tout simplement mal intitulé, car il ne parle pas du premier baiser d’Anne’ et de ‘Pierre’, mais plutôt son père, ’Otto’ surprenant sa fille avec son journal intime. Pour cette séquence, La fin de cette séquence est un véritable point culminant de la partition et présente une belle interaction entre le thème d’Anne et celui de la foi. ‘Newman’ nous offre plusieurs passages émouvants où nous sommes tout simplement ravi d’entendre des expressions thématiques soutenus par des instruments solos tels que des flûtes, des hautbois, des cor ainsi que des violons. Ces passages sont brillamment orchestrés et ne font que raviver leur beauté innée et complexe et qui se termine sombrement avec la finalité des cloches.
‘The Dearess of You’ (B4) révèle ‘Anne’ et ‘Pierre’ fuyant leurs parents qui se disputaient au grenier et partageant un dernier moment tendre et intime. ‘Pierre’ désespère de leur situation alors qu’Anne’ tente de remonter le moral avec son espoir durable d’un avenir meilleur. Ce repère étendu est un point culminant de la partition, qui offre un merveilleux jeu des thèmes de l’espoir, d’Anne et de la valse. Nous entendons un étonnant flux lyrique, qui présente plusieurs passages exquis portés par des instruments solos de la plus haute qualité car ‘Newman’ débride enfin son orchestre et nous plonge dans une démonstration émouvante de romantisme passionné. Comme le signal approche de la conclusion, nous commençons lentement mais inexorablement une ascension passionnée et rétive à l’apogée.
Enfin le dernier morceau intitulé ‘Epilogue’ (B5), où nous voyons ‘Otto’, le papa qui a survécu au camp de la mort, retourner au grenier et trouver le journal de sa fille, ’Anne’. Amer et meurtri de la perte de sa famille, le film se termine sur le dernier passage du journal d’Anne Frank’ qui révèle que : « Malgré tout, je continue de croire que les gens sont vraiment bons dans l’âme. » Pour cette terrible ironie ‘Newman’ fournit un rendu tendre du thème d’Anne par violon solo, qui culmine avec une expression montante et régente du thème de l’espoir, terminant le film comme il a commencé avec une vue de mouettes volant dans un ciel rempli de nuages.
Édite en 1959 par 20th Century Fox Records pour les States et le Japon, il est également sorti au Royaume-Uni chez Top Rank International. Enfin, des éditions CD ont vu le jour plus récemment avec l’avantage d’avoir des bonus comme l’Ouverture que je décris ci-dessus. Il est évident que je recommande vivement cette BO à placer comme MasterPièce pour votre collection.
(1) Pour la scène à Broadway, le titre du roman s’appelait ‘The Diary of a Young Girl’
(2) Après ‘The Diary of Anne Frank’, ‘Millie Perkins’ jouera dans plus d’une quarantaine de films et de séries télévisées.

FilmClassic
Trailer:





Trailer:





Trailer:





Other releases of The Diary of Anne Frank (1959):

Diary of Anne Frank, The (1959)
Diary of Anne Frank, The (2013)
Diary of Anne Frank, The (2010)
Diary of Anne Frank, The (2013)
Diary Of Anne Frank, The (2018)
Thème d'Anne Frank (2017)
Diary of Anne Frank, The (2021)


Report a fault or send us additional info!: Log on