Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



The Old Man and the Sea


Movie | Released: 1968 | Film release: 1958 | Format: Vinyl
 

Subscribe now!

Stay better informed and get access to collectors info!





 

# Track   Duration
Face 1 / Side One
1.The Old Man and the Sea2:39
2.Cojimar Harbor and the Old Man3:24
3.The Boy1:15
4.Fisherman's Cantina2:42
5.The Old Man Loved the Boy1:58
6.The Fisherman's Lament1:57
7.And the Old Man Rowed Out to the Ocean1:40
8.The Old Man Catches His Bait2:34
9.Sunset and Red Clouds2:17
 20:25
# Track   Duration
Face 2 / Side Two
1.I Am Your Dream2:42
2.A Small Bird Came Toward the Skiff3:20
3.In the Tavern at Casa Blanca2:17
4.Just Before It Was Dark2:41
5.The Duel With the Fish4:44
6.The Shark Fight1:53
7.The Lost Fight1:50
8.Cubana1:09
9.Finale1:46
 22:22
Submit your review Hide reviews in other languages

 

The Old Man and the Sea - 07/10 - Review of FilmClassic Soundtrack , submitted at (French)
Tiré du roman d’Ernest Hemmingway en 1951 lors de son séjour à Cuba (1), ‘The Old Man and the Sea’ (fr : Le vieil homme et la mer) a été adapté par les studios Warner Bros en 1958. C’est Fred Zinnemann qui fut choisi pour le réaliser, Paul Osborne pour l'adapter au grand écran et Hemmingway comme consultant technique. Mais ce dernier fit échouer le tournage suite aux séquences en mer qu’il jugeait inadaptées à son roman. Suite à cela, Zinnemann et Osborne démissionnèrent du projet et c’est John Sturges qui reprit la réalisation et, sur l'insistance d'Hemmingway, Peter Viertel retravailla le scénario. Étant donné qu'il s'agit de l'histoire intime de la lutte personnelle entre un homme et un poisson, les studios ont trouvé judicieux d’engagé l'acteur vétéran Spencer Tracy pour jouer le rôle principal de ‘Santiago’, tandis que Felipe Pazos Jr. joua le garçon ‘Manolin’.

L'histoire s'ouvre sur ‘Santiago’, qui n'a pas eu de chance : il n'a pas attrapé de poisson depuis 84 jours, ce qui, dans la culture cubaine, est appelé « salao », la pire forme de malchance. Ses collègues pêcheurs se moquent de lui et de son jeune apprenti, ‘Manolin’. Par ailleurs, ce dernier a reçu l'ordre de sa famille de s'allier à des pêcheurs plus prospères. Déterminé à mettre fin à ces ragots, ‘Santiago’ informe ‘Manolin’ de son projet audacieux de naviguer loin au nord, dans le détroit de Floride. Le jour suivant, il prend la mer et, au grand soleil, il met fin à sa disette lorsqu'un énorme marlin accroche sa ligne. Mais tout n'est pas rose, car ‘Santiago’ n'a pas la force d'attraper le grand poisson. Pendant deux jours, il souffre de blessures alors qu'il le tire inlassablement vers le large. Cette lutte l'amène à se lier avec le poisson qu'il appelle son frère. La chance lui sourit finalement le troisième jour, lorsque le poisson s'affaiblit et qu'il parvient à le maîtriser à l'aide d'une lance. Alors qu'il attache sa prise à la coque et navigue vers le rivage, il est contraint de repousser les attaques incessantes des requins. Il parvient à en tuer plusieurs, mais ses vaillants efforts échouent, sa grande prise n'étant plus que des restes osseux de la tête, de la colonne vertébrale et de la queue du poisson. De retour au port, il s'effondre d'épuisement et est réveillé le lendemain par ‘Manolin’ et ses collègues pêcheurs qui ont mesuré sa prise à 18 pieds, un record ! Tout se termine bien, il regagne le respect de la ville et ‘Manolin’ lui promet de repartir en mer avec lui. Bien que le film a été un échec commercial il a remporté un succès critique en étant nommé trois fois aux Oscars (2), et en remportant un, celui de la meilleure musique de film (3).

Dans le passé, Zinnemann avait déjà collaboré avec Dimitri Tiomkin pour leur film oscarisé ‘High Noon’ (fr : Le train sifflera trois fois). Il conseilla donc son confrère, Sturges d’engager Tiomkin pour la musique de son film. Tiomkin a discerné que la narration de ce long métrage était étroitement centrée sur la lutte personnelle d'un homme pour retrouver sa fierté. Aussi, il a répondu par une partition luxuriante, intime et chargée de cordes. Comme il en avait l'habitude, il a également estimé que le film avait besoin d'une chanson-titre et a plaidé en faveur d'une chanson interprétée par Mahalia Jackson, mais Sturges s'y est opposé et le projet fut avorté.
Sans se découragé, Tiomkin a continué ses travaux et a ainsi fourni deux identités thématiques : le thème de ‘Santiago’ qui sert de thème principal à la partition et anime le film. Il est composé dans les plus belles traditions de l'âge d'or hollywoodien, et est exprimé avec un romantisme pur et non dissimulé. Parsemé de bois gentils et de déclarations secondaires du saxophone, ce morceau coule avec un merveilleux lyrisme et crée parfaitement l'ambiance du film. Tiomkin a raconté que ce thème lui a été inspiré par ses parties de pêche avec son vieil ami Frank Capra. Quant au thème de ‘Manolin’, on peut réellement affirmer qu’il s’agit-là d’une délicieuse déclaration portée par les bois, qui danse dans tous les sens avec une joie de vivre juvénile. Il capture parfaitement la jeunesse et l'espièglerie du garçon.

Je vous invite à présent de rentrer dans le vif du sujet, ou plutôt de la partition avec que séquences qui figurent sur le 33 tours sorti à l’époque :
Avec la première séquence intitulée ‘The Old Man And The Sea’ (A1), le générique de début défile avec des plans panoramiques de la mer des Caraïbes et de ‘Santiago’ naviguant dans le port. ‘Manolin’, qui lui est dévoué, l'accueille alors qu'il revient à nouveau les mains vides. Tiomkin offre un moment fort de la partition lorsqu'il introduit son thème de ‘Santiago’ aux cordes luxuriantes. Composé dans les meilleures traditions de l'âge d'or Hollywoodien, le thème est ouvertement romantique. Rempli de bois gentils et d'accents de saxophone, ce morceau coule avec un merveilleux lyrisme et crée parfaitement l'ambiance du film.

Dans ‘Cojimar Harbor And The Old Man’ (A2), ‘Santiago’ et ‘Manolin’ transportent leur matériel et se détendent autour d'une bière et d'un soda dans un bar. ‘Manolin’ réconforte le vieil homme qui ne suscite plus que des rires moqueurs de la part de ses collègues pêcheurs. Nous avons droit à un autre point culminant de la partition qui offre une interaction thématique remarquable.

‘Fishermen's Cantina (A4) possède une merveilleuse vibration qui nous parle de la beauté exotique et tropicale de Cuba. Imprégné d'accents espagnols, ce morceau est chaleureux et plein de vie.

‘The Fishermen's Lament’ (A6) révèle la triste résolution de ‘Santiago’ alors que ‘Manolin’ l'accompagne une fois de plus dans les cieux rougeatres et brumeux de l'aube. Tiomkin propose une complainte qui saisit parfaitement la tristesse d'un homme qui s'interroge sur lui-même pour la première fois de sa vie.

‘The Old Man Catches His Bait’ (A8) révèle ‘Santiago’ ayant la chance d'attraper un appât à poisson qui l'aidera dans sa quête de capturer un marlin. C'est vraiment un morceau merveilleux où Tiomkin crée l'ambiance parfaite. Nous commençons par des bois enjoués, qui dansent dans tous les sens, créant une ambiance tendre et attachante. Les cordes chaudes se joignent aux accents comiques des cors, qui nous attirent vers ‘Santiago’ et nous lient à sa quête.

‘I Am Your Dream’ (B1) offre une version « soft » très agréable du thème de ‘Santiago’ pour lequel Tiomkin avait prévu de faire chanter Mahalia Jackson comme chanson titre jusqu'à ce qu'elle soit écartée.

Pour ‘A Small Bird Came Toward the Skiff’ (B2) nous voyons un petit oiseau qui se pose sur le bateau de ‘Santiago’ et lui offre un bref, mais bienvenu répit dans sa lutte éreintante avec le marlin. Nous entendons les bois triller et danser sur le thème de ‘Santiago’ dans une séquence magnifique. Lorsque l'oiseau s'envole, l'humeur de la musique s'assombrit et le combat du vieil homme contre le marlin reprend. La façon dont Tiomkin utilise des tons durs et une descente de l'orchestre pour évoquer la douleur physique de ‘Santiago’ et la lassitude de la lutte est tout simplement superbe.

‘The Duel With the Fish’ (B5) est un point culminant de la partition. Elle révèle l'ingéniosité de Tiomkin et la maîtrise de son art. ‘Santiago’ et le marlin se livrent un combat acharné tandis que le grand poisson tente une dernière fois de se libérer. Pour soutenir cette séquence, Tiomkin fournit une écriture la plus passionnée pour sa partition, l'orchestre montant et descendant dans une série de crescendos et decrescendos, reflétant les sauts et les descentes du grand poisson dans les profondeurs marins. Des cordes employées d’une façon furieuse, ainsi que des cors triomphantes nous informent que le marlin a finalement succombé au harpon que ‘Santiago’ lui a planté en plein cœur.

Nous concluons avec ‘Finale (B9), où nous voyons ‘Manolin’ aux côtés de ‘Santiago’, qui rêve de ses lions bien-aimés jouant sur le sable blanc immaculé d'une plage africaine lointaine. Tiomkin termine notre voyage avec une interprétation somptueuse du thème de ‘Santiago’, avec des déclarations fugitives du thème de ‘Manolin’, qui culmine avec une splendide fanfare orchestrale.
Édite lors de la sortie du film, un LP en version mono (CL 1183) et stéréo (CS 8013) ont été commercialisé sous la bannière de ‘Columbia Records’. Épuisé, il fit l’objet de plusieurs rééditions, notamment au Japon en 1977 et en Europe l’année suivante. D’autres sont parues, plus tard, en format CD mais il semble que les Masters n’ont jamais été trouvés ce qui handicape que jusqu’à présent, il n’existe aucuns éditeurs qui propose cette partition dans son intégralité.

Je conclu cette critique en affirmant que Dimitri Tiomkin a parfaitement réussi à saisir le cœur émotionnel de ce récit intime. Son écriture pour les bois et les cordes est de tout premier ordre et parfaitement adaptée aux protagonistes que sont ‘Santiago’ et ‘Manolin’. Chaque thème a magnifiquement saisi la bonté et l'humanité essentielles de ces deux personnages, leur donnant vie et les rendant attachants pour nous. Sa musique a toujours été à la hauteur de la splendeur cinématographique des merveilleux couchers de soleil qui ont agrémenté ce film. À mon avis, cette partition méritait pleinement son oscar et constitue une grande réussite à classer dans le « canon » de Tiomkin. Je vous le recommande vivement pour votre collection.

(1) Publié en 1952, ce roman est la dernière œuvre de fiction majeure produite par Hemingway et publiée de son vivant.
(2) Le film a reçu trois nominations aux Oscars : le meilleur acteur, la meilleure photographie et la meilleure musique.
(3) Avec ‘Le vieil homme et la mer’, Tiomkin décrocha son 3ème Oscar.

FilmClassic

















Other releases of The Old Man and the Sea (1958):

Old Man and the Sea, The (1999)
Old Man and the Sea, The (1989)
Old Man and the Sea, The (1998)
Dimitri Tiomkin: Original Sound Track Music (1965)
Old Man And The Sea, The (2019)


Report a fault or send us additional info!: Log on