Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



The Hunt for Red October


MCA Records (0076732642825)
Movie | Released: 1990 | Format: CD, Download
 

Subscribe now!

Stay better informed and get access to collectors info!





 

# Track   Duration
1.Hymn to Red October (Main Title)5:06
2.Nuclear Scam7:18
3.Putin's Demise0:55
4.Course Two-Five-Zero0:22
5.Andestral Aid2:16
6.Chopper2:53
7.Two Wives2:42
8.Red Route 13:30
9.Plane Crash1:51
10.Kaboom!!!3:17
 30:10
Submit your review Hide reviews in other languages

 

The Hunt for Red October - 09/10 - Review of FilmClassic Soundtrack , submitted at (French)
Créé par l'auteur Tom Clancy, le personnage de ‘Jack Ryan’ est omniprésent dans la culture populaire américaine. Jouant le rôle principal dans une série de romans d'espionnage, on le trouve une première fois en 1984. Selon votre âge, la plupart des gens associent deux acteurs au personnage : Soit Harrison Ford, qui l'a incarné sur grand écran dans les films ‘Patriot Games’ (fr : Jeux de guerre) en 1992 et Clear and Present Danger (fr : Danger immédiat) deux ans plus tard, soit John Krasinski sur le petit écran dans la série télévisée éponyme. Cependant, la première apparition de ‘Ryan’ a eu lieu dans ‘The Hunt for Red October’ (fr : À la poursuite d'Octobre rouge), qui est sorti au cinéma au printemps 1990.

Incarné par Alec Baldwin, l'intrigue du film tourne autour de ‘Marko Ramius’ (Sean Connery), le commandant du sous-marin soviétique à capacité nucléaire Octobre Rouge, qui a disparu lors de manœuvres dans l'Atlantique Nord. Lorsqu'il est finalement redécouvert, la CIA se rend compte qu’il se dirige tout droit vers la côte est des États-Unis dans le seul but d’y lancer ses missiles nucléaires. Cependant, ‘Ryan’ propose une théorie différente : Et si ‘Ramius’ essaie en fait de faire défection ? Commence alors un jeu du chat et de la souris entre la CIA, le KGB, ‘Ryan’ et ‘Ramius’, dans lequel chacun d'entre eux tente de découvrir la vérité avant que l'incident ne déclenche la troisième guerre mondiale.

À l'exception de la tentative courageuse mais terriblement inefficace de Sean Connery de cacher son accent écossais alors qu'il joue un Lituanien de souche, l'une des choses les plus mémorables du film est sa partition, signée Basil Poledouris. ‘The Hunt for Red October’ marqua la seule collaboration du compositeur avec le réalisateur John McTiernan (Predator, Die Hard). On peut réellement affirmer que ce compositeur était un véritable expert dans l'art de combiner des éléments orchestraux, choraux et électroniques dans ses partitions, comme en témoignent nombre de ses œuvres précédentes. Il était également connu pour sa sonorité masculine et percutante, qui convenait parfaitement au monde de l'espionnage et de la guerre nucléaire dépeint dans le film. Ainsi, Je classifierais la musique de ce film comme une partition hybride orchestrale et électronique audacieuse, doté d’une action qui capture l'intensité du scénario. Fait intéressant et mémorable, Poledouris a également exploré son côté richement classique en écrivant ‘Hymn To Red October (Main Title)’ (#1), une pièce chorale en langue russe audacieuse et lascive que n'importe quel nostalgique de l’ère soviétique aurait été fier d'avoir dans son canon.

Le film débute dans le silence de la base navale soviétique de Poliarny où ‘Ramius’ scrute l’horizon. Son second lui fait remarquer « qu’il fait froid ». Mais qu’importe ! Dans la tête et dans le cœur du commandant, une seule pensée l’obsède : L’Ouest. Après une minute 15, le chœur commence doucement tout comme les préparatifs de l’équipage du sous marin. « Il est temps d’appareiller » lance le second à ‘Ramius’ qui lui rétorque la même affirmation. C’est à ce moment-là que la caméra effectue un mouvement de recul puis se lève pour montrer que la véritable star du film est bel et bien ‘Octobre Rouge’, ce léviathan des mers, qui fait la gloire de la marine soviétique. Cette hymne est LA pièce maîtresse de l'ensemble, et c'est une œuvre typiquement slave à la façon Prokofiev. Les paroles originales évoquent les grandes gloires militaires de la Mère Patrie et l'interprétation du chœur masculin est tout simplement sublime. C'est certainement l'une des partitions les plus mémorables du Canon Poledouris.

Ce thème fabuleux ne revienne pas très souvent dans le reste de la BO. On le discerne clairement dans la séquence suivante intitulée ‘Nuclear Scam’ (# 2). Au-delà, tout le reste de cette musique n'est qu'action, suspense et drame, dont une grande partie associe l'orchestre à des éléments électroniques très présents.

Cette insertion électronique peut s'avérer être un point de friction pour certaines personnes. Poledouris avait déjà écrit des partitions mixtes auparavant, avec des films comme ‘Robocop’ et ‘Cherry 2000’, mais il y a quelque chose dans les synthétiseurs d'Octobre Rouge qui semble un peu inachevé, peut-être un peu mal mixé ? Il y a des rumeurs selon lesquelles le budget musical du film a été réduit pendant que Poledouris écrivait sa partition et que les quantités copieuses d'électronique dans le montage final sont le résultat du fait qu'il a dû retravailler son approche du film très rapidement pour s'adapter à ces nouvelles circonstances. Apparemment, son plan initial était de passer de l'Hymne à un équivalent d’« Americana », mais cette tentative fut avortée.

Malgré cette suspicion, certaines parties de ‘The Hunt for Red October’ sont vraiment exceptionnelles. Je reviens avec la séquence ‘Nuclear Scam’ (# 2) comme étant une pièce d'action de 7 minutes et 17 secondes, pleine de figures de cordes changeantes et sombres, ainsi que de textures percussives qui font souvent place à des explosions de grandeur orchestrale et chorale, à des passages rythmiques palpitants et à des éclats d'intensité à gorge déployée.

‘Putin's Demise’ (# 3) est un court morceau de moins d’une minute (0:54) qui utilise des cloches qui sonnent et des synthétiseurs qui semblent oniriques pour donner à la mort du personnage antipathique d’Ivan Poutine, le commissaire politique, un sentiment de finalité.

‘Ancestral Aid’ (# 5) utilise le chœur d'une manière plus effrayante, alternant entre chuchotements et chants audacieux, et utilise également des voix de femmes pour la première fois, ajoutant une nouvelle dimension aux textures orchestrales et électroniques de suspense, par ailleurs assez austères.

‘Chopper’ (# 6) est un morceau d'action nerveux qui commence par des figures de clavier bouillonnantes et des claquements de percussion qui ressemblent à des restes d’autres partitions signé Poledouris, à savoir 'Iron Eagle’ (fr : Aigle de fer) ou encore Flight of the Intruder (fr : Le Vol de l'Intruder), mais qui devient très orchestral au fur et à mesure de son développement.

Il y a un soupçon de romance dans ‘Two Wives (# 7). C’est un thème hésitant mais finalement assez joli, composé de cordes et de hautbois, qui possède des échos stylistiques rappelant le thème d'Alex Murphy et de son épouse dans ‘Robocop’, mais qui n'a pas été retenu dans le montage final du film.

‘Red Route I’ (# 8) a un rythme délibéré pour ses figures langoureuses de cordes et de bois, mais contient également de magnifiques textures chorales, ainsi que des moments d'ampleur et de grandeur dirigés par les cuivres pendant sa seconde moitié.

‘Plane Crash’ (#9) est un morceau atmosphérique superbe mais trop court, qui explose après 60 secondes avec un refrain obsédant et une volée de trompettes et de textures électroniques qui se chevauchent, presque à la James Horner.

Enfin, la conclusion avec ‘Kaboom !!!’, comporte d'autres échantillons électroniques irritants et ternes, qui auraient pu gâcher l'ensemble du morceau sans les rythmes percussifs fervents, le rythme interne haletant et l'énergie implacable de Poledouris.

L'album original de la bande originale de ‘The Hunt for Red October’, paru chez MCA Records, contenait 10 séquences totalisant un peu plus de 30 minutes de musique, et pendant près de 15 ans, l'album de partitions n'a existé que sous cette forme tronquée, jusqu'à ce qu'il soit augmenté et réédité en 2013 par Intrada Records. Le CD de l'édition spéciale a ajouté près d'une demi-heure de musique supplémentaire, bien que certaines divergences et problèmes audio subsistent. Le producteur de l'album a expliqué que « la fin du processus de notation pour ‘Hunt for Red October’ a été assez chaotique (...) ». Lors du doublage, ils ont essentiellement retiré la partition des mains du compositeur et l'ont refaite comme ils le jugeaient nécessaire, en remixant certains passages originaux du compositeur Michael Boddicker. Certaines séquences est tout simplement une manipulation de dernière minute qui n'était pas ce que Poledouris voulait.

Avec cette mise en garde à l'esprit, cette édition bonus vaut absolument la peine d'être exploré par les fans du film et les inconditionnels de la partition, bien que personnellement, j'ai toujours trouvé la présentation de l'album original parfaitement adéquate, une représentation concise de ce que la partition a de mieux à offrir.

Quel que soit l'album qui fait flotter votre bateau ou votre sous-marin, ‘The Hunt for Red October’ reste l'une des partitions essentielles de Basil Poledouris, et se classe parmi le BEST OF de sa carrière. Hormis l'électronique dépassée qui fait baisser le niveau d'un cran ou deux, et qui peut s'avérer difficile pour ceux qui trouvent que la technologie des synthétiseurs de la fin des années 80 et du début des années 90 sont ringards, cette musique est a classer comme une Master Pièce de votre collection.

FilmClassic
The Hunt for Red October - 07/10 - Review of Lammert de Wit, submitted at (Dutch)
De film The Hunt for Red October is gebaseerd op een van de boeken van de bekende thrillerschrijver Tom Clancy. Het is een van de boeken uit een serie met Jack Ryan als hoofdrolspeler. Niet alleen recensenten, maar ook het publiek wist de film erg te waarderen.
Het verhaal speelt zich af in de nadagen van de koude oorlog, wanneer de Russen een nieuwe onderzeeër hebben, die, met een nauwelijks hoorbaar nieuw type aandrijving, tot vlakbij de Amerikaanse kust kan komen zonder opgemerkt te worden.
De Amerikanen komen hier achter via Jack Ryan (Alec Baldwin), die ervan overtuigd is dat Kapitein Ramius (Sean Connery) van de onderzeeër naar de kust vaart om over te lopen. Maar de Amerikanen geloven hem niet en denken dat de onderzeeër raketten op Amerika gaat afschieten. Daarnaast zijn er de Russen, die proberen te voorkomen dat de Red October in Amerikaanse handen valt. Zo zit kapitein Ramius tussen twee tegenstanders in, die beide de Red October willen uitschakelen en is de spanning te snijden...

De score is van de hand van Basil Poledouris. Maar de score op het album beslaat maar een deel van de filmscore en duurt maar een luttele 30 minuten.
De score die Poledouris voor de film gemaakt heeft is een van zijn meer memorabele en is een combinatie van orkest, koor en synthesizer. Daarnaast heeft de componist veel geluiden in de score verwerkt, die alle goed bijdragen aan de filmische elementen, maar op de losse score wat minder uit de verf komen omdat de filmgeluiden zelf daarop ontbreken. Vooral de laatste tracks hebben daar last van.
De score kent een aantal hoogtepunten, waarvan de openingstrack er zeker een is. Die hoogtepunten worden vooral gevormd door de delen waarin het Russische koor het orkest ondersteund of waarin dit koor zelfs de lead neemt. Vooral in de track Hymn for Red October zingt het mannenkoor onder een fraaie staccato orkestbegeleiding een volksliedachtige song met een volledig Russische tekst. Velen hebben altijd gedacht dat dit een originele Russische hymne was, maar niets is minder waar.
Het lied is speciaal voor de film door Poledouris gecomponeerd. Het geeft daarmee wel aan dat hij goed gelet heeft op de typerende sound van de echte Russische volksliederen en zijn Hymn for Red October kan wedijveren met welke Russische hymne dan ook. Grote klasse.
Die hymne is ook gelijk het mooie thema van de score, die ook een aantal malen op diverse tracks terugkeert. Met name in de lange track Nuclear Scam komt deze fraaie melodie prachtig terug. Een combi van de beide eerste tracks wordt ook gespeeld tijdens de end credits in de film, maar dit staat niet apart op het album, wat echt een misser is.
De fraaie track Ancestral Aid maakt ook gebruik van de mooie klanken van het koor, maar op een andere melodie dan Poledouris' hymne en Red Route I heeft de koorklanken meer als underscore, wat de track overigens erg prettig beluisterbaar maakt.
Percussie is ook sterk aanwezig in een aantal tracks, waaronder Chopper en Kaboom!!!, maar die tracks hebben nogal gebrek aan melodie, evenals de track Plane Crash. Deze tracks zorgen vooral voor een spannende lading op de score, maar zijn daardoor veel minder mooi om naar te luisteren. Vooral de afsluitende track Kaboom!!! is een track die het vooral van spannings- en geluidseffecten moet hebben, die overigens bombastisch klinken, maar niet erg melodieus zijn. De track is dan ook een beetje een afknapper als afsluiter van deze overigens fraaie score.

Kortom, een fraaie score, al had de klankkwaliteit wat beter gekund. Vooral de tracks waarin het koor een rol speelt zijn fraai. De mindere tracks zorgen toch voor een wat lagere waardering: een ruime 7.

Van deze score bestaat ook een veel langere min of meer komplete bootleg versie, maar de klankkwaliteit van die versie is zeker niet beter. De vele extra tracks op dit album bestaan vooral uit geluidseffecten en vrijwel niet uit extra melodieuze tracks. In feite is er maar een uitzondering: de End Titles staan wel op dit album met een track van bijna vierenhalve minuut. Eigenlijk is dat de enige extra track van waarde op dit 'Complete score' bootleg album. Deze track als afsluiter op het standaard album had een ruime punt in de waardering gescheeld.
In 2013 is door Intrada in de Special Collection serie een expanded versie uitgebracht van The Hunt for Red October, die ruim 70 minuten muziek van de score bevat. Dit album presenteert de muziek in een goede kwaliteit en met meer fraaie tracks, maar ook meer spannende muziek die minder aangenaam klinkt.
The Hunt for Red October - 07/10 - Review of Tom Daish, submitted at (English)
The first of Tom Clancy's thrillers about agent Jack Ryan was the submarine thriller The Hunt for Red October, the Red October being the name of a top secret Russian submarine that may, or may not, be about to defect under the captaincy of Sean Connery and his Scot-o-Russian accent and hair piece. Unlike the later films starring Harrison Ford and recently Ben Affleck, the real star was Connery, with Alec Baldwin's Ryan a supporting character, but the results still stand as the best to date, a genuinely thrilling thriller, which should be expected coming from the director of Die Hard. McTiernan hasn't really stuck to any particular composer and so it fell to Basil Poledouris to pen the score and the result is one of his most popular efforts.

I don't know whether it's simply hope over expectation, but Basil Poledouris' most popular works are usually the ones I find the least interesting (Conan the Barbarian excepted) and while The Hunt for Red October has plenty of fine moments, it isn't nearly as engaging as its popularity might suggest. The album is front loaded with the best music in the first couple of tracks, notably the Prokofievian Hymn to Red October, which is effective and with a suitably Slavic accent, even if the arrangement, particularly the bizarrely abrupt ending, isn't as good as it might be. Nuclear Scam is a lengthy, action, suspense cue that builds on Poledouris' favourite ticking synth percussion, adding brass and a reprise of the Hymn towards the end. While superficially exciting, it doesn't quite have the gravitas that maybe Jerry Goldsmith or even Hans Zimmer might have brought to it.

The choir is prominent in several other cues, although the somewhat thin sound rather dissipates the full impact that it ought to have. Compared to, for example, Zimmer's Crimson Tide where the male voices have a deep, menacing richness, Poledouris' ensemble sounds just a little feeble. The suspense tracks are reasonable, as are the other action cues such as Chopper and Kaboom, although the former has just a few too many percussion crashes to be fully convincing and bringing to mind a second rate Alan Silvestri action score. Many of the ideas here are partially reprised in later and more successfully in more recent scores, notably a few passages in Nuclear Scam are expanded upon in Starship Troopers.

Kaboom is a simplistic and bombastic finale, although the synthetic percussion bouncing between speakers in the closing moments is just a trifle tacky. Don't feel that I find Hunt for Red October a bad score, far from it, the overall impression is favourable and Poledouris' Russian flavour is well sustained and effective. However, the best ideas here can often be found more convincingly elsewhere, so the score almost feels like a testbed for ideas that are later improved upon. Still, in the sub-genre (as it were) of submarine thrillers, it is more even than Zimmer's highly variable Crimson Tide (even if that score's high points are sublime) and more original than Richard Marvin's Goldsmithian U-571.


Report a fault or send us additional info!: Log on