Cookie Consent by FreePrivacyPolicy.com

 

 



The Wild Bunch


Warner Bros. Germany (0093624629528)
Movie | Released: 1997 | Film release: 1969 | Format: CD
 

Subscribe now!

Stay better informed and get access to collectors info!





 

# Track   Duration
1.Song From The Wild Bunch3:55
2.Main Title4:11
3.Aurora Mi Amor2:32
4.Assault On The Train And Escape5:35
5.Drinking Song2:04
6.Adelita3:05
7.Adventures On The High Road2:31
8.Bodega El Bodega De Baño (Wine Cellar)3:03
9.Dirge And Finale4:18
10.End Credits (La Golondrina)2:23
 33:37
Submit your review Hide reviews in other languages

 

The Wild Bunch - 07/10 - Review of FilmClassic , submitted at (French)
Réalisé par ‘Sam Peckinpah’ en 1969, ‘The Wild Bunch’ (fr : La Horde sauvage) est un film, dont l'action se déroule entre le Texas et le Mexique et qui relate les derniers jours d'une bande de hors-la-loi tentant d'exister dans un monde moderne qui ne leur correspond plus.
Présenté comme étant « simplement ce qui arrive quand des tueurs se rendent au Mexique », ‘The Wild Bunch’ fait en réalité écho aux images de la guerre du Viêt Nam qui divise alors l'Amérique. C'est une épopée de la défaite et de toutes les valeurs, y compris religieuses. À partir d'un scénario de western, ‘Peckinpah’ dépeint un monde pessimiste et immoral, où le progrès s'avère destructeur, et dont la violence n'épargne rien ni personne, pas même les enfants.

Bien que célèbre pour sa mise en scène très dynamique et complexe, utilisant des effets de multi-angle, des plans très courts et des ralentis alors révolutionnaires en 1969, ‘The Wild Bunch’ fut amputé par la MPAA (Motion Picture Association of America) qui trouva le film trop violent, puis à nouveau par les distributeurs, à sa sortie en salles. Malgré ces revers, la valeur patrimoniale de ce film sera reconnue à partir de la fin des années 1990, lorsque l’œuvre est ajoutée au 'National Film Registry' pour être conservée à la bibliothèque du Congrès, ou lorsqu'elle est mentionnée dans plusieurs classements des meilleurs films de l'histoire du cinéma.

Mais venons-en à la musique : Soupçonné d’être communiste (1), ‘Jerry Fielding’, Jazzman de formation a eu sa carrière plombée à cause qu’il figurait sur la liste noire établit par la HUAC (Un-American Activities Committee). Ce n’est que des années plus tard (1962) lorsque ‘Otto Preminger’ (2) l’a engagé pour composer la musique de son film ‘Advise and Consent’ (fr : Tempête à Washington) qu’il a pu reprendre ses activités. ‘Fielding’ était maintenant également libre d’écrire des partitions télévisées, comme ‘Mission Impossible’ (pas le thème le plus connu, qui est de Lalo Schifrin) et ‘Star Trek’ (2ème et 3ème saisons). C’est sa composition pour ‘Noon Wine’, un western contemporain pour la télévision, réalisé par ‘Peckinpah’, qui l’a conduit à collaborer pour ‘The Wild Bunch’.
Mais le producteur ‘Phil Feldman’ se prononce contre ce choix, prétextant que ‘Lalo Schifrin’ est plus à même de produire la musique dont le film a besoin. ‘Peckinpah’ défend son choix et son ami et finit par le faire changer d’avis. Après une post-production quelque peu chaotique et un dépassement de budget hallucinant pour l’époque (3), on demande tout de même à ‘Fielding’ de produire deux démos. A l’écoute de celles-ci, ‘Peckinpah’ se sent trahi par le compositeur, qui n’a que peu respecté ses indications. Ce dernier voulait en effet une partition « authentique » qui soit presque entièrement jouée par deux guitares, et quelques mariachis pour les séquences diégétiques.

Furieux, ‘Peckinpah’ écrit au compositeur un petit billet aussi tranchant que court : « J’avais demandé Mexico et qu’est-ce que j’ai eu en retour ? Vienne ! ». C’était sans connaître le tempérament de ‘Fielding’, qui file sur les lieux de tournage de ‘The Ballad Of Cable Hogue (fr : Un nommé Cable Hogue), le film que tourne ‘Peckinpah’ à la suite de ‘The Wild Bunch’. Il entre comme un ouragan dans le bureau du réalisateur et lui rétorque : « Pour que le spectateur appréhende mieux l’odeur des chevaux, tu vas déposer du crottin aux quatre coins des salles de cinéma ? » Le réalisateur, aussi surpris qu’amusé par la remarque, s’explique, mais le compositeur ne lâche rien, précisant sa démarche et pourquoi il a cherché à marier le folklore mexicain avec une architecture plus traditionnelle et symphonique pour les moments clés du film. ‘Peckinpah’, résigné, cède et ‘Fielding’ repart enregistrer la musique.

On connaît la suite : non seulement celle-ci deviendra emblématique du crépuscule du western, mais elle sera aussi nommée aux Oscars (4). La partition de ‘The Wild Bunch’ ne ressemble vraiment à aucune autre musique de western passée ou présente, même si, ça et là, on reconnaît le goût pour les métriques un peu jazz, goût partagé également par ‘Elmer Bernstein’ dans ses musiques du Grand Ouest. Néanmoins, le son ‘Fielding’ transpire dès les premières secondes du film avec ces notes de guitare et de piano suivies d’une lente marche syncopée des percussions qui annonce l’arrivée des hommes de ‘Pike Bishop’ et sa bande de hors-la-loi venus s’attaquer à la banque où sont entreposées les paies des travailleurs du chemin de fer. ‘Fielding’ multipliera les tours de force orchestraux comme dans ‘Assault On The Train’ (A4) ou encore ‘Adventures On The High Road’ (B2), véritables monuments de la musique de western.

‘Fielding’ continua sa collaboration fructueuse avec ‘Peckinpah’, notamment pour ‘Straw Dogs’ (fr : Les Chiens de Paille), ‘Junior Bonner’ (fr : Junior Bonner, le Dernier Bagarreur), ‘Bring Me The Head Of Alfredo Garcia’ (fr :Apportez-moi la Tête d’Alfredo Garcia), ‘The Getaway’ (fr : Guet-Apens) et enfin, The Killer Elite (fr : Tueur d’Élite).

Sorti en format 33t, par le label ‘Warner’ en 1969, cette partition sera réédité en 1980 par ‘Varese Sarabande’, puis en CD par différents éditeurs. Je salue l’effort du défunt label ‘Film Score Monthly’ (FSM Vol.16 No.1) dont ce sera, non sans ironie, la dernière édition intitulée ‘End Of The Line Edition’, un beau coffret de trois disques regroupant la moindre note enregistrée pour le film.
Un indispensable que l’on soit, ou pas, un admirateur du talent singulier de ‘Fielding’.

(1) Bien qu’il n’ait jamais été communiste, ‘Fielding’ a été appelé devant la commission d’enquête (HUAC) en décembre 1953 pendant l’hystérie anti-communiste. Refusant de divulguer les noms de tous les collègues qui pourraient être taxés de « communisme », il a été mis sur liste noire par les chaînes nationales de télévision et de radio, qui étaient pressées par ces mêmes forces avec un sort similaire si elles ne coopéraient pas.
(2) ‘Preminger’ était reconnaissant envers les Américains libéraux et de gauche de son pays d’adoption qui avaient aidé à vaincre les fascistes de droite qui cherchaient à permettre le triomphe d’Hitler en restant en dehors de la guerre en Europe. Par plusieurs prises de position, ‘Preminger’ a délibérément mis fin à la liste noire dans le cinéma américain.
(3) le budget du film est passé de 3,5 millions de dollars à plus de 6 millions de Dollars.
(4) En lice avec ‘Anne of the Thousand Days’ (Georges Delerue), ‘The Reivers’ (John Williams) et ‘The Secret of Santa Vittoria’ (Ernest Gold), l’Oscar pour la meilleure partition pour un film dramatique ou une comédie fut attribué en 1970 à ‘Burt Bacharach’ pour ‘Butch Kassidy & the Sundance Kid’.
(5) La musique de ‘Getaway’ sera remplacée par celle de ‘Quincy Jones’ à la demande de ‘Steve McQueen’, alors ami avec le musicien légendaire et souhaitant un nom de prestige pour la musique du film.

FilmClassic

Other releases of The Wild Bunch (1969):

Wild Bunch, The (2013)
Wild Bunch, The (1997)
Wild Bunch, The (1993)
Wild Bunch, The (1969)
Wild Bunch, The (2001)
Great Warner Bros. Action Movies (1979)


Report a fault or send us additional info!: Log on